1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Michel Cymes explique ce qu'il faut faire en cas de choc anaphylactique
2 min de lecture

Michel Cymes explique ce qu'il faut faire en cas de choc anaphylactique

Déclenché par des allergies à certains aliments, médicaments, matériaux et venins, le choc anaphylactique doit être traité rapidement car il peut être mortel.

Le moment est venu de mettre en place les pièges à frelon asiatique
Le moment est venu de mettre en place les pièges à frelon asiatique
Crédit : SIPA / DAMOURETTE
Michel Cymes : que faire en cas de choc anaphylactique
02:42
Michel Cymes explique ce qu'il faut faire en cas de choc anaphylactique
02:42
CYMES_245300
Michel Cymes
Animateur

Ce matin, pleins feux sur le choc anaphylactique. C’est une forme spectaculaire et dangereuse de l’allergie. Oui, dangereuse car elle peut être mortelle ! Ses manifestations peuvent être spectaculaires, ce qui fait que quand on est en présence d’une personne qui endure ce choc, on peut être pris de court et ne pas savoir comment réagir.

Qu’est-ce qui est susceptible de déclencher ce genre d’allergie ? Certains médicaments, le latex, les venins d’hyménoptères (c’est-à-dire de guêpes, d’abeilles ou de frelons). 

Mais le plus souvent, les allergènes à l’origine de chocs anaphylactique sont des aliments. C’est en tout cas le cas trois fois sur cinq. D’une manière générale, une protéine animale est un allergène potentiel. L’INSERM se plait à le souligner sur son site internet. 

Mais les aliments les plus souvent impliqués sont le lait de vache ou de chèvre, les œufs, le sésame, les crustacés, les poissons ou les fruits à coque tels que l’arachide, les noix de cajou, de pécan, la pistache, l’amande ou certains fruits comme le kiwi. 

Comment se manifeste l’anaphylaxie ?

À lire aussi

Il y a quatre catégories de symptômes. D’abord, le problème respiratoire. Vous avez du mal à respirer, du mal à avaler. Il peut même arriver que votre voix devienne rauque.

Ensuite, le problème cutané. Vous faites de l’urticaire, vous êtes tapissé de plaques rouges. Parfois, ça tourne à l’œdème de la langue, de la gorge ou du visage. 

Troisième catégorie de symptômes, le problème digestif. Nausées, vomissements, diarrhées… Vous avez mal au ventre.

Enfin, il y a le symptôme vasculaire. Ça se traduit par une chute de tension, vous êtes blanc comme un linge… Et ça peut aller jusqu’à la perte de connaissance. C’est à l’aune de ces symptômes que se repère l’anaphylaxie. Vous n’êtes pas obligé de les cumuler, loin de là. Un seul suffit. Et en général, on identifie assez vite la cause du choc parce qu’il survient dans les minutes qui suivent le contact avec l’allergène.

Que faire si on est témoin ou victime de ce choc allergique ?

La première chose à faire, si vous disposez d’un stylo auto-injecteur d’épinéphrine (ce qui doit être le cas si vous vous savez possiblement sujet à ce genre de problème), c’est de vous piquer. Faites-le au niveau de la cuisse, côté extérieur. Et faites-le même si vous avez un petit doute. 

Et bien sûr, vous appelez le 15 ou le 112, parce que vous avez besoin d’être secouru. Sinon, en attendant les secours, allongez-vous, les jambes en l’air, sauf si vous êtes avez une crise d’asthme. Dans ce cas, vous restez assis.

Combien de piqûres faut-il se faire si on dispose du stylo auto-injecteur ?

Vous pouvez en faire une seconde si votre état ne s’améliore pas dans les 10 minutes qui suivent la première piqûre. L’utilisation d’un stylo d’épinéphrine (c’est un dérivé de l’adrénaline) ne présente pas de risque particulier. En tout cas, c’est beaucoup moins risqué que de laisser le choc anaphylactique faire son œuvre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/