1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : comment soutenir la recherche contre les cancers de l'enfant
2 min de lecture

Michel Cymes : comment soutenir la recherche contre les cancers de l'enfant

Chaque année en France, 500 enfants et ados meurent du cancer. Et ce mois de septembre leur est dédié.

Un jeune patient atteint du cancer dans sa chambre à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique" à Lyon en 2012 (illustration).
Un jeune patient atteint du cancer dans sa chambre à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique" à Lyon en 2012 (illustration).
Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Michel Cymes explique comment aider la recherche contre les cancers pédiatriques
39:21
Michel Cymes

Chaque année, on diagnostique 2.500 nouveaux cas de cancer chez les jeunes en France. Surtout des leucémies, ces cancers du sang, des tumeurs du système nerveux central et des lymphomes, qui sont des cancers du système immunitaire. Si bien qu'aujourd'hui, un enfant sur 440 est touché par un cancer en France avant 15 ans.

Ça, c’est le constat, terrible. Mais on va voir que l’on peut changer les choses, notamment en faisant avancer la recherche.

C’est vrai qu’elle a patiné pendant des années. Enfin, patiné. Elle n’existait pas, en pédiatrie. Elle a émergé au XIXe siècle sous l’impulsion de Robert Debré, que l’on considère comme le père de la pédiatrie moderne. 

C’est lui qui a associé la clinique à la recherche en laboratoire. Lui qui a inventé le principe de l’hôpital universitaire, en associant centre de soins, d’enseignement et de recherche pédiatrique. Lui aussi qui crée le centre international de l’enfance en 1949, pour faire rayonner les connaissances pédiatriques et former le personnel dans les pays pauvres.

La recherche progresse mais il faut l'aider

À lire aussi

La pédiatrie est donc devenue une spécialité à part entière. Mais il faut bien reconnaître que la recherche en pédiatrie a accumulé pas mal de retard, par rapport à ce qui est fait pour les adultes.

C’est vrai, même si ces 30 dernières années, le pronostic des cancers de l’enfant a beaucoup progressé. Mais on peut encore mieux faire, on DOIT encore mieux faire. En hommage à ces trop jeunes victimes, comme Noé, Zoé ou Joséphine.
 Et pour ça, il faut que la recherche avance. Et on peut l’y aider !

Par exemple, celle qui est menée par l’équipe du Dr Grill, à l’Institut Gustave Roussy. Il s’agit de mieux comprendre les mécanismes d’une tumeur cérébrale très agressive et pour laquelle on n’a, pour le moment, aucun traitement. 

Ce cancer, il cause 50 morts par an en France, chez les enfants. Et cette équipe de recherche, elle développe des avatars de la tumeur, en laboratoire, à partir de cellules souches, pour mieux comprendre la tumeur. 

Les chercheurs ont déjà identifié une mutation génétique qui la rend résistante à la radiothérapie. Et ils testent des médicaments, qui inhibent l’expression des gènes mutés. La recherche avance donc, et c’est en l’aidant que cette maladie, aujourd’hui incurable, pourra être traitée et donc, que la vie de ces enfants sera épargnée. 


Courir pour soutenir la recherche

En courant, par exemple ! Le week-end prochain, la course organisée par l’association Imagine For Margo, au domaine national de Saint-Cloud. En s’inscrivant et en participant à cet événement festif, on finance la recherche… Si ça vous intéresse, rendez-vous sur le site Imagineformargo.org.

On peut aussi se lancer un défi sportif ou financer ceux des autres, via les initiatives du Centre Oscar Lambret. Ou tout simplement faire un don, directement à l’Institut Gustave Roussy.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/