1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. "Je me sens privilégiée d'être encore debout", confie Pauline Déroulède sur RTL
2 min de lecture

"Je me sens privilégiée d'être encore debout", confie Pauline Déroulède sur RTL

INVITÉE RTL - Pauline Déroulède a perdu sa jambe gauche en 2018 après avoir été fauchée par une voiture. Elle joue désormais en Équipe de France de tennis-fauteuil et participera aux JO de Paris en 2024.

Pauline Déroulède est l'invitée d'Alba Ventura, le 21 mai 2021
Pauline Déroulède est l'invitée d'Alba Ventura, le 21 mai 2021
Crédit : Capture d'écran RTL
Pauline Déroulède était l'invitée de RTL du 21 mai 2021
12:36
Pauline Déroulède était l'invitée d'Alba Ventura
12:36
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

En octobre 2018, Pauline Déroulède, excellente joueuse de tennis, était fauchée par une voiture conduite par un homme de 92 ans. Elle perd sa jambe gauche. Deux ans et demi plus tard elle est devenue une athlète. "Je me suis tout de suite fixer l'objectif après l'accident de participer aux Jeux paralympiques, parce que le sport avait toujours été un super outil de reconstruction", commence la sportive avant de poursuivre : "C'est un objectif qui me donne envie de me lever tous les matins".

Pauline Déroulède a remporté son premier tournoi international de tennis-fauteuil au Portugal, un premier titre professionnel et a été sélectionnée en équipe de France pour les JO de Paris en 2024. Avant d'arriver à ces victoires, la sportive est passée par plusieurs étapes. "J'avais beaucoup de colère, de tristesse, de nostalgie parce que cet accident est récent et la Pauline d'avant j'y pense encore", explique-t-elle. 

"Mais, j'essaye d'avancer et il faut traverser ces étapes qui sont normales quand on se reconstruit (...) je pense que le sport est vraiment un outil très important lorsque les gens traversent des périodes difficiles, qui sont touchés dans leurs corps et dans leurs chairs", ajoute Pauline Déroulède. 

Une belle leçon de courage

Plus encore, c'est une véritable leçon de courage et d'humilité que partage l'athlète au micro de RTL en confiant qu'elle a eu une "part de chance dans son malheur". "J'ai toujours dit que je me sentais très privilégiée d'être en vie et d'être debout. C'est ma fierté. Et je le sais et je l'ai compris très vite, notamment en étant entourée de militaires (à l'hôpital de Percy, ndlr), qui étaient blessés, qu'il y avait toujours pire que moi". "Je ne sais pas si c'est cela qu'on appelle la résilience, je ne suis qu'au début du chemin mais, c'est une façon de s'en sortir, car, la vie finit toujours par reprendre le dessus", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/