2 min de lecture Michel Cymes

Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de voir les Français négliger le premier geste barrière

C’est aujourd’hui la journée mondiale de l’hygiène des mains. Une préoccupation qui n’a pas toujours coulé de source mais que la pandémie a ravivé. Sauf que les Français ont tendance à baisser la garde.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de voir les Français négliger le premier geste barrière Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

On pourrait imaginer que le rabâchage des gestes barrières, parmi lesquels figure le lavage des mains, a payé un minimum et que nos mains sont globalement un peu moins sales qu’elles ne l’étaient avant la pandémie de coronavirus. Mais je crains qu’il faille le dire vite.

Parce que le problème, c’est qu’on s’habitue à tout : à la présence du virus comme au risque de contamination. Ce qui fait qu’on a tendance à baisser la garde et à tenter le diable et c’est bien dommage parce que l’enjeu d’une bonne hygiène manuelle va au-delà du simple plaisir d’avoir des mains propres : il s’agit d’une affaire de santé publique, je vais y revenir.

Qu’est-ce qui me fait dire que nous ayons baissé la garde en matière de propreté des mains ? C'est un sondage. C’est la maison IFOP qui est aux commandes sur ce coup-là. Je précise que le sondage date du mois d’octobre dernier mais il a le mérite de mettre les choses en perspective et ses enseignements restent valables.

Il y a un peu plus d’un an, au début de la pandémie, 86% des Français disaient se laver les mains quand ils rentraient chez eux (86%, c’est moins bien que 100% mais disons que c’était pas mal…). Ce qui est clair, c’est que la peur du virus avait son petit effet. 

À lire aussi
vaccin
Coronavirus : Spoutnik V un atout diplomatique majeur pour la Russie

Sauf qu’au mois de juillet, ils n’étaient plus que 75%, et au mois d’octobre 63% à se laver les mains en rentrant à la maison. Bref, les mauvaises habitudes étaient revenues. D’où ma question : aujourd’hui, quel pourcentage ? Alors que le virus est toujours parmi nous.

Toujours d’après ce sondage, on s’aperçoit que le relâchement est identique quand il s’agit de passer à table (on a chuté de 81 à 65%), quand on vient de se moucher (là, on passe de 65 à 37%), quand on a pris les transports en commun ou quand on est allé aux toilettes.

La mère de tous les gestes barrières contre les virus

L'enjeu est de santé publique. Oui, l’hygiène des mains est le père de tous les gestes barrières contre les virus et les bactéries. Et là, j’en viens à mon affaire de santé publique. Plus nos mains sont propres, moins on se contamine les uns les autres.  Moins on se contamine, moins on consomme d’antibiotiques.  Et moins on consomme d’antibiotiques, moins on favorise le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. 

Vous le voyez, il ne s’agit pas seulement d’être propre. Il s’agit aussi, entre autres choses, de lutter contre la résistance aux antibiotiques. Vous pouvez, nous pouvons tous y participer. "C’est entre nos mains", comme dit le slogan.

Et un bon lavage de mains, on a déjà eu l’occasion de le dire, ça ne se fait pas en 30 secondes. Et ça se fait avec du savon. Pendant 45 secondes à une minute. Paume contre paume, dos de la main contre dos de l’autre main, entre les doigts et sous les ongles, sans oublier le pouce, parce qu’on oublie toujours le pouce : soyez attentif la prochaine fois que vous vous lavez les mains, vous verrez que c’est vrai ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Michel Cymes Santé Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants