1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Ligue des champions : qu'ont donné les 6 finales disputées par des clubs français ?
4 min de lecture

Ligue des champions : qu'ont donné les 6 finales disputées par des clubs français ?

Le PSG tentera, ce dimanche 23 août (21h), de devenir le deuxième club français à remporter une Ligue des champions après l'Olympique de Marseille en 1993. Les cinq autres finales françaises se sont toutes soldées par des défaites.

Basile Boli, auteur du but de la victoire en Ligue des champions pour l'Olympique de Marseille en 1993.
Basile Boli, auteur du but de la victoire en Ligue des champions pour l'Olympique de Marseille en 1993.
Crédit : Boris HORVAT / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont
Journaliste

La qualification du Paris Saint-Germain en finale de la Ligue des champions, après sa demi-finale remportée face au RB Leipzig (3-0), est une rareté dans l'histoire du football français. PSG-Bayern Munich, ce dimanche 23 août (21h), sera la septième finale de C1 disputée par un club français. C'est moins que l'Espagne (29 finales), l'Italie (28), l'Angleterre (22) et l'Allemagne (18) mais aussi le Portugal (9) et les Pays-Bas (9).

Avant cette équipe parisienne, l'AS Saint-Étienne, Reims, Marseille et Monaco avaient atteint la dernière marche de la Ligue des champions. Mais seul l'Olympique de Marseille, en 1993, a réussi à soulever la "coupe aux grandes oreilles". 

Le PSG tentera donc de rattraper son principal rival en remportant la première Ligue des champions de son histoire, et essayera de ne pas reproduire les échecs en finale de ses autres prédécesseurs.

1. 1956 : Reims, la première

Le 13 juin 1956, plus de 38.000 spectateurs se réunissent au Parc des Princes (Paris) pour la première finale de C1 de l'histoire du football européen. À l'époque, la compétition s'appelle la Coupe d'Europe des clubs champions, et vient de naître à l'initiative de journalistes de L'Équipe. Une idée française , couronnée par la présence d'un club français en finale, le Stade de Reims.

À lire aussi

Dans les années 50, les Rémois sont une une force dominante du football français, champions en 1949, 1953 et 1955. Leur adversaire pour cette grande finale : le Real Madrid. Mais pour cette première historique, le Stade de Reims avec la légende du football français Raymond Kopa s'incline au terme d'un match riche en buts (4-3).

2. 1959 : Reims rate sa revanche contre le Real

Même affiche pour la finale de 1959. En trois ans, certaines choses ont changé : Raymond Kopa est passé de Reims à Madrid, transféré pour 520.000 francs, et Just Fontaine, qui reste jusqu'à aujourd'hui le quatrième meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde (13 buts en six matchs), est quant à lui arrivé en Champagne en provenance de l'OGC Nice.

Mais l'histoire se répète pour cette deuxième et dernière finale rémoise en date. Le club champénois s'incline finalement 2-0, avec un but madrilène signé par le double vainqueur du Ballon d'or Alfredo Di Stéfano.

3. 1976 : Sainte-Étienne bute sur les "poteaux carrés"

Le football français attend 17 ans avant de ravoir un club finaliste de C1. En 1976, l'AS Saint-Étienne réalise un parcours mémorable, battant notamment les Glasgow Rangers en huitièmes de finale (2-0, 2-1) et le PSV Eindhoven en demi (1-0, 0-0).

30.000 supporters stéphanois se déplacent en Écosse pour assister à cette finale face au Bayern Munich, perdue in extremis (1-0). Malchanceux, les Verts ne parviennent pas à marquer et voient des frappes de Dominique Bathenay et Jacques Santini atterrir sur le poteau puis la barre transversale. Selon la légende, ce sont ces poteaux, carrés et non ronds comme c'est le cas aujourd'hui, qui sont responsables de la défaite.

4. 1991 : l'OM perd sa première finale

En 1991, l'Olympique de Marseille, racheté cinq ans plus tôt par Bernard Tapie, connaît une première grande épopée européenne. Qualifié en Coupe des clubs champions après avoir remporté le championnat de France en 1990, les Marseillais accèdent à la finale de la "coupe aux grandes oreilles" face à l'Étoile Rouge de Belgrade, club de l'ancienne Yougoslavie lui aussi finaliste pour la première fois.

Aucune des deux équipes ne parvient à marquer, ni dans le temps réglementaire ni lors des prolongations. Premier tireur marseillais, Manuel Amoros rate son penalty. Les joueurs de Belgrade, en revanche, réussissent tous les tirs, et viennent mettre fin à ce rêve marseillais (0-0, 3-5 tab).

5. 1993 : Marseille, "à jamais les premiers"

L'OM s'offre une deuxième opportunité, deux ans plus tard. L'adversaire, cette fois-ci, est le très grand Milan AC, déjà quatre fois vainqueur (1969, 1969, 1989, 1990). Il s'agit de la première finale après que la compétition ait été rebaptisée "Ligue des champions". 

À la 43ème minute, Basile Boli marque de la tête sur un corner d'Abedi Pelé. L'unique but de la rencontre (1-0), qui permet à l'OM de devenir le premier, et à ce jour seul, club français champion d'Europe. 

6. 2004 : Monaco impuissant face au FC Porto de José Mourinho

L'AS Monaco est la dernière équipe du championnat de France a avoir atteint une finale de Ligue des champions. Il s'agit, en 2004, d'une confrontation entre deux jeunes entraîneurs prometteurs : Didier Deschamps, qui amènera par la suite l'équipe de France à un titre de champion du monde (2018), avec Monaco et José Mourinho avec Porto.

Le match basculera finalement en faveur des portugais (3-0) face à des joueurs de l'ASM impuissants. Aucun club français n'est allé aussi loin dans la compétition pendant plus de 15 ans, jusqu'à ce que le PSG offre au football français la possibilité de rêver de nouveau d'une coupe d'Europe. Mais face au Bayern Munich, le plus dur reste à faire pour éviter une sixième défaite française.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/