3 min de lecture Gouvernement

Coronavirus : vaccin, efficacité, recul... Le point de Michel Cymes

Alors que l'espoir d'obtenir un vaccin en Europe dès le début de l'année 2021 s'amplifie, Michel Cymes revient sur les enjeux de la découverte d'un traitement contre la Covid-19.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : vaccin, efficacité, recul... Le point de Michel Cymes Crédit Image : EVA HAMBACH / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Ryad Ouslimani

Après le port du masque, les tests PCR et maintenant les test rapides, le confinement. On a l’impression que le prochain grand dossier, et j’allais dire le grand défi du ministre de la Santé, ce sera l’acceptation du vaccin. Souvenez- vous, il y a seulement quelques mois pendant la première vague et le premier confinement, on ne rêvait que d’une chose : que le vaccin contre la Covid arrive et vite. Très vite. 

Et aujourd’hui alors que Pfizer a annoncé que l’arrivée de ce vaccin se précisait, plus de la moitié des Français se demandent s'ils vont se faire vacciner. Et je comprends très bien les questions que se posent les Français. J’en parle souvent ici dans cette matinale, je suis un fervent défenseur de la vaccination en général. Mais là, il est tout à fait compréhensible que les Français hésitent à se faire vacciner, quand le vaccin sera disponible.

Nous leur répétons depuis des mois, et encore plus depuis l’annonce de Pfizer, qu’il faut entre 5 et 12 ans pour mettre au point et commercialiser un vaccin. Or, dans le cas de la Covid, on a commencé à travailler sur le génome du virus il y a à peine un an. Aura-t-on assez de recul pour être certains qu’il n’y aura pas d’effets secondaires ? C’est LA grande question.

Quelle efficacité, quel recul, et quel vaccin ?

Autre inquiétude, on nous parle d’une nouvelle technique, le fameux ARN m, utilisée pour la première fois dans l’élaboration d’un vaccin. Ensuite on parle de 90% d’efficacité, mais ça veut dire quoi ? Est-ce que ce vaccin m’empêchera seulement de tomber malade, mais fera quand même de moi un transmetteur si je l’attrape ? Combien de temps va durer la protection ? Un an ? Et dans ce cas il faudra que je me refasse vacciner tous les ans comme pour la grippe. Toute la vie ? Pour le moment on n’en sait rien.

À lire aussi
vidéo
Coronavirus, couvre-feu, masque : à quand la fin des restrictions ?

Et puis il y autre chose, 48 vaccins sont actuellement en phase d’essais cliniques dont 11 en phase 3 ; si ça se trouve plusieurs vaccins seront commercialisés. Lequel devra-t-on alors choisir ? Surtout que les techniques de fabrication et de production seront différentes. Tout ça ne va pas aider le ministre de la santé, Olivier Véran dans sa prise de décision.

Ouvrir le dialogue et être pédagogue

Il n’y aura pas de solution miracle, mais une chose est sûre, il va falloir expliquer encore et toujours et rassurer. Mais pour ça il faut jouer la transparence, dire ce que l’on sait et ne pas être péremptoire sur ce qu’on ne sait pas.

On peut par exemple rappeler aux Français que le vaccin contre la grippe qui est renouvelé tous les ans peut être considéré à chaque fois comme un nouveau vaccin, puisqu’il est différent de celui de l’année précédente.

Il faudra également considérer cette inquiétude comme légitime. Ne pas refuser de dialoguer avec ceux qui se posent des questions, sous prétexte que nous médecins ou les scientifiques en général nous avons le savoir, un point c’est tout ! On voit ce que ça a donné depuis le début de la pandémie.

Car si nous ne le faisons pas, si nous imposons sans concertation, sans explication, sans débat apaisé sur l’intérêt individuel et collectif de la vaccination Covid, alors les antivaccins, ceux qui vous expliquent sans sourciller qu’en vous vaccinant on vous injecte des petites puces dans le corps pour vous surveiller, ceux avec qui on ne peut et on ne doit pas discuter, s’engouffreront dans l’espace laissé libre.

Ce qui est certain c’est que le ou les vaccins vont arriver, et pour une fois qu’avec cette maladie on peut anticiper sur quelque chose, il ne faudra pas louper l’occasion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Virus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants