1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : comment les "vaccinodromes" se préparent à accélérer la campagne
2 min de lecture

Coronavirus : comment les "vaccinodromes" se préparent à accélérer la campagne

INVITÉ RTL - Jean-Michel Fourgous, président de la communauté d’agglomération Saint-Quentin-en-Yvelines, où se trouve l'un des 35 "vaccinodromes" de l'Hexagone, explique que le centre se prépare à injecter "près de 10.000 doses" par jour.

Le vaccinodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Le vaccinodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Crédit : Sina Mir / RTL
Coronavirus : comment les "vaccinodromes" se préparent à accélérer la campagne
08:37
Julien Sellier - édité par Quentin Marchal

Alors que les livraisons de doses concernant la campagne de vaccination vont s'accélérer en France, le gouvernement a semble-t-il changé sa stratégie puisque après avoir écarté l'idée des "vaccinodromes", le stade Vélodrome à Marseille a été mis à profit pour endiguer l'épidémie, le Stade de France se prépare et le ministre de la Santé, Olivier Véran, a totalement changé sa position sur le sujet.

Lundi 22 mars, le membre du gouvernement a déclaré que "le service de santé des Armées va travailler à développer un certain nombre de grands centres de vaccination et nous en déployons avec l'État et l'assurance maladie un certain nombre d'autres pour pouvoir être capable d'utiliser tous les vaccins qui nous sont livrés à partir du mois d'avril".

Au total, 35 "vaccinodromes" sont prévus à partir d'avril pour vacciner au maximum les Français. Jean-Michel Fourgous, maire Les Républicains (LR) d’Élancourt et président de la communauté d’agglomération Saint-Quentin-en-Yvelines, commune où se trouve l'un d'eux et où 15.000 patients ont déjà été vaccinés, souligne que ce "vaccinodrome" a permis de "purger quasiment toutes les listes des plus de 75 ans".

"On est ouvert depuis le 18 janvier, on a eu une montée progressive en montant, en deux mois, de 200 vaccinations par jour à près de 2.000 et on est prêt à monter à près de 10.000 par jour" explique Jean-Michel Fourgous. 

"On est prêt pour cette accélération"

À lire aussi

Un "vaccinodrome" représente toute une organisation bien huilée comme l'explique le président de la communauté d’agglomération Saint-Quentin-en-Yvelines : "Ça demande près de 150 personnes en rotation donc on est train de former trois équipes qui peuvent tourner la nuit et le week-end si on monte à 10.000 (vaccinations quotidiennes)".

Concernant la conservation des doses d'injections, Jean-Michel Fourgous rapporte que "les scientifiques sont en train de préparer une étude épidémiologique sur la durée de l'immunité" afin de "donner une visibilité aux gens sur leur immunité". "On est prêt pour cette accélération (de la campagne), on s'est entraîné pendant deux mois" tient-il également à souligner.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/