3 min de lecture Stade Rennais

Stade Rennais : Julien Stéphan, de la Ligue des champions à la démission

ÉCLAIRAGE - Nommé en décembre 2018, vainqueur de la Coupe de France face au PSG en 2019, l'entraîneur qui a permis à Rennes de jouer dans la cour des grands cette saison a démissionné, lundi 1er mars.

Julien Stéphan à Rennes le 14 février 2021
Julien Stéphan à Rennes le 14 février 2021 Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Le record de la saison 2004-2005 avec 10 entraîneurs écartés ou démissionnaires en cours de saison va-t-il être battu ? Après Metz, Dijon, Nice, Nantes à deux reprises, le PSG, Marseille et Nîmes, Rennes est devenu lundi 1er mars le neuvième club de Ligue 1 à acter un changement de coach, trois jours après un revers à domicile face à Nice (1-2) en ouverture de la 27e journée.

Au sortir de cette quatrième défaite de rang (une en Coupe de France, trois en L1) et de ce septième match de suite sans succès, Julien Stéphan a décidé de jeter l'éponge. "Ce matin, le Stade Rennais F.C. a pris acte de la démission de son entraîneur", a indiqué l'actuel 9e de L1 dans un communiqué, remerciant le technicien, passé sur le banc des catégories de jeunes de Rennes puis de la réserve avant de prendre les rênes de l'équipe première. 

Nommé entraîneur du Stade Rennais en décembre 2018 en remplacement de Sabri Lamouchi, le fils de Guy Stéphan, adjoint de Didier Deschamps chez les Bleus était le benjamin des entraîneurs de Ligue 1 du haut de ses 40 ans. Le club précise que "Philippe Bizeul, adjoint de Julien Stéphan et titulaire du Bepf (Brevet d'entraîneur professionnel de football), assurera l'intérim". 

Premier titre depuis 48 ans

Lui aussi nommé par intérim dans un  premier temps il y a deux ans et demi, Julien Stéphan débute son aventure avec  l'équipe première des rouge et noir par deux succès. Il enchaîne par la première qualification de l'histoire du club breton en 16es de finale de la Ligue Europa. Il s'arrêtera en 8es face au Bétis Séville mais continue d'engranger les succès en L1 (le club termine 10e) et remporte la Coupe de France, son premier trophée depuis 48 ans, en faisant tomber le PSG en finale (2-2, 6 tirs au but à 5).

À lire aussi
Ligue 1 Uber Eats
EN DIRECT - Ligue 1 : suivez le multiplex de la 37e journée

S'il ne fait pas partie des cinq nommés aux Trophées UNFP pour le titre de meilleur entraîneur (attribué au Lillois Christophe Galtier), Julien Stéphan marque les esprits. Parfois moqué, le club propriété de la famille Pinault commence à être sérieusement pris au sérieux, enchaîne une deuxième qualification européenne. Elle se conclue sur un échec (4e place en phase de poules). Mais Rennes profite de ses résultats en championnat et d'un concours de circonstance pour décrocher le Graal : une place directe en Ligue des champions pour cette saison 2020-2021.

Première crise à l'automne

Invaincue lors de ses sept premiers matches en L1 (quatre succès, trois nuls), l'équipe de Julien Stéphan débute sa campagne par un nul (1-1) face aux Russes de Krasnodar. La pépite Éduardo Camavinga est restée. Arrivé en prêt en janvier 2020, l'expérimenté Steven Nzonzi a prolongé. Rennes bat en plus son record pour un achat de joueur : 26 millions d'euros pour le Belge Jérémy Doku.

Mais ce nul en Ligue des champions marque le début d'une première sévère zone de turbulences : entre le 23 octobre et le 8 décembre, Rennes ne gagne qu'un match, contre Brest (2-1) pour un nul et neuf défaites, dont cinq sur la scène européenne. "Il ne faut pas paniquer", lance Stéphan après celle au Roazhon Park face à Chelsea fin novembre. 

Plus de solution

"On est là, on est ensemble, on est soudé, avec une volonté féroce et de tous les instants de chercher la solution, poursuit-il. Et on va la trouver avec les joueurs, ça c'est une certitude". En effet, le 3e du dernier championnat au moment de l'arrêt définitif se reprend spectaculairement en décembre et janvier : cinq victoires et deux nuls.

Dominateur face à Lille, les Rennais ne sont pas récompensés (0-1). Rejoints par Lorient (1-1) début février, ils restent muets à Lens (0-0) trois jours plus tard. Suivent une défaite à Angers (2-1) en Coupe de France, un revers à domicile face à des Verts pourtant bien pâles (0-2) et un autre à Montpellier (2-1) avant le dernier contre Nice (1-2). Avant de se rendre à Lyon et Marseille, Julian Stéphan, cette fois, n'avait visiblement plus la solution.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Stade Rennais Rennes Ligue 1 Uber Eats
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants