2 min de lecture Santé

Michel Cymes : comment savoir si l'on est intolérant à l'alcool

Certaines personnes ne tiennent pas l'alcool. Cela ne dépend pas forcément de la quantité bue. C'est peut-être le signe d'une allergie, communément appelée "intolérance à l'alcool". Certains symptômes ne trompent pas.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes : comment savoir si l'on est intolérant à l'alcool Crédit Image : Unsplash/Kelsey Knight | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

Ce matin, on parle consommation d’alcool. Et vous nous dites qu’il faut savoir faire la différence entre "avoir un coup dans le nez" et "être carrément intolérant" à l’alcool. Nous connaissons tous quelqu’un qui ne tient pas l’alcool, comme on dit.

On pense alors que la personne en question a tendance à trop lever le coude alors qu’en définitive, la quantité d’alcool bue n’a pas forcément grand-chose à voir avec son état, fût-il à la limite du lamentable. Si la personne se sent si mal, c’est peut-être pour une autre raison : c’est peut-être parce qu’elle est intolérante voire allergique à l’alcool et n’en est pas vraiment consciente.

Il existe des symptômes qui permettent de mettre la puce à l’oreille des allergiques ou des intolérants à l’alcool qui s’ignorent. Le visage qui rougit, le picotement des yeux ou du nez, le cœur qui s’accélère, les migraine et les diarrhées. Vous n’avez pas besoin de cumuler les symptômes pour qu’il soit question d’intolérance. Un seul symptôme suffit.

Quand le visage rougit, c’est qu’il y a un problème du côté du foie : il a du mal à métaboliser l’alcool, à le changer en acide acétique pour mieux l’éliminer. Quand les yeux ou le nez picotent, c’est que vous réagissez aux histamines, aux sulfites ou à d’autres composantes de l’alcool comme la levure, le houblon, le blé, le seigle, etc. D'une manière générale, chaque réaction de l’organisme est due à un allergisant. Et des allergisants, on en trouve pas mal dans l’alcool.

Comment en avoir le coeur net ?

Le meilleur moyen de ne pas avoir à se poser la question de son éventuelle intolérance à l’alcool, c’est de ne pas se retrouver en situation délicate. Il existe des tests qui permettent d’en avoir le cœur net. Ces tests sont cutanés ou sanguins : si vous êtes intolérants, ils vous le disent. Si vous connaissez vos allergisants, apprenez à lire les étiquettes des bouteilles d’alcool. Et ne vous laissez pas endormir par le vin bio. Il peut, lui aussi, contenir des allergisants.

À lire aussi
Un médecin ausculte un patient présentant des symptômes du coronavirus le 17 février 2020 à Wuhan en Chine. coronavirus
Coronavirus : l’OMS tord le cou à plusieurs fake news

Si l’option test ne vous convient pas, vous pouvez d’ores et déjà, au fil des soirées, prendre l’habitude de ne boire qu’un seul type d’alcool à chaque occasion. Un soir vous êtes à la bière, un soir vous êtes au vin, un soir vous êtes au champagne. Et si un symptôme apparaît, vous saurez quelle boisson vous devez éviter. Vous n’aurez plus qu’à vous rabattre sur ce que vous tolérez mais toujours avec modération, surtout si vous êtes une femme, serais-je tenté de rajouter.

Tout simplement parce que hommes et femmes sont inégaux devant la très subtile molécule d’alcool. Mesdames, vous avez un peu plus de mal à l’éliminer que vous, Messieurs. Mais rassurez-vous, c’est plutôt bon signe : cela veut dire que les messieurs ont un peu plus de masse graisseuse. Il n’y a donc pas de quoi se vanter. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Michel Cymes Adolescence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants