1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes explique pourquoi la mode de la douche minimum est une aberration
2 min de lecture

Michel Cymes explique pourquoi la mode de la douche minimum est une aberration

Venue des États-Unis, la mode de la "douche minimum" est une ineptie du point de vue de l'hygiène. Explications.

Une femme prenant une douche (illustration)
Une femme prenant une douche (illustration)
Michel Cymes explique pourquoi la mode de la douche minimum est une aberration
02:49
Michel Cymes explique pourquoi la mode de la douche minimum est une aberration
02:49
Michel Cymes

"La douche minimum" pour ne pas dire "La douche occasionnelle" voire le "Pas de douche du tout". Je ne rigole pas. Vous avez, en ce moment, aux États-Unis, des espèces de gourous médiatiques qui vous expliquent à longueur de colonnes que la douche : 
- ça abime la peau.  
- c’est du gaspillage d’eau.
- c’est mauvais pour l’environnement à cause de tous ces produits nettoyants qui finissent dans la nature.

Moyennant quoi, il faudrait sentir le moisi, le fauve et pourquoi pas avoir une haleine de phacochère et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Alors, vous allez me dire, ça se passe en Amérique, sauf qu’on commence à entendre cette ritournelle chez nous aussi. Donc, je voudrais juste prendre 2 ou 3 minutes de votre temps pour faire le point sur l’intérêt de se laver un minimum.

"Se laver un minimum", cela veut-il dire une douche quotidienne ? Ça ne me parait pas délirant. Après, vous pouvez toujours descendre sous cette moyenne mais je signale quand même qu’il existe certaines zones corporelles avec lesquelles on ne transige pas, pour soi et pour les autres. Je vous fais la liste :
- Le visage 
- Les aisselles
- Le torse, et notamment le pli qui se trouve sous vos seins, Mesdames, voire les vôtres, Messieurs !
- Les parties intimes 
- Et les pieds, surtout entre les doigts.

Tout ça, il faut le laver quotidiennement.  Donc si vous voulez mon avis, autant laver le reste aussi. À partir de là, pas besoin non plus de rester 2 heures sous la douche. Mais pas question non plus d’y faire n’importe quoi.

Bien choisir son savon

À lire aussi

Le point numéro 1 du n’importe quoi, c’est de prétendre se laver sans utiliser de savon. Parce que ça aussi, c’est une idée bien ancrée dans le cortex de nos écolos yankees. Il faut savoir que l’eau seule ne suffit pas à nettoyer : elle a besoin de savon pour faire le boulot. Et à ce propos : évitez les savons compliqués.

Un savon "compliqué", c’est un savon qui ne respecte pas le PH de votre peau (il est de 5 si vous voulez savoir) ou un savon qui comporte une liste interminable d’ingrédients au prétexte qu’il sent la noix de coco, la fraise des bois, l’ananas de Tahiti ou je ne sais quoi. Faites simple ! Vous voulez un indice ? Si le savon (ou le shampooing d’ailleurs) a tendance à mousser, c’est qu’il est agressif pour votre peau. 

Dans la série "Je fais n’importe quoi sous la douche", que faut-il éviter d’autre ? Le point numéro 2 : il faut éviter de se laver avec autre chose que ses mains !  Autre chose, comme un gant de toilette. Ou alors, vous en changez tous les jours !

Parce que sinon, une fois que vous l’avez utilisé, votre gant mouillé va rester au bord du lavabo ou de votre baignoire, à la grande joie des microbes qui vont y élire domicile, eux qui adorent l’humidité. Et le lendemain, quand vous vous en resservirez, les microbes vont adorer faire votre connaissance. Franchement, j’insiste, une bonne main, bien savonneuse, il n’y a rien de mieux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/