3 min de lecture Sexo

Sexe : le porno féministe "va chercher des corps différents"

Des schémas répétitifs, des corps stéréotypés, des actes qui manquent de diversité... Les images pornographiques véhiculent une uniformisation des corps et des pratiques que le féminisme peut combler. Explications.

FRANCAISES-AU-LIT_POP_245x300 Les Françaises au lit RTL Originals iTunes RSS
>
Les Françaises au lit - Quel porno pour quelle femme ? Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : RTL Originals | Date : La page du podcast
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

"C’est vrai que le porno qu’on appelle 'mainstream', c’est-à-dire celui qu’on trouve facilement et le plus en masse n’est pas celui qui me plait." Alicia, 31 ans, le reconnaît : les images pornographiques l'excitent mais elles l'ennuient, voire la révoltent. "On retrouve à chaque fois les mêmes schémas, où l'image de la femme est franchement dénigrée", explique-t-elle dans le cinquième épisode du podcast Les Françaises au lit.

"C’est même culpabilisant après coup parce qu’on se dit que l’on a joui de quelque chose qui n’est pas en accord avec nos valeurs. Qui n’est pas en accord avec l’image de la femme que l’on souhaite diffuser", ajoute celle qui se revendique ouvertement comme féministe, au même titre qu'Olympe de G, réalisatrice de films pornographiques dits "éthiques" et à l'origine du podcast érotique VOXXX

"Le porno mainstream est un porno qui est fait à 99% par des mecs, pour des mecs. On y observe quelque chose qui n’est pas la sexualité, c’est un regard spécifique sur ce qui doit exciter les hommes aujourd’hui", explique la réalisatrice qui plaide pour plus de diversité "dans la représentation des corps, des hommes comme des femmes" mais aussi des pratiques : : "qu’est-ce qui fait vraiment jouir les hommes comme les femmes ?", s'interroge Olympe de G. 

Pour elle, le porno féministe n'est rien d'autre qu'un porno fait par des femmes "qui ont envie de partager leur regard sur le sexe, de partager la façon dont elle voit le corps des femmes, la façon dont elle voit le corps des hommes, aussi", détaille la réalisatrice dans Les Françaises au lit.

L'enjeu d'un porno féministe

À lire aussi
Fantasmer un acte de soumission est-il honteux ? Sexo
Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes

Si le sujet de la représentation dans ces images explicites peut paraître anecdotique ou inutile, il l'est moins quand on sait que la première visite sur un site porno se fait en moyenne à l'âge de 14 ans et 5 mois (selon une enquête réalisée par la Fondation pour l'innovation politique, le Fonds actions addictions et la fondation Gabriel-Péri, et remise en juin 2018 aux parlementaires, relayée par Le Parisien) soit bien avant le début de la vie sexuelle des Françaises et des Français qui se situe en moyenne à l'âge de 17 ans et ce, depuis des années.

En d'autres termes, l'éducation sexuelle des jeunes passent, en partie, par ces contenus vidéos accessibles gratuitement et en masse en un ou deux clics seulement. De quoi uniformiser les rapports, les pratiques et placer la barre très haut en ce qui concerne les performances sexuelles mais aussi la manière dont un corps devrait être. 

Le porno féministe va souvent aller chercher des corps différents

Olympe de G, réalisatrice de films pornographiques féministes
Partager la citation

Une approche féministe généralisée au porno pourrait alors permettre de sortir de ce cercle peu vertueux. "Le porno féministe va souvent aller chercher des corps différents, pour que toutes les femmes puissent regarder un film et se sentir sexy et représentées à l’écran", avance Olympe de G. "Il va aussi montrer des pratiques sexuelles qui font du bien aux femmes, donc souvent ce sont les performeuses qui vont les suggérer. Ça va être un porno un peu plus spontané, moins scripté, qui va parfois montrer des pratiques non-pénétratives, qui ne sont pas montrées dans le porno mainstream", explique-t-elle encore.

Outre le besoin d'apporter une pluralité de points de vue inexistante à ce jour, Olympe de G explique également que le porno le plus accessible aujourd'hui peut représenter un réel danger pour certaines personnes. 

"Il y a beaucoup de vidéos relativement violentes pour les femmes. Violentes dans ce que tu vois à l’écran, c’est-à-dire dans ce qui est représenté. On pourrait se dire que c’est du cinéma, mais ça ne l’est pas forcément tout le temps : on a entendu parler de cas où les conditions de tournage des pornos étaient problématiques, vraiment violentes...", rapporte encore la réalisatrice.

Un porno féministe : à quel prix ?

Alicia s'intéresse depuis peu de temps au porno féministe. "Je n’y ai pas encore eu accès mais j’ai hâte d’enfin voir ce que ça peut donner. Je sais que ça permet justement de faire complètement éclater les notions de genre dans la sexualité. On pense souvent que le porno féminin, féministe, tout comme le porno lesbien d’ailleurs, va être quelque chose de doux, de sensuel, etc. Mais ce n’est pas du tout le cas, pour l’avoir vécu. En couple avec une femme, je peux vous assurer que les relations sexuelles ne sont pas forcément plus douces qu’avec un homme, tout dépend de la relation qu’on a avec la personne en fait", raconte Alicia. 

Alix a 20 ans et cherche elle aussi à consommer un autre type de porno. Problème pour cette étudiante : ces vidéos ne sont pas accessible sur les canaux de distribution habituels. "Cela coûte cher de regarder du porno féministe et je n'ai pas encore trouvé les moyens", confie-t-elle. À titre d'exemple, sur le site d'Erika Lust, pionnière du mouvement en Europe, un film coûte une quinzaine d'euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexualité Sexe
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants