1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Violences dans les stades : "Le foot est le reflet de la société", constate Deschamps sur RTL
1 min de lecture

Violences dans les stades : "Le foot est le reflet de la société", constate Deschamps sur RTL

DOCUMENT RTL/M6 - En marge de l'annonce de la liste des joueurs retenus pour France-Belgique, le sélectionneur s'est exprimé sur les récents incidents survenus à Nice, Lens ou Angers, "des scènes qui n'ont pas la place dans le monde du sport".

Didier Deschamps à Clairefontaine le 18 novembre 2019
Didier Deschamps à Clairefontaine le 18 novembre 2019
Crédit : Philippe Sanfourche et Jérémy Moreau
Gregory Fortune & Philippe Sanfourche

Présent jeudi 30 septembre en conférence de presse pour dévoiler la liste des 23 joueurs retenus en vue de la demi-finale de Ligue des Nations France-Belgique (jeudi 7 octobre à Turin), Didier Deschamps a ensuite répondu aux questions de M6 et RTL. Dernier thème abordé, les violences dans les stades qui ont empoisonné le début de saison en Ligue 1, lors de Nice-MarseilleLens-Lille ou encore Angers-OM.

Cela fait "beaucoup trop", lâche le sélectionneur, avant de développer son propos. "Le football, le sport en général, est le reflet de la société. Qu'il y ait une montée en puissance de l'agressivité, de la haine, on peut le constater malheureusement depuis un petit moment... Dans votre domaine aussi, les médias, la manière de dire les choses..." 

"Après, quand c'est matérialisé par des actes physiques... Je ne vais pas tenir responsables les clubs plus que que les pouvoirs publics... Des choses comme ça, des scènes comme ça n'ont pas la place dans le monde du sport, le football et d'autres sports, mais comme le football est le sport le plus populaire", explique encore l'homme de 52 ans. 

Des solutions, il doit y en avoir

Didier Deschamps

"Des solutions, il doit y en avoir, conclut-il. Je pense que ce n'est pas 1+1, c'est à un ensemble de se sentir concerné pour que faire en sorte ça ne se reproduise pas". En marge de cet entretien, le supporter niçois auteur d'un coup de pied vers Dimitri Payet lors des incidents ayant provoqué l'arrêt définitif de Nice-OM fin août a été condamné à un an de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction de stade.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/