1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : "Il est possible qu'on ne soit jamais reconfiné", selon Olivier Véran
2 min de lecture

Coronavirus : "Il est possible qu'on ne soit jamais reconfiné", selon Olivier Véran

ÉCLAIRAGE - Après avoir tenu une conférence de presse alarmiste il y a deux semaines, le ministre de la Santé se range du côté d'Emmanuel Macron.

Olivier Véran le 4 février 2021
Olivier Véran le 4 février 2021
Crédit : Martin BUREAU / AFP
Coronavirus : "Il est possible qu'on ne soit jamais reconfiné", selon Olivier Véran
00:59
Jacques Serais & Marie-Pierre Haddad

"Il est possible qu'on ne soit jamais reconfiné". Olivier Véran est-il en train d'opérer un changement de stratégie ? Le ministre de la Santé a indiqué sur Franceinfo ce mardi 8 février qu'Emmanuel Macron "a eu raison de ne pas décider de confinement généralisé il y a quinze jours". 

Et d'ajouter que "chaque semaine que nous gagnons sur un confinement, c'est une semaine de libertés supplémentaires pour les Français". 

Olivier Véran a aussi précisé tenir "à un équilibre entre la vie sociale, économique et la santé, définie par l'OMS est un état de bien-être général". Un commentaire qui ne passe pas inaperçu, au regard des deux lignes qui se sont affrontés en Conseil de défense, ces dernières semaines : celle sur le sanitaire défendue par Jean Castex et le ministre de la Santé et celle sur l'économie, poussée par Bruno Le Maire.

Depuis une semaine, tout donne raison au Président

Un conseiller d'Emmanuel Macron

Ainsi, Olivier Véran se range du côté du président de la République, comme le reste du gouvernement. Pourtant, il y a à peine deux semaines le ministre de la Santé donnait une conférence de presse alarmiste. En coulisses, aux côtés des blouses blanches, il faisait clairement partie de ceux qui plaidaient pour un reconfinement

À lire aussi

Mais finalement, onze jours après la décision du chef de l'État de ne pas reconfiner le pays, Olivier Véran doit bien se rendre à l'évidence. Si l'on reste sur un plateau haut, il n'y a pas, pour le moment, cette flambée de nouveaux cas tant redoutée. Et même Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, se fait discret, note d’ailleurs un habitué de l’Élysée.

"Depuis une semaine, tout donne raison au Président", se félicite aussi un conseiller du chef de l'État. Un exercice d’autosatisfaction même si, officiellement au palais, on veut "rester humble". En effet, mieux vaut l’être en cette période où toute certitude est fragile.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/