1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes explique pourquoi l'expression "attraper froid" est fausse
2 min de lecture

Michel Cymes explique pourquoi l'expression "attraper froid" est fausse

"Le froid n'a rien à voir avec les gastros, angines, grippes, rhino-pharyngites et autres bronchiolites", indique Michel Cymes qui précise que le froid ne s'attrape pas.

Une personne malade (illustration)
Une personne malade (illustration)
Michel Cymes explique pourquoi l'expression "attraper froid" est fausse
03:00
Michel Cymes explique pourquoi l'expression "attraper froid" est fausse
03:00
Michel Cymes - édité par Marie Gingault

Ce matin on se penche sur une expression que tout le monde emploi, mais qui ne veut rien dire : "J'ai attrapé froid". Non, on n'attrape pas froid. Le froid n'est ni une maladie, ni un virus, ni un vecteur de transmission de toutes les petites maladies qui nous menacent lorsque les températures diminuent. Ainsi, le froid n'a donc rien à voir avec les gastros, angines, grippes, rhino-pharyngites et autres bronchiolites dont on parle beaucoup en hiver et beaucoup moins en été, bien que la multitude de virus susceptibles de nous clouer au lit pour quelques jours soient en mesure de sévir toute l'année.

Si ces virus sont plus féroces l'hiver, quand il fait froid, plutôt que l'été, quand il fait chaud, c'est en raison de notre mode de vie. L'hiver, nous avons tendance à passer le plus clair de notre temps à l'intérieur, dans des espaces clos, mal ventilés. Il suffit, dans ces conditions, qu'une personne porteuse d'un virus tousse, éternue ou postillonne, pour que le maximum de ses petits camarades en profite. L'ennemi c'est donc la promiscuité.

La leçon du coronavirus

Avec ce que nous a enseigné l'épidémie de coronavirus, on peut s'attendre à ce qu'il y ait moins de malades cet hiver. Avec le port du masque généralisé, le fait qu'on ne se fasse plus la bise, que les poignées de mains soient bannies des conventions, que chacun garde ses distances avec autrui et qu'on se lave régulièrement les mains, le risque de transmission de tous les virus est réduit. 

On peut imaginer que ces bonnes manières anti-virales, ou certaines d'entre elles, perdureront. Ainsi, à l'avenir nous éviterons certaines épidémies. Le coronavirus aura au moins eu un mérite, celui de nous enseigner (ou de nous rappeler) quelques règles hygiéniques de base. 

Les précautions hivernales

À lire aussi

Malgré tout ça, il faut toutefois être vigilant lorsque les températures dégringolent. Le froid, indirectement, peut faciliter la vie des virus. En effet, en France, l'air l'hiver est plutôt sec, ainsi nos muqueuses sont plus sèches. Conséquence de la conséquence : nos muqueuses sont un peu plus vulnérables face au virus. 

Par ailleurs, en cas de grand froid notre organisme fournit du sang à nos organes en ayant tendance à oublier les extrémités. C'est pour cela que vous pouvez avoir tendance à avoir froid aux oreilles, aux doigts de pieds ou aux mains. Ceux-ci, dès lors qu'ils sont refroidis, altèrent la réponse immunitaire à donner pour lutter contre un virus.
 
De plus, si les extrémités sont froides, c'est pour éviter que le corps ne perde trop de chaleur. Donc un conseil : sortez couvert, avec une attention particulière pour la tête, par laquelle on perd beaucoup de calories.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/