1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus et fêtes : "Chacun a une grande responsabilité collective", avertit le Pr Deray
2 min de lecture

Coronavirus et fêtes : "Chacun a une grande responsabilité collective", avertit le Pr Deray

INVITÉ RTL - "En tant que médecin, je crains ce qu'il va se passer après les fêtes" si l'on relâche trop la pression, confie le professeur Gilbert Deray, chef de service à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Les gestes barrière devront continuer à être respectés par tous.
Les gestes barrière devront continuer à être respectés par tous.
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Coronavirus en France : situation préoccupante avant les fêtes de Noël
04:58
Coronavirus en France : situation préoccupante avant les fêtes de Noël
04:58
Sophie Aurenche - édité par Gaétan Trillat

Serons-nous déconfinés à Noël ? Rien n'est moins sûr et le gouvernement est de plus en plus pessimiste à la lecture des courbes : si la baisse du nombre de contaminations était de 30 à 40% d’une semaine sur l’autre, fin novembre, ce n’est plus du tout le cas depuis plusieurs jours. Nous sommes sur un plateau de 8.000 à 10.000 contaminations par jour, loin du seuil de 5.000 voulu par Emmanuel Macron. Depuis deux jours, les chiffres stagnent aussi à l’hôpital, avec une augmentation du nombre d'hospitalisations dans 16 départements.

Il y a plusieurs explications à cette stagnation, selon le professeur Gilbert Deray, chef de service à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière : "Le premier élément c’est que ce virus comporte une part d’incertitude et nous surprend depuis le début ; ensuite bien sûr, le refroidissement des températures fait que l’on vit plus en intérieur, on est plus en contact les uns avec les autres. Et enfin, dès qu’on lève les mesures de restriction, cela a un effet immédiat sur les contaminations."

S'il ne veut pas "culpabiliser" les Français "après plus de six mois de lutte", Gilbert Deray invoque "la grande responsabilité collective" de chacun à l'approche des fêtes de fin d'année. "On ne peut pas relâcher les efforts autant qu'on le voudrait jusqu'à ce qu'on ait l'efficacité des vaccins." Selon lui, il faut tirer les leçons de l'été dernier où "on a mal fait les choses" en levant les mesures trop rapidement et trouver le bon curseur entre "confinement total et pas de confinement du tout".

Alors, le gouvernement doit-il resserrer la vis ? "C'est une décision qui n'est pas que sanitaire, mais aussi sociétale et économique", estime Deray. "En tant que médecin, je crains ce qu'il va se passer après les fêtes" si l'on relâche trop la pression, "mais il y a d'autres considérations : la solitude, la nécessité d'être ensemble, et l'économie du pays".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/