1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : non, la France ne va pas donner 100.000 doses de vaccin à la République tchèque
2 min de lecture

Coronavirus : non, la France ne va pas donner 100.000 doses de vaccin à la République tchèque

FACT CHECKING - Ces 100.000 doses du vaccin Pfizer correspondent en fait à des doses supplémentaires reçues par l’Union européenne.

Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans.
Cette photo prise le 15 janvier 2021 montre des ampoules du vaccin Pfizer-BioNTech non diluées pour Covid-19, conservées à -70 ° dans un super congélateur de l'hôpital du Mans.
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Vaccin contre le coronavirus : la France va-t-elle envoyer 100.000 doses à la République tchèque ?
02:34
Vaccin contre le coronavirus : la France va-t-elle envoyer 100.000 doses à la République tchèque ?
02:34
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par William Vuillez

"Y en a pour les Tchèques mais pas pour nous ?", "pas de rendez-vous pour le vaccin en France, peut être à Prague ?", c'est une vraie inquiétude relayée sur Twitter par la tête de liste du Rassemblement national en Bourgogne-France-Comté Julien Odoul, qui parle même de "voyage sans fin en absurdistan".

La République tchèque est l'un des pays les plus touchés actuellement par le coronavirus, obligé comme ce week-end, d’envoyer des patients en Allemagne, en Suisse et en Pologne. Il faut vacciner encore plus et vite. Voilà pourquoi, le 25 février dernier, le Premier ministre tchèque Andrej Babis explique : "Nous essayons depuis quelques temps de récupérer des doses supplémentaires de vaccin. Nous avons reçu un don de la part d’Israël et la France nous a maintenant promis 100.000 doses d’ici au 15 mars".

En réalité, comme l’explique le journal Le Monde ces 100.000 doses ne sont pas "envoyées" par la France, ou prélevées directement sur les stocks nationaux. Elles correspondent à des doses supplémentaires reçues par l’Union européenne, en mars, qui vont être attribuées à trois pays, dont la République tchèque. Il n'y a pas de privilège tchèque.

Un mécanisme de solidarité

Les commandes de vaccins ont été réalisées par la Commission européenne. L’idée était de payer moins cher, une commande de gros à 27 et de répartir les doses en fonction de la population. Mais les pays peuvent demander des doses supplémentaires non utilisées par les autres, ce que fait notamment la France. Ainsi la République tchèque va recevoir 100.000 doses de l’Union européenne, un supplément auquel la France va se joindre

À lire aussi

Le 5 mars, la radio publique tchèque explique en chiffre : "La France va faire don de 15.000 doses du vaccin AstraZeneca contre la Covid-19 à la République tchèque, et ce en complément des 100.000 doses du vaccin Pfizer qui seront laissées prioritairement à sa disposition par les États membres dans le cadre du mécanisme de solidarité européenne". 

Le vaccin est devenu une arme politique. Face à la lenteur de leur déploiement, de nombreux pays de l’Est comme la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque font appel au vaccin russe et chinois alors qu’ils ne sont pas approuvés par l’Europe. Une perte d’influence de la Commission européenne. Donc pas de panique si vous voyez un diplomate avec une seringue dans la poche, il fait de la politique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/