1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Débordements dans les stades : la saison de la honte en France
3 min de lecture

Débordements dans les stades : la saison de la honte en France

RÉCIT - La saison de Ligue 1 s'est achevée ce dimanche par un énième envahissement de terrain lors du match entre Saint-Étienne et Auxerre - peut-être le plus impressionnant. Il clôture une année chaotique dans les tribunes des stades de football français.

Des supporters de Saint-Etienne ont envahi la pelouse le 29 mai 2022
Des supporters de Saint-Etienne ont envahi la pelouse le 29 mai 2022
Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Théo Putavy

Le chaos, de bout en bout. De la première journée de Ligue 1 au dernier match de la saison dans l'élite française, les déboires des tribunes françaises auront occulté les performances sportives. Du 8 août 2021 et l'agression de Valentin Rongier à Montpellier, au 29 mai et l'envahissement de terrain violent de Geoffroy-Guichard lors du match retour de barrages d'accès/descente en Ligue 1 entre Saint-Étienne et Auxerre, le "douzième homme" aura terni le spectacle donné - en principe - par les onze premiers. 

"Après le match, j'ai flippé car j'ai pris des bombes lacrymogènes, comme mes joueurs", a commenté l'entraîneur auxerrois, Jean-Marc Furlan, quelques minutes après avoir été évacué du terrain - sans même pouvoir fêter la remontée de son club en Ligue 1 avec ses supporters. 

Il faut dire que le "Chaudron" portait bien son nom dimanche, et s'est même embrasé à peine le dernier tir-au-but auxerrois marqué. Des milliers de supporters stéphanois ont alors envahi le terrain et certains ont envoyé des engins pyrotechniques (fumigènes et feux d'artifice) en direction de la tribune officielle et des joueurs. 

Les joueurs pris pour cible

Deux joueurs auxerrois ont été légèrement blessés lors des échauffourées, a annoncé la préfecture de la Loire dimanche. Ce ne sont pas les premiers à avoir été pris pour cible cette saison. Lors de la première journée de Ligue 1 entre Montpellier et Marseille (2-3), juste après le troisième but marseillais, Valentin Rongier avait reçu une bouteille lancée depuis les tribunes. Ce sera le début d'une escalade de violences indignes d'un grand championnat européen. 

Parmi elles, l'envahissement du terrain à l'Allianz Riviera de Nice le 22 août 2021 après un jet de projectile sur Dimitri Payet ou encore celui du stade Bollaert lors du derby du Nord entre Lens et Lille le 18 septembre. 

La consternation a atteint son paroxysme le 8 décembre dernier dès la troisième minute du match entre l'OL et l'OM : Dimitri Payet, encore lui, reçoit une bouteille d'eau remplie sur la tempe, entraînant l'interruption du match et gâchant un spectacle que tout le monde attendait sur le terrain. 

Interruptions de matchs et fermetures de tribunes en pagaille

Que ce soit à Angers après la rencontre contre l'OM en septembre ou à Brest contre Nantes en avril, des sanctions ont été prises après des affrontements entre supporters. Par exemple, Marseille a écopé d'un point de pénalité avec sursis tandis que la tribune Quimper de Brest a été fermée un match et deux autres avec sursis par la LFP. En avril, au moins 116 arrêtés ministériels ou préfectoraux d'interdictions de déplacement avaient déjà été recensés par l'Association nationale des supporters. Mais les sanctions, sûrement trop clémentes, peinent à freiner la systématisation des débordements en tribunes. 

Cette nouvelle "mode" s'est même observée dans les échelons inférieurs du football français. Le 22 avril, le match de Ligue 2 entre Nancy et Quevilly-Rouen Métropole a dû être arrêté juste avant la mi-temps. Une semaine plus tôt, la rencontre entre le Red Star et Sète en National a été interrompue pendant une quinzaine de minutes car les supporters audoniens faisaient part de leur mécontentement vis-à-vis du rachat du club francilien. Le club avait ensuite dû disputer son dernier match du championnat à huis clos. 

Les sanctions devraient être beaucoup plus sévères contre les supporters stéphanois tant les scènes ont été d'une extrême violence. Ces débordements ont eu lieu alors que la tribune sud de Geoffroy-Guichard était déjà fermée pour trois matchs après de nombreux jets de fumigènes lors du match contre Monaco en avril. Un éternel recommencement, malheureusement.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.