1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : que sait-on des risques de réinfection ?
2 min de lecture

Coronavirus : que sait-on des risques de réinfection ?

ÉCLAIRAGE - Des cas de réinfection ont été observés depuis août 2020 et restaient rares. Mais les variants pourraient changer la donne.

Un patient en consultation dans une unité de soins spéciale pour les malades du coronavirus (illustration).
Un patient en consultation dans une unité de soins spéciale pour les malades du coronavirus (illustration).
Crédit : Go Nakamura / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Coline Daclin

Peut-on attraper la Covid-19 plus d'une fois ? Et peut-on transmettre le virus plus d'une fois ? Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les scientifiques planchent sur ces questions essentielles. Car si l'immunité face au virus ne durait pas, c'est toute la stratégie de crise qui serait impactée. 

Des premiers cas de réinfection au coronavirus ont été observés dès le mois d'août 2020. Néanmoins, comme le soulignait en octobre l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le phénomène restait très rare. C'est un peu plus tard, avec l'apparition des variants du virus, que la question a commencé à soulever certaines inquiétudes. 

Les variants brésilien et sud-africain notamment sont porteurs d'une même mutation, E484K, qu'on suspecte d'amoindrir l'immunité acquise par une infection passée ou par les vaccins, et donc d'augmenter le risque de réinfection

Les plus âgés, plus à risque d'une réinfection ?

En février 2021, un premier cas de réinfection grave par le variant sud-africain a notamment été confirmé à l'hôpital Louis-Mourier, à Colombes (Hauts-de-Seine). Depuis, plusieurs cas ont été observés. Une vaste étude danoise, publiée le 18 mars dans le Lancet, a ainsi observé que 0,65 % des personnes testées avaient eu à deux reprises un test PCR positif. Au total, seulement 47% des plus de 65 ans étaient protégés après une première infection. Un taux qui passait à 80% dans la population générale.

À écouter aussi

Une étude publiée le 15 avril dernier, toujours dans le Lancet, et menée sur plus de 2.000 recrues de la marine américaine âgées de 18 à 20 ans, a également mis en avant un risque de réinfection chez les jeunes. Sur 189 participants ayant déjà attrapé le coronavirus et développé des anticorps, 19, soit 10 %, ont eu de nouveau au moins un test PCR positif au cours des 6 semaines de suivi. Ce taux est environ 5 fois moins important que chez les personnes qui n'avaient pas déjà développé des anticorps, mais il montre qu'il existe un risque. Reste que la charge virale des patients réinfectés était en moyenne 10 fois plus faible que chez les autres, rapporte Le Quotidien du Médecin.

Les auteurs de l'étude soulignent néanmoins que de nouvelles recherches sont nécessaires pour évaluer les risques de réinfection. Des chercheurs de l’université d’Oxford ont justement annoncé lundi 19 avril qu'ils allaient commencer un essai clinique sur le sujet, indique Courrier International. L'objectif sera d'établir quels aspects de la réponse immunitaire peuvent éviter une réinfection, mais aussi définir combien de temps la protection contre le virus dure après une première infection.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/