2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : y a-t-il des raisons d'être optimiste ?

DÉCRYPTAGE - Sans reconfinement, le nombre de cas de Covid-19 en France se stabilise malgré tout, et baisse même très légèrement. Certains éléments appellent cependant à la vigilance.

Un drive de dépistage du nouveau coronavirus Covid-19 au Royaume-Uni (illustration)
Un drive de dépistage du nouveau coronavirus Covid-19 au Royaume-Uni (illustration) Crédit : Adrian DENNIS / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Le vendredi 29 janvier, alors que se tient un nouveau conseil de défense sanitaire, la probabilité d'un troisième confinement semble immense. Pourtant, le soir même, Jean Castex annonce la décision de l'exécutif : se donner "une chance" d'éviter de prendre cette mesure restrictive dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19

Un pari gagnant ? Au sommet de l'État, la décision d'Emmanuel Macron est aujourd'hui saluée. "Depuis une semaine, tout lui donne raison"a notamment confié un proche à RTL

Les ministres font également preuve de plus d'optimisme. Fin janvier, Olivier Véran assurait que le couvre-feu n'était "pas suffisant face aux variants". Pourtant, le 8 février, le ministre de la Santé assurait qu'il était "possible qu'on ne soit jamais reconfiné". Des propos repris par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, qui confirme qu'il existe "bien un chemin pour éviter le reconfinement".

13 jours se sont écoulés depuis cette prise de décision. Le 10 février 2021, la France a enregistré plus de 25.000 nouveaux cas, tandis que la barre des 80.000 morts était franchie la veille. 

À lire aussi
Joe Biden
Les infos de 18h - Aux États-Unis, des bières gratuites pour relancer la campagne de vaccination

Le nombre de cas reste élevé, mais comme l'a souligné Gabriel Attal, n'explose pas pour le moment, et le plateau est même "légèrement déclinant". Selon les chiffres de Santé Publique France, 19.209 nouveaux cas par jour ont été enregistrés en moyenne entre le 4 et le 10 février, contre 20.614 du 28 janvier au 4 février.

Une stabilité fragile

Côté hospitalisations, une baisse, là encore assez limitée, a pu être constatée. Santé Publique France révélait, le 10 février, que 27.417 malades de la Covid-19 étaient hospitalisés, soit 213 personnes de moins que la veille. Parmi eux, 3.309 se trouvaient en réanimation, contre 3.302 le 9 février.

Comme le souligne l'AFP, ces chiffres de réanimation sont aujourd'hui bien en deça de ce qu'ils ont été lors des deux confinements. Au printemps 2020, jusqu'à 7.000 lits de réanimation ont été occupés ; à l'automne, 4.900.

Des motifs d'inquiétude persistent néanmoins. En Île-de-France, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) estime que plus d'un quart des personnes contaminées seraient porteuses du variant du coronavirus aperçu en Angleterre, a indiqué à BFM Paris Jean-François Timsit, chef du service de réanimation médicale et infectieuse à l'hôpital Bichat. 

Dans une tribune publiée dans Le Monde, Bruno Riou, directeur médical de crise de l'AP-HP, assure que "il ne faut plus avoir peur d’un confinement total, à condition qu’il soit de courte durée : c’est la seule stratégie qui a démontré son efficacité dans de nombreux pays".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Maladie Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants