2 min de lecture Coronavirus

Confinement : doit-on s’inquiéter d’une hausse de la consommation d'alcool ?

INVITÉ RTL - Pour le professeur Michel Reynaud, président du Fonds actions addictions, les mesures de confinement destinées à lutter contre le coronavirus risquent de faire rechuter certaines personnes qui avaient arrêté le tabac ou l'alcool.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Confinement : doit-on s'inquiéter d'une hausse de la consommation d'alcool ? Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
Venantia
Venantia Petillault

Apéros Skype, Whatsapp, Zoom, fêtes à distance... Depuis l'annonce du confinement en France, le mardi 17 mars, une multitude d'applications a envahi nos smartphones pour nous permettre de trinquer entre amis, virtuellement. Le rituel semble déjà s'être installé pour retrouver ce lien avec nos proches. Mais qu'en est-il de notre consommation d'alcool ? Michel Reynaud, président du Fonds actions addictions, nous éclaire. 

"Nous sommes des êtres humains qui ont besoin de lien, de fête, de récompense et qui trouvent des solutions. Réussir à garder du lien et à se faire la fête, c'est extrêmement bien. Ceux qui buvaient modérément, à l'occasion de soirées festives, continueront à contrôler dans ce système des apéros skype qui permettent d'être ensemble". 

Mais Michel Reynaud met en garde les personnes déjà sujettes à l'addiction : "En revanche, ceux qui buvaient déjà beaucoup utiliseront ces nouveaux moyens technologiques pour continuer à justifier les consommations excessives et à les normaliser. Il y a d'autres risques : pour les gens fragiles émotionnellement et qui souffrent du confinement, l'alcool est une bonne façon de se calmer et dans ce cas il faut faire très attention car certains boiront pour calmer leur angoisse et leur tristesse", prévient-il.

Problème pour ceux qui ont arrêté

De plus, ce nouveau phénomène peut constituer un vrai problème pour ceux qui sont en sevrage ou qui ont arrêté. "Lorsqu'on est dépendant, le cerveau est programmé pour trouver une solution aux émotions compliquées, qui est le produit, explique l'addictologue. C'est encore plus net avec la cigarette. On voit éclater sur les groupes d'entraide les gens qui se remettent à fumer alors qu'ils avaient arrêtés. Il va falloir penser à ces populations fragiles."

À lire aussi
Des personnes masqués à l'aéroport de Seattle, le 8 mars 2020 (illustration) coronavirus
Coronavirus : quels contrôles pour les Français dans quels pays ?

Pour se faire aider, des centres de soins ambulatoires ont mis en place des stratégies de vidéos et de consultations. On peut aussi utiliser les nouvelles technologies : les groupes Facebook fonctionnent très bien comme "Addiction et alcool, ensemble on est plus forts" ou bien encore "Je ne fume plus", par exemple. Il y a aussi les lignes d'écoute alcoolinfoservice et tabacinfoservice

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Alcool
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants