8 min de lecture Bien-être

VIDÉO - Bien-être : pourquoi vous devriez vous mettre au "self-care"

MIEUX DANS MA TÊTE 1/3 - À première vue, il s’agit d’un anglicisme superficiel. Pourtant, derrière le "self-care" se cache une pratique nécessaire à une vie équilibrée. RTL Girls vous explique comment prendre soin de vous.

Faites une pause, pratiquez le "self-care".
Faites une pause, pratiquez le "self-care". Crédit : Unsplash/Leighann Renee
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Prendre soin de moi me paraissait une idée abstraite." Après un burn-out à l'âge de 35 ans, Audrey a vite compris qu'elle devait ralentir. En parallèle d'une thérapie, cette mère de deux enfants décide de changer ses habitudes et de s'accorder régulièrement "des plages horaires" rien que pour elle. Au détour d'une conversation entre amies, elle découvre alors que cette pratique a un nom : le "self-care" (littéralement "soin de soi"). À l'époque, "le concept n'existait pas en France sous cette appellation", se rappelle-t-elle.

Né aux États-Unis, le terme self-care a gagné en notoriété en 2016, popularisé par de multiples blogs et relayé par différents médias tels que The Atlantic ou The New York Times. Comme l'explique le magazine The New Yorker, ce concept est intimement lié à l'histoire du pays : tout citoyen et toute citoyenne américaine doit "être capable de prendre soin de lui ou d'elle-même" et de "prouver à la société qu'il ou elle peut le faire". 

Prendre soin de moi n'est pas du narcissisme, c'est un acte de combat politique

Audre Lorde, auteure noire-américaine
Partager la citation

Dans les années 1970 et 1980, le self-care a été revendiqué par les milieux militants féministes et anti-racistes comme moyen d'émancipation. "Prendre soin de moi n'est pas du narcissisme, c'est une manière de me préserver, et c'est un acte de combat politique", déclarait ainsi l'auteure lesbienne féministe noire-américaine Audre Lorde en 1988. 

À lire aussi
Bullet journal, to do list, M3... Le bonheur au bout du papier bien-être
Quand votre carnet se transforme en coach en développement personnel
Historiquement, le "self-care" a été revendiqué par le mouvement américain du "Black feminism" (féminisme noir).
Historiquement, le "self-care" a été revendiqué par le mouvement américain du "Black feminism" (féminisme noir). Crédit : Unsplash/Jessica Podraza

Pour les militants et militantes, le self-care permet de s'accorder du temps loin des oppressions desquelles ils ou elles peuvent être victimes en tant que minorités. En 2014, Angela Davis, militante féministe et antiraciste légendaire s'est elle-même emparée du sujet. "Le self-care doit être incorporé dans tous nos efforts. C'est quelque chose de nouveau que j'ai appris grâce aux jeunes générations", a-t-elle déclaré lors d'une conférence à l'Université du Pacifique (Californie). 

D'un geste politique, le self-care est passé à une pratique sociale : prendre soin de soi est devenu une nécessité pour préserver sa santé mentale, alors que le nombre de burn-out et de dépressions est en augmentation, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - en 2017, la dépression touchait plus de 300 millions de personnes dans le monde. 

>
Bien-être : 7 idées pour prendre soin de vous Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :

Des rituels pour une vie plus équilibrée

En dehors du monde anglo-saxon, le self-care se fraye un chemin en Europe via les bureaux de coaches en développement personnel. Aurélie Laurent en fait partie : chaque jour, elle accompagne des clientes et clients en quête d’une vie plus équilibrée. 

"La plupart sont des mères de famille arrivées à un stade, où elles ont peur pour leur santé", explique-t-elle. Auteure de plusieurs blogs dont "Mes Rituels bien-être", elle leur donne les outils pour repartir du bon pied. "Le self-care s’inscrit dans un esprit préventif : prendre soin de soi un peu tous les jours, c’est bien plus intéressant que de se réveiller un matin sans pouvoir sortir de son lit !"

