4 min de lecture Coupe d'Europe

Ligue des champions : où en sont les adversaires de Lyon et du PSG ?

DÉCRYPTAGE - La Juventus et l'Atalanta Bergame ont disputé une dizaine de rencontres depuis le déconfinement en Italie, de quoi pouvoir se faire une idée de leur état de forme avant la Ligue des champions.

Cristiano Ronaldo et Paulo Dybala sont les principaux atouts d'une Juventus peu brillante
Cristiano Ronaldo et Paulo Dybala sont les principaux atouts d'une Juventus peu brillante Crédit : Miguel MEDINA / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Dans moins de trois semaines, l'Olympique lyonnais ira défendre son avantage du match aller (1-0) face à la Juventus pour tenter de rejoindre les quarts de finale de la Ligue des champions, et le "Final 8" de Lisbonne, en effaçant l'ogre turinois. Quelques jours plus tard, le PSG quant à lui jouera sa place dans le dernier carré sur un match sec face à l'Atalanta Bergame, avec sur le dos un costume de favori. 

Mais alors qu'on entame le dernier tiers du mois de juillet, la reprise de la Serie A permet d'observer le niveau des deux adversaires des clubs français. Et à ce jour, bien que la Juve soit encore en tête du classement avec 5 points d'avance sur l'Inter et 6 sur Bergame, c'est bien cette dernière équipe qui fait figure d'épouvantail depuis la reprise post-confinement. 

Troisième du classement, la Dea (la déesse) est une machine à jouer un football flamboyant, offensif, réglé comme du papier à musique. Les troupes de Gian Piero Gasperini ont repris le championnat par 6 victoires consécutives, 7 en 9 matchs à ce jour. La Juventus a eu un mal fou à arracher un nul 2-2 face aux Bergamasques. Le seul match éventuellement décevant serait le nul 1-1 face au Hellas Vérone le 18 juillet. 

L'Atalanta lancée comme une fusée

Toujours est-il que l'Atalanta n'a plus perdu depuis le 20 janvier, et qu'elle devrait se qualifier encore une fois pour la prochaine Ligue des champions au nez et à la barbe de plus gros budgets. Elle reste en course mathématiquement pour le titre en Italie, et pourrait damer le pion au final à l'Inter ou la Lazio pour une place sur le podium. La Juventus paraissant un peu trop loin. 

À lire aussi
Diego Maradona en 1986 Diego Maradona
Les infos de 6h30 - Mort de Maradona : "C'était une vraie inspiration", se souvient Robert Pirès

Le PSG serait bien inspiré alors d'arriver le plus en rythme possible face à cette Atalanta rodée par 13 matchs officiels. Pressing, courses collectives, assauts incessants, les Italiens pourraient offrir un match à grosse intensité à des Parisiens qui n'auront dans les jambes que deux finales de coupes en guise de rencontres à enjeu.

En revanche, pour l'Olympique lyonnais, visionner les matchs de la Juventus n'est pas aujourd'hui synonyme de stress pour le match du 7 août. En effet, la Vecchia Signora a eu la bonne idée de bien débuter la Serie A, avec 14 premiers matchs sans défaite, car depuis plusieurs mois les hommes de Maurizio Sarri misent sur la qualité des individualités plus que sur la qualité collective globale. Tout l'inverse de l'Atalanta. 

Cette Juve n'est pas finie

C'est finalement la défaillance de l'Inter, la baisse de régime de la Lazio, la mauvaise passe en janvier de Bergame et la convalescence du Milan qui permettront cette saison un sacre probable de la Juventus. Machine hors normes pour la Serie A, ses concurrents s'arment petit à petit mais ne sont pas prêts. Ce lundi 20 juillet, en cas de victoire contre la Lazio, le Scudetto serait presque acquis

Mais dans les faits, les Turinois restent sur trois matchs sans victoire, et ont eu du mal à gérer les rencontres à élimination directe. En demi-finale de coupe face au Milan, la Juve a dû passer par les tirs au but pour aller en finale. Mais elle a buté sur Naples et a échoué à remporter le trophée. Un manque de solidité et de caractère qui s'expliquent par un jeu encore embryonnaire et une absence répétée des cadres. 

Giorgio Chiellini, totem du club, a été blessé pendant 5 mois, et a rechuté il y a quelques jours lors de son retour. Âgé, il reste un leader capable de remettre les troupes en ordre de marche. Le duo De Ligt-Bonucci peut être de très haut niveau mais il a besoin d'un milieu solide devant lui. Là encore, la stabilité fait défaut à la Juventus. Rabiot, Matuidi, Pianic, Khedira, Bentancur, Ramsey, la qualité est là mais la fluidité beaucoup moins. 

L'OL a une carte à jouer

Devant, si Ronaldo marque beaucoup et que Dybala est capable de sortir de la magie de son pied gauche, ils misent sur leur talent au sein d'un collectif hoquetant. Face à une équipe organisée, solide, la Juventus a du mal à trouver dans son fond de jeu les solutions pour marquer. Le match aller face aux Lyonnais l'avait montré, et ça ne semble pas aller mieux. 

Seul avantage à ce jour, la capacité à jouer un match entier après 14 rencontres officielles disputées avant de recevoir l'OL. Ce dernier n'aura joué que la finale de la Coupe de la ligue, 8 jours auparavant, face au PSG. Un excellent galop d'essai face à un gros calibre pour pallier une partie du retard au niveau de l'intensité nécessaire lors d'une rencontre couperet. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe d'Europe Ligue des champions Olympique Lyonnais
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants