1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Ligue 1 : comment lutter contre la violence dans les stades ?
3 min de lecture

Ligue 1 : comment lutter contre la violence dans les stades ?

La Ligue 1 a repris depuis 7 journées. Mais le championnat français fait parler de lui pour de mauvaises raisons : le comportement des supporters. Envahissement du terrain, violences... Comment lutter contre ce fléau ?

Des supporters lensois ont pénétré sur la pelouse de Bollaert à la mi-temps de Lens-Lille
Des supporters lensois ont pénétré sur la pelouse de Bollaert à la mi-temps de Lens-Lille
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Charlotte Diry

Le football français a connu de nombreux matches à huis clos la saison dernière en raison de la crise sanitaire. Des stades vides, sans ambiance et sans supporter. Une situation pesante pour les joueurs, qui ont dû s'habituer à jouer dans un calme plat. Du côté des amoureux du ballon rond, c'était la frustration de ne pas pouvoir venir supporter leur équipe qui régnait. 

Depuis la 1e journée de Ligue 1 de cette nouvelle saison 2021-2022, c'est dans des stades pleins, sans jauge, que peuvent se dérouler les matches. Mais si le football permet de rassembler et de partager la même passion, certains supporters ne semblent pas être du même avis. 

En sept journées de championnat, les envahissements de terrain, les scènes de violences et les bagarres s'accumulent. Nice - Marseille avait dû être définitivement interrompu lors de la 3e journée de L1. Lens - Lille avait lui aussi été interrompu le 18 septembre, avant de reprendre dans une ambiance électrique.

Et ces scènes de violences ne se sont pas limitées à ces deux matches. Mercredi 22 septembre, lors de la 7e journée de championnat, des envahissements de terrains ont encore eu lieu à Angers et Metz, tandis que le bus des Girondins de Bordeaux était pris pour cible à Montpellier. Une succession d'incidents qui ont choqué et fait réagir, aussi bien en France qu'à l'étranger.

À lire aussi

Si des sanctions ont été appliquées par la Ligue de Football Professionnel (LFP), comme des matches à huis clos, celles-ci ne semblent pas dissuader les responsables de ce genre d'incidents. 

Des supporters ont envahi la pelouse de l'Allianz Riviera lors du match entre Nice et l'OM.
Des supporters ont envahi la pelouse de l'Allianz Riviera lors du match entre Nice et l'OM.
Crédit : Valery HACHE / AFP

Mettre en place des sanctions plus fortes

Pour mettre fin à ce phénomène d'envahissement de terrain, la mise en place de sanctions fortes et significatives pourrait être la solution selon Philippe Sanfourche, spécialiste football de RTL.

"Il faudrait prononcer des interdictions de stade qui soient fermes et sévères. C'est-à-dire que ce soit au moins 2 ans et quand ce sont des faits graves, 5-10 ans voire à vie. Il faut vraiment être très ferme là-dessus", affirme-t-il. Avant de rajouter : "Des interdictions de stade judiciaires, c'est-à-dire une fois qu'il s'est passé des faits graves et qu'ils ont été traités en justice, il n'y en a pas assez. Les pouvoirs publics peuvent être plus méchants".

Je pense qu'au niveau des clubs (...), il faut des sanctions de points

Philippe Sanfourche

Toutefois, en plus des interdictions de stade, d'autres sanctions pourraient être mises en place, notamment concernant les clubs. "Je pense qu'au niveau des clubs pour les responsabiliser, c'est très simple. Il faut des sanctions de points. Mais pas juste un point en championnat. S'ils se prennent moins 10 points et que ça met en péril la saison, ils vont forcément à un moment ou à un autre, prendre les choses en main et virer les fauteurs de trouble", confiait Philippe Sanfourche. 

Pour le journaliste de RTL, la solution des matches à huis clos comme sanction n'est pas forcément la plus adaptée. Pour cause, une décision injuste qui prive l'ensemble des supporters, même ceux qui ne sont pas responsables des incidents : "Ce que je n'aime pas, c'est qu'on punit 50.000 personnes pour 500 supporters. Le public qui n'a rien demandé ou les supporters qui viennent juste pour faire la fête sont punis au nom de 500 personnes qui sont sans foi ni loi. C'est injuste".

Un dispositif de sécurité plus important

Pour prévenir ces envahissements de stade des mesures de prévention pourraient également être mises en place dans les enceintes sportives. Notamment concernant le dispositif de sécurité. En effet, ce sont les clubs qui doivent assurer la sécurité des événements et donc ils en sont responsables. "Cela nécessite des services de sécurité en nombre, organisés", affirme Philippe Sanfourche. 

"À partir du moment où il y a des envahissements de terrain, c'est que les supporters sentent que c'est possible, tout simplement. S'il y a un cordon suffisamment important, c'est dissuasif et ils n'y vont pas", conclut le journaliste. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/