Ce sont des moments de bonheur qu'il faut trouver dans la journée

Melody, 31 ans
Partager la citation

Se promener, écouter des podcasts, faire du sport, prendre un bain, lire un roman, écrire un journal : le self-care se pratique au quotidien, grâce à des activités qui nous font plaisir tout en nous permettant de nous déconnecter. "Ce sont des moments de bonheur qu’il faut trouver dans la journée", explique Melody. Cette cheffe d'entreprise de 31 ans, a pris l'habitude de prendre soin d'elle "petit à petit", en se créant des rituels bien-être répertoriés dans une rubrique dédiée de son blog, "Ally Bing".

Pratiquer le self-care, c'est prendre soin de son esprit.
Pratiquer le self-care, c'est prendre soin de son esprit. Crédit : Unsplash/Amy Treasure

Le blog de Melody fait partie de centaines qui regorgent d’idées de routines à adopter à la nuit tombée ("evening routine"), ou dès l’aube ("morning routine"). "Certaines vont nous correspondre, d’autres pas… Il faut lire, prendre l’inspiration et essayer", conseille-t-elle. "J’essaie des trucs que je découvre, et puis si cela me plaît, je continue jusqu’à ce que cela devienne une habitude, je le mets sur ma to-do list. Parfois, ça ne prend pas et ce n’est pas grave." 

À 22 ans, Camille a adopté cette technique de "routines" pour calmer son anxiété. Après de multiples crises de panique et un burn-out, cette étudiante de 23 ans a abandonné ses études de médecine et s'est ré-orientée en droit. Aujourd'hui elle organise sa vie autour de rituels self-care. "Tous les dimanches soirs, je me fais une infusion, j’allume des bougies, je me fais un masque, j’ai un sentiment de contrôle sur la semaine qui arrive", raconte-t-elle.

Prendre le temps de s'écouter

Pour Joséphine, tout a commencé par un "déclic" en 2015. Cette année-là, après deux ans d’études à Paris, elle se rend en Suède pour un échange universitaire. Là-bas, elle prend conscience du peu de temps qu’elle consacre à prendre soin d’elle et découvre les bienfaits du self-care

À la manière du hygge danois, "les Suédoises et Suédois adorent être chez eux le soir et prendre du temps pour eux. Ils sont un peu plus indépendants et centrés sur eux mêmes, sur ce qu’ils ont envie de faire et leurs besoins." Déjà adepte du yoga et de lectures de développement personnel, Joséphine décide elle aussi de s’adonner régulièrement au self-care. "J'avais l'impression de plus m'écouter."

Le self-care permet de faire des pauses dans sa journée et de mieux s'écouter.
Le self-care permet de faire des pauses dans sa journée et de mieux s'écouter. Crédit : Unsplash/Alexandra Gorn

Il faut arrêter de se dire qu'on n'a pas le temps

Joséphine, 23 ans
Partager la citation

"Il faut arrêter de se dire que l’on n’a pas le temps", poursuit Joséphine qui étudie un master d'Affaires Publiques à Sciences Po Paris. Elle cite la conférence Ted-Talk "Comment prendre contrôle de son temps libre ?", présentée par l'auteure Laura Vanderkam. Selon elle, la condition est de se demander ce que l'on souhaite accomplir en priorité. 

Aurélie Laurent préconise de son côté une solution radicale. "Le mot-clé est de mieux s’organiser et de prévoir. Presque comme un rendez-vous professionnel : on se dit par exemple que le mardi c’est piscine de telle à telle heure, et on n’est pas disponible, point barre !" 

L’objectif est de "reprendre la maîtrise du temps". Pour cela il faut également selon elle "prévoir un peu plus de temps que nécessaire pour se donner le temps dont on a besoin. Si faire un repas, prend une demi-heure, il faut prévoir 45 minutes".

Déconnecter pour mieux se connaître

Le self-care c'est aussi se déconnecter pour prendre soin de son esprit. Camille profite ainsi de ses moments de pause pour "se couper des réseaux sociaux". "Le soir, j’essaie juste de mettre Netflix, de mettre mon portable en silencieux", explique-t-elle. Audrey et Melody ont également adopté cette habitude. "J’arrête toujours le téléphone avant d’aller au lit, je le laisse au salon et je ne l’utilise pas avant de me lever", confirme Melody. 

Se déconnecter permet à Camille de réfléchir. "S’écouter, c’est important. C’est quelque chose qu’il faut s’imposer, c’est un besoin qu’on a et qu’on refoule un peu", résume Camille. Elle ne se sépare plus de son bullet-journal qui lui permet de s'organiser mais également de se concentrer sur ses émotions et prendre davantage soin d'elle lorsqu'elle en a besoin.

Écrire permet de prendre conscience du monde autour de soi.
Écrire permet de prendre conscience du monde autour de soi. Crédit : Unsplash/Tyler Nix

À 18 ans, Zélie utilise aussi l'écriture comme moyen d'arrêter le temps. "J'ai un carnet spécial pour 'la vie autour de moi'", explique-t-elle. "M'asseoir au soleil sur les quais, dans les jardins, dans les gares me détend. Je regarde passer les gens, je note ce qu'ils font, ce qu'ils semblent attendre. Cela me permet de m'y arrêter, de prendre conscience du monde autour de moi, cela me fait beaucoup de bien".

Joséphine allie soin de l'esprit et soin du corps : elle s’impose une séance de yoga hebdomadaire, grâce à des vidéos Youtube. "En première année de master j’ai lâché le yoga et je l’ai senti. Quand je me suis retrouvée en stage, j’avais des vrais week-ends, pas de devoirs, rien à rendre… J'ai donc décidé de m'y remettre, tous les dimanches matin je fais une heure de yoga".

Un engagement qu’elle tient toujours, un an après. Depuis peu, elle s’est aussi mise à écouter des podcasts. "J’ai beaucoup de trajet à pied pour aller au bureau, un soir où il fait beau, je me motive : je descends du métro deux arrêts plus tôt et j’écoute quelque chose qui me fait plaisir en marchant".

Le yoga, ou comment prendre soin de soi
Le yoga, ou comment prendre soin de soi Crédit : Aral Tasher

Si je ne prends pas soin de moi personne ne le fera !

Aurélie Laurent, coach
Partager la citation

Parfois, le self-care peut paraître très superficiel et cliché, reconnaît Viola. Cette étudiante de 24 ans a toujours eu "la chance d'avoir une baignoire" depuis qu'elle a quitté ses parents. Quand elle a le temps, elle n'hésite pas à appliquer le slogan "Treat yourself" ("Fais-toi plaisir"), issu de la série Parks and Recreation. "J'aime bien avoir ce moment relax typique avec un bain chaud et une bonne playlist, je reste ensuite au lit en regardant Netflix ou en lisant un livre."

Même si le self-care peut sembler égoïste au premier abord, ce n'est pas du tout le cas selon Aurélie Laurent. "C’est vrai que cela peut sembler narcissique ou égocentrique, mais si je ne prends pas soin de moi personne ne le fera !", explique-t-elle. "Si je prends soin de moi, je rayonne et je rayonne pour les autres."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bien-être Santé Lecture
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795332597
VIDÉO - Bien-être : pourquoi vous devriez vous mettre au "self-care"
VIDÉO - Bien-être : pourquoi vous devriez vous mettre au "self-care"
MIEUX DANS MA TÊTE 1/3 - À première vue, il s’agit d’un anglicisme superficiel. Pourtant, derrière le "self-care" se cache une pratique nécessaire à une vie équilibrée. RTL Girls vous explique comment prendre soin de vous.
https://www.rtl.fr/girls/societe/video-bien-etre-pourquoi-vous-devriez-vous-mettre-au-self-care-7795332597
2018-11-09 08:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mTRiRogIWGWMXJfm5F4-SA/330v220-2/online/image/2018/1026/7795332661_faites-une-pause-pratiquez-le-self-care.jpeg