1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Euro 2021 : et si l'équipe de France alignait quatre attaquants ?
3 min de lecture

Euro 2021 : et si l'équipe de France alignait quatre attaquants ?

Depuis deux matches, les joueurs de Didier Deschamps se sont montrés particulièrement à leur avantage lorsque quatre joueurs offensifs étaient alignés.

Antoine Griezmann dans les bras de Karim Benzema à Budapest le 23 juin 2021
Antoine Griezmann dans les bras de Karim Benzema à Budapest le 23 juin 2021
Crédit : DARKO BANDIC / POOL / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont
Journaliste

La 1ère place de l'équipe de France dans le très relevé groupe F, devant l'Allemagne, le Portugal et la Hongrie, ne dissipe pas les doutes quant au jeu français. Menés par une attaque Griezmann-Benzema-Mbappé, les Bleus ne parviennent pas à se montrer suffisamment dangereux malgré les talents présents. 

Pire : la France est la troisième moins bonne attaque parmi les 16 équipes encore en jeu dans la compétition. Les Bleus comptent quatre buts au compteur après trois matches. Seuls les Gallois (3 buts), les Tchèques (3 buts) les Anglais (2 buts) font pire.

Didier Deschamps a pourtant tenté plusieurs formules. Deux attaquants de pointe, Karim Benzema et Kylian Mbappé, ont été alignés lors des deux premiers matches, avant que le joueur du PSG bascule sur un côté contre le Portugal. Mais indépendamment du schéma tactique, la France s'est montrée menaçante surtout lorsque quatre attaquants étaient présents sur la pelouse.

Le scénario s'est présenté à deux reprises : face à la Hongrie, lorsque Adrien Rabiot, milieu de terrain, a été remplacé par l'attaquant Ousmane Dembélé, et contre l'Allemagne, lorsque Kinglsey Coman a pris la place de Corentin Tolisso. Deux cas de figures où les Bleus étaient en quête d'un but. Contre la Hongrie, les Français ont réussi à égaliser quelques minutes après l'entrée en jeu d'Ousmane Dembélé, mais ne sont pas parvenus à prendre l'avantage (1-1). Contre le Portugal (2-2), l'entrée de Kinglsey Coman n'a pas offert le 3e but recherché.

C'est cependant à partir de l'entrée en jeu du joueur de Bayern Munich, à la 66e minute, que la France a intensifié son jeu offensif. À l'heure de jeu, les Bleus n'avaient tiré que cinq fois en direction des cages de Rui Patricio. Pendant la dernière demi-heure, avec Kingsley Coman, ils ont tenté leur chance à six reprises.

Deschamps osera-t-il ?

À lire aussi

L'idée d'une composition à quatre attaquants, souvent réclamée par les supporters de l'équipe de France, n'a pour l'instant pas séduite Didier Deschamps qui, pour se garantir plus de stabilité, aligne en règle général trois milieux de terrains. 

L'actuelle cascade de blessures pourrait-elle l'amener à revoir ses plans, au moins temporairement ? La France risque de se présenter en 8e de finale, le lundi 28 juin contre la Suisse (21h), sans arrière-gauche, après les sorties sur blessure de Lucas Hernandez et Lucas Digne contre le Portugal. 

Pour palier ces absences, Didier Deschamps a fait rentrer Adrien Rabiot au poste de latéral, un rôle inédit pour le milieu de terrain mais qui lui a plutôt bien réussi pendant 40 minutes. Sa bonne performance pourrait pousser le sélectionneur à le titulariser à ce poste pour le premier match éliminatoire des Bleus dans la compétition.

Un changement de position du joueur de la Juventus de Turin retirerait cependant une nouvelle option au milieu de terrain, secteur le moins bien pourvu du groupe français avec six joueurs seulement. Pour ne pas risquer de nouveaux désagréments, Didier Deschamps préservera-t-il ses forces dans le cœur du jeu et misera-t-il davantage sur l'attaque contre un adversaire a priori abordable ? Réponse lundi à Bucarest.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/