1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Violences dans les stades : "La solution n'est pas de pénaliser tous les supporters", dit Maracineanu
1 min de lecture

Violences dans les stades : "La solution n'est pas de pénaliser tous les supporters", dit Maracineanu

INVITÉE RTL - Après les scènes de violences qui ont éclaté entre supporters lors de plusieurs matchs de Ligue 1 ces dernières semaines, la ministre chargée des Sports s'est dite prête à prendre des mesures.

Les supporters marseillais ont envahi la pelouse du stade Raymond Kopa, à Angers le 22 septembre
Les supporters marseillais ont envahi la pelouse du stade Raymond Kopa, à Angers le 22 septembre
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Pour Maracineanu, "la solution n'est pas de pénaliser tous les supporters"
05:38
Pour Maracineanu, "la solution n'est pas de pénaliser tous les supporters"
05:38
Yves Calvi & Sarah Belien

"Personne n'a vu cette violence arriver". La ministre déléguée chargée des Sports Roxana Maracineanu s'est dite prête à prendre des mesures pour endiguer les violences de plus en plus nombreuses entre supporters en Ligue 1. Au micro de RTL ce vendredi 24 septembre, la ministre appelle "tout le monde à se mettre autour de la table" pour trouver des solutions.

Les incidents en marge des matchs de football se multiplient dans les stades depuis le début du championnat. Envahissement de terrain à Angers, même scène lors de Lens-Lille également. Il est temps d'agir pour la ministre chargée des Sports. "Alors est-ce qu'agir veut dire interdire les déplacements des supporters ? Si c'est une mesure d'urgence qu'il faudra prendre, on la prendra, mais moi je veux que tout le monde se mette autour de la table et qu'on travaille ce sujet", a-t-elle affirmé.

Pour Roxana Maracineanu, "la solution, ce n'est pas de pénaliser tous les supporters à cause de personnes violentes et qui s'en prennent aux autres". Pour la ministre, les instances du football, les clubs, les associations de supporters et les assistances publiques ont tous une rôle à jouer. "Il faut qu'on soit tous responsabilisés dans cette affaire", déclare-t-elle. "Moi je ne suis pas d'avis de pousser la poussière sous le tapis et de recommencer comme au bon vieux temps en interdisant des déplacements", poursuit la ministre chargée des Sports.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/