2 min de lecture Santé

Coronavirus : la deuxième vague n'a pas encore atteint le niveau de la première

ÉCLAIRAGE - 26.771 nouveaux cas et 258 décès liés au coronavirus en 24 heures en France. L'épidémie ne cesse de se propager et a plongé le pays dans une puissante deuxième vague.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : La deuxième vague n'a pas encore atteint le niveau de la première Crédit Image : Handout / National Institute of Allergy and Infectious Diseases / AFP | Crédit Média : Sophie Aurenche / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Florine Boukhelifa

Alors que l'épidémie de coronavirus atteint des chiffres records, il n'y a plus de doute. La France subit une deuxième vague puissante. Des mesures plus restrictives vont être prises pour y faire face. Mais sera-t-elle pire que la première et pourquoi est-elle si forte ?

 
Au niveau national, cette deuxième vague n'est pour le moment pas plus forte que la première. Elle l'est cependant dans certains départements. Le nombre d'hospitalisations atteint les niveaux de mars, une dizaine de jours après le début du confinement. D'après les données du lundi 26 octobre, 2.761 patients sont en réanimation. C'est le même niveau que le 11 mai, jour du déconfinement, mais loin du pic de 7.000 début avril.

Dans certains départements, les chiffres s’affolent. Ils sont bien supérieurs à ceux du printemps dernier. En Isère par exemple, le nombre de malades à l’hôpital est deux fois plus important qu’en mars-avril dernier. Ils sont aujourd'hui 495, contre 255 au printemps. Dans le Nord, on en compte 1013 contre 984. 208 contre 84 pour le Puy-de-Dôme et dans le Tarn et Garonne, 72 contre 20. À noter aussi que des régions épargnées au printemps ne le sont pas cet automne. 

Le virus circule moins vite en France que chez certains voisins européens

Bonne nouvelle tout de même sur la dynamique de l’épidémie. En mars dernier, le nombre d’hospitalisations doublait toutes les semaines, avec des croissances à 100, voire 150%. Ici, ce n’est pas encore le cas. Les chiffres doublent plutôt tous les 15 ou 18 jours. Le taux de croissance pour les hospitalisations est de 50%, 33% pour les réanimations.

À lire aussi
Une assiette végétarienne (Illustration) régime
Régimes végétaux : quels bienfaits et quels risques ?

Après un été débridé, la deuxième vague a sans doute frappé plus tôt en France que dans d'autres pays. Le pays garde tout de même l'un des taux de reproduction du virus les plus bas d’Europe. Il est de 1,2 selon l’Institut de santé de Genève qui compile tous les chiffres du monde chaque jour depuis le mois de mars. C'est moins que certains voisins européens. En Suisse, le taux est de 1,42, en Italie 1,38 ou encore en Allemagne avec 1,29.  

Cela veut donc dire que le virus circule un peu moins vite chez nous qu'ailleurs en Europe. Néanmoins, plusieurs experts affirment depuis ce week-end que l’épidémie est hors de contrôle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants