2 min de lecture Michel Cymes

Michel Cymes explique pourquoi "le pipi au lit" peut cacher une maladie secondaire

L’énurésie est à prendre au sérieux et peut aussi être révélatrice d’une malformation de l’appareil urinaire ou d’une infection, explique Michel Cymes.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
"L'énurésie peut cacher une maladie secondaire", explique Michel Cymes Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Venantia Petillault

Que celui ou celle qui ne s’est jamais oublié dans ses draps ou ses vêtements quand il (ou elle) avait moins de 5 ans lève le doigt… Je ne vois personne. C’est normal, la séquence "pipi au lit" est un passage obligé de l’apprentissage de la vie. Tout le monde y a droit, on apprend à être propre et on le reste a priori pour toujours.
 
On considère qu’un enfant de 5 ans doit être propre. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il y a trouble de la miction et donc énurésie. C’est quelque chose dont il faut évidemment se préoccuper pour 2 raisons : d’abord parce que ça influe négativement sur le vécu familial et scolaire de l’enfant. Ensuite parce que l’énurésie peut cacher une maladie secondaire.
 
Comme le diabète, par exemple. L’énurésie peut aussi être révélatrice d’une malformation de l’appareil urinaire ou d’une infection. Mais il y a pléthore d’autres causes aussi bien psychologiques que physiologiques. Physiologiquement, vous avez des enfants qui ont un problème de réflexe neuromusculaire de la vessie.
 
Psychologiquement, tout est possible. Ça va du stress au trouble du sommeil en passant par la naissance du petit frère ou de la petite sœur (vécue comme une concurrence) ou encore le divorce des parents… Et tenez, puisqu’on parle des parents, parfois l’hérédité met aussi son grain de sel dans l’affaire. On sait que quand les parents ont été concernés, l’enfant a 80% de chances de l’être aussi.

L'éducation à la propreté comme outil de prévention

 Je ne vais pas m’attarder sur les solutions médicamenteuses (qui sont souvent efficaces mais doivent être adaptées à chacun) mais plutôt sur tout ce qu’on peut mettre en place pour prévenir l’énurésie. Le premier outil de prévention, c’est l’éducation à la propreté. La propreté, c’est un sujet. Vous devez en parler à votre enfant aux alentours des 2 ans, avant qu’il rentre en prématernelle. Sans jamais le culpabiliser et en veillant à le féliciter quand il passe une nuit sans incident. Pour le reste, il y a tout un tas de choses simples qui peuvent aider. Il suffit de les mettre en place.
 
D’abord, veillez à ce que votre enfant ne boive pas trop avant de se coucher. Ensuite, imposez-lui de faire un détour par les toilettes avant d’aller au lit. Enfin, en fonction de ses progrès, proposez-lui de dormir sans couche. Le fait de ne pas en avoir l’incitera inconsciemment à se retenir.
 
Oui. Je vous ai toujours dit qu’on dort mieux dans le noir complet mais si l’enfant le souhaite, vous pouvez laisser une veilleuse allumée dans sa chambre. S’il se réveille au beau milieu de la nuit avec une petite envie, il n’aura pas peur de se déplacer pour aller aux toilettes et pas de difficultés pour mettre la main sur le pot de chambre que vous pouvez laisser à sa disposition… Enfin, quand je dis "mettre la main sur le pot", c’est juste une formule.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Michel Cymes Maladies
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants