3 min de lecture Sexo

#PayForYourPorn, le hashtag pour sauver l'industrie du porno

ÉCLAIRAGE - Réalisatrices, actrices, producteurs se mobilisent pour sauver l'industrie du porno via un hashtag, censé dénoncer les pratiques des "tubes" comme des consommateurs.

L'industrie pornographique se mobilise contre les sites hébergeant leurs contenus illégalement
L'industrie pornographique se mobilise contre les sites hébergeant leurs contenus illégalement Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Payez pour votre porno". Les personnes qui font vivre et prospérer l'industrie pornographique en ont marre de voir les plateformes de vidéos en ligne piller leur travail illégalement et le font savoir via ce mouvement #PayForYourPorn.

Créé en 2014 par des acteurs et actrices, cette initiative s'adresse aux consommateurs et consommatrices de contenus pornographiques. On leur demande de mettre la main aux portefeuilles pour faire en sorte que cette branche cinématographique reste viable, résume un article du Guardian. Quatre ans plus tard, les choses n'ont pas tellement changé dans l'industrie pornographique et actrices comme réalisatrices s'en donnent à cœur joie pour le dénoncer.

Cet été, Greg Lansky a décidé de traîner en justice un millier de personnes pour avoir téléchargé illégalement via BitTorrent des contenus produits par sa société de production Strike 3 Holdings, rapporte un article du journal floridien Miami Herald. La réalisatrice suédoise féministe Erika Lust a également mis en lumière sur son profil Twitter l'histoire d'une actrice, vécue par tant d'autres, dans laquelle elle raconte qu'un fan lui a assuré que les sites illégaux de vidéos en ligne sont bénéfiques pour elle et sa carrière.

Ils lui feraient de la pub et lui permettraient de se faire connaître. Or, c'est faux, selon l'actrice qui a rebaptisé son compte Twitter "Buy My Porn", littéralement, "achète mon porno". "Le piratage n'est pas de la pub", rappelle-t-elle.

Pirater nuit aux travailleurs et travailleuses du sexe

À lire aussi
Fantasmer un acte de soumission est-il honteux ? Sexo
Sexe : 5 raisons de ne pas avoir honte de ses fantasmes

Si les acteurs et actrices de cette industrie tentent de se mobiliser depuis quatre ans, les pontes du marché illégal semblent intouchables. Début septembre, plusieurs personnes travaillant dans l'industrie du porno se sont également emparées des réseaux sociaux pour critiquer les PornHub Awards, à savoir la première cérémonie organisée par le célèbre site hébergeur de vidéos pornographiques. Les gagnantes et gagnants ont été désignés, jeudi 6 septembre, par les internautes... des gens qui ne payent donc pas aux principales et principaux concernés le travail effectué.  

"Cela me fait de la peine de voir que certaines célébrités se rendent aux PornHub Awards alors qu'ils se fichent totalement des travailleurs et travailleuses du sexe (...)", a par exemple écrit Mia Cherry, une camgirl. Une autre travailleuse du sexe remercie ironiquement PornHub qui "ne fait toujours rien pour aider l'industrie". 

Surprise : produire du porno a un coût

Comme l'a écrit la performeuse Siri dans un article publié sur le site texan The Daily Dot, le piratage nuit à sa carrière et à son activité. "Cela me coûte de plusieurs centaines à un millier de dollars d'investissement de créer une seule scène à publier sur mon site. Je dois maintenir un certain nombre de membres sur le site pour générer suffisamment de revenus pour continuer à produire du contenu vidéo", explique-t-elle dans sa tribune.

Siri poursuit en expliquant que les baisses de vues légales ont un impact direct sur les salaires des performeurs et performeuses comme des "petites mains", réduisent considérablement les conditions de travail sur un plateau de tournage et obligent certaines ou certains à cumuler des jobs.

Nous regarderons tous et toutes les mêmes clips volés sur les sites, encore et encore

Siri
Partager la citation

"En règle général nos fans ne nous respectent pas". Il est temps que cela change, plaide Siri, suivie par près de 140.000 personnes sur Twitter mais financée par, selon ses propres calculs, moins d'1% d'entre elles.

"Nous regarderons tous et toutes les mêmes clips volés sur les sites, encore et encore. Les films pour adultes ne seront plus suffisamment rentables, financièrement ou autrement, pour que l’industrie puisse conserver les stars existantes ou en attirer de nouvelles.

Quand ce jour viendra, peut-être alors que les fans seront prêts et prêtes à payer pour du bon nouveau porno. Mais à ce moment-là, il ne restera plus personne pour les gagner", conclut-elle dans son texte. 

Payer pour soutenir un porno alternatif

Pour Olympe de G, ce hashtag sonne "presque comme une évidence". La réalisatrice féministe estime que le passage à la caisse est essentiel si on veut soutenir "une production de porno alternative, différente de ce que l'on trouve sur les Tubes où c'est la surenchère de hard et toujours les mêmes représentations de schémas sexuels", explique-t-elle à RTL Girls

Se pose alors la question du financement de ces projets "éthiques" (tels que Four Chambers, Lucie Blush ou Erika Lust) où certaines plateformes comme Patreon refusent désormais d'héberger des projets à caractère sexuel. "Il y a eu une grosse crise parce que le site a viré beaucoup de monde... mais il s'avère qu'en réécrivant un peu sa description, on peut être à nouveau hébergé", nuance Olympe de G qui, en a elle-même fait l'expérience avec son propre projet : Voxxx, des contenus audio érotiques de masturbation guidée, à destination des femmes et qui ont besoin, pour se développer, de vos dons, même les plus modestes.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794732565
#PayForYourPorn, le hashtag pour sauver l'industrie du porno
#PayForYourPorn, le hashtag pour sauver l'industrie du porno
ÉCLAIRAGE - Réalisatrices, actrices, producteurs se mobilisent pour sauver l'industrie du porno via un hashtag, censé dénoncer les pratiques des "tubes" comme des consommateurs.
https://www.rtl.fr/girls/love/payforyourporn-le-hashtag-pour-sauver-l-industrie-du-porno-7794732565
2018-09-18 14:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/EVS9kYV4UoWGT72Tb7g97Q/330v220-2/online/image/2018/0917/7794820684_l-industrie-pornographique-se-mobilise-contre-les-sites-hebergeant-leurs-contenus-illegalement.jpg