5 min de lecture Portrait

Olympe de G, réalisatrice "au service de la représentation du sexe"

GIRL CRUSH - Après avoir dirigé plusieurs films de Berlin à Barcelone, Olympe de G est revenue en France pour se lancer dans la réalisation de productions audio érotiques. Rencontre avec une réalisatrice qui fait bouger les lignes du porno.

Olympe de G est réalisatrice de films féministes porno
Olympe de G est réalisatrice de films féministes porno Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Ce n'est pas pour faire joli qu'Olympe de G a emprunté son pseudonyme à Olympe de Gouges, l'une des pionnières du féminisme à la française et auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. "C'est un personnage historique que j'aimais bien et c'était trop facile de faire une référence au point G".

Vous l'aurez compris, le champs de bataille féministe d'Olympe de G ne se situe pas dans la littérature mais bien dans le porno. En un nom, Olympe de G a alors résumé toute sa démarche : faire du cinéma porno un lieu de diversité et d'inclusivité, où s'expriment et se donnent à voir toutes les sexualités

Comme elle, quelques réalisatrices résistent encore et toujours aux grosses machines et autres Tubes bloqués dans leurs représentations stéréotypées et genrées. Olympe de G figure parmi les jeunes recrues dans le domaine.

À lire aussi
Rien n'aurait été possible sans le Dr Katie Bouman sciences
Première image d'un trou noir : qui est Katie Bouman, l'informaticienne derrière la photo ?
Olympe de G a par ailleurs réalisé des productions sonores pour Audible notamment
Olympe de G a par ailleurs réalisé des productions sonores pour Audible notamment Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr

Arrivée dans ce circuit il y a trois ans, elle a depuis signé plusieurs projets de "porno alternatif" : des films tournés de Berlin à Barcelone pour le compte d'Erika Lust, autre figure du porno féministe et éthique, et des productions sonores érotiques, dont deux pour Audible : Chambre 206 et L'appli rose, lancée cet été. Rencontre avec une femme qui a embrassé son désir et qui revendique sa "liberté de l'exprimer".

Le "sexting" comme porte d'entrée au porno féministe

Dans la vraie vie, Olympe de G, 35 ans, n'est pas réalisatrice de films porno. Elle effectue un tout autre travail qui lui permet de se consacrer à cette passion, découverte sur le tard. "Depuis mes 19 ans, j'avais toujours eu des petits copains, dans des relations longues et de façon rapprochée. Je n'avais pas tellement eu d'expérience de femme libre", raconte à RTL Girls, Olympe de G, assise sur le canapé de son salon, entourée de plusieurs tableaux représentant des sexes féminins, tous plus différents et colorés les uns que les autres.

Mariée à 30 ans, Olympe de G divorce finalement peu de temps après et expérimente, pour la première fois, une période de célibat qui durera trois ans. Elle prend le temps de se retrouver puis "développe tout un tas de relations avec des amants". C'est l'ère de Tinder et du sexting, une pratique que la trentenaire n'avait jamais tentée dans ses précédentes relations, "relativement sages", confie-t-elle.

J'étais complètement passionnée

Olympe de G
Partager la citation

C'est le déclic. Olympe de G, qui avait déjà réalisé quelques pubs et clips dans le cadre de son activité professionnelle, se prend au jeu et s'amuse à envoyer à ses amants des petits films où elle se met en scène.

"J'étais complètement passionnée, pas forcément pour le côté je t'envoie une photo de mes nichons prise dans les toilettes du bureau mais plutôt pour le côté : comment est-ce que je peux faire une belle photo ? Comment est-ce que je peux prendre une vidéo surprenante ?", détaille Olympe de G qui réalise alors que le sexe et la sexualité l'inspirent artistiquement. 

Olympe de G a découvert sur le tard sa passion pour la réalisation de contenus pornographiques
Olympe de G a découvert sur le tard sa passion pour la réalisation de contenus pornographiques Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr

Des compétences au service de la représentation du sexe

Un jour, l'apprentie réalisatrice se demande alors pourquoi elle "consacre autant d'énergie" à produire ce contenu pour des amants. "J'avais envie de passer à la vitesse supérieure et de pratiquer un cinéma de genre pornographique comme il était surtout pratiqué dans les années 1970, avec de vraies ambitions artistiques". 

En regardant ce qui existe déjà sur le marché, Olympe de G constate du vide de représentation et décide de mettre ses compétences acquises dans la réalisation de clips "au service de la représentation du sexe". 

"En arrivant à Berlin, je voulais faire du porno féministe, donner mon point de vue de femme et parler du fait que je suis fière de mon corps et de ma sexualité", raconte Olympe de G. Mais au fur et à mesure qu'elle côtoie ce milieu, la réalisatrice découvre de nombreuses autres problématiques, dépassant les siennes.

En arrivant à Berlin, je voulais faire du porno féministe, donner mon point de vue de femme

Olympe de G
Partager la citation

"Dans la sphère du porno féministe berlinois, il y a beaucoup de gens qui s’identifient comme queer. Je me suis mise à parler de plein de choses que je ne connaissais pas comme la transidentité, la bisexualité et je me suis rendue compte qu’il y avait toute une myriade de gens qui ne se sentent pas du tout représenté(e)s par ce que tu vois dans 99% des vidéos Youporn".

Aujourd'hui, Olympe de G pousse les spectateurs et spectatrices de contenus pornographiques à se poser des questions, notamment concernant ce que l’on cautionne en regardant les Tubes. "L’uniformisation me dérange le plus : les corps, les scénarios sexuels, quand tu vois tout le temps la même chose, cela devient une injonction à pratiquer ce sexe-là et cela manque d’imagination et de diversité", détaille Olympe de G. "C’est très important d’encourager d’autres points de vue (des femmes, des minorités sexuelles) pour qu’il y ait un maximum d’angles de vues sur ce qu’est le sexe".

C'est donc en opposition à ces plateformes de vidéos en ligne que Olympe de G construit sa carrière. Mais après avoir réalisé pour la société de production d'Erika Lust, la réalisatrice s'est attaqué à un autre domaine. De retour en France, elle se lance dans la réalisation de contenus audio érotiques.

>
L'appli Rose (trailer) - Série audio originale Audible

Du porno avec de l'audio

Sortie au début de l'été sur Audible, L'appli rose est le succès surprise de la plateforme. Pour ce projet, Olympe de G s'est entourée d'Alexandra Cismond qui l'a aidée à l’écriture et la direction d'acteurs et d'actrices.

"L'appli rose est un tournant dans ce que je vais faire, parce que je me suis retrouvée à faire des choses que je n'aurais jamais faites comme écrire de la fiction - et non pas des films avec des idées assez visuelles - apprendre à écrire des dialogues, diriger des comédiens et comédiennes de théâtre", explique Olympe de G avant d'ajouter : "Cela m'a donné envie de continuer à faire de l'explicite mais en essayant de trouver des comédiennes ou comédiens qui seraient partants pour explorer cet univers".

En attendant de poursuivre dans le domaine de la fiction, Olympe de G vient de sortir Voxxx, un autre projet audio "plus intime et personnel" : des séances de masturbation guidée, à destination des femmes, lancées avec la complicité de Lélé O, rencontrée pour le projet audio Chambre 206.

"Elle faisait des audio d'ASMR porno pour hommes et, en écoutant ce qu'elle faisait pour eux, j'ai trouvé cela dingue que cela n'existe pas pour les femmes. On a donc décidé de lancer ce projet ensemble". En plus de cela, Olympe de G raconte qu'avec ses amies (qu'elles se masturbent ou pas), le sujet du plaisir solitaire ne vient jamais se glisser dans leurs conversations.

Voilà pourquoi un podcast de ce genre s'inscrit pleinement dans les problématiques de société d'aujourd'hui (pourquoi la masturbation féminine est-elle encore taboue ?), peut permettre à des femmes de découvrir des sensations jusqu'à alors inconnues et sortir de cette idée que le désir féminin est quelque chose de honteux, un sentiment dans lequel a grandi Olympe de G et qu'elle s'efforce, encore aujourd'hui de faire disparaître. Pour notre plus grand bien. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portrait Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794818171
Olympe de G, réalisatrice "au service de la représentation du sexe"
Olympe de G, réalisatrice "au service de la représentation du sexe"
GIRL CRUSH - Après avoir dirigé plusieurs films de Berlin à Barcelone, Olympe de G est revenue en France pour se lancer dans la réalisation de productions audio érotiques. Rencontre avec une réalisatrice qui fait bouger les lignes du porno.
https://www.rtl.fr/girls/identites/olympe-de-g-realisatrice-au-service-de-la-representation-du-sexe-7794818171
2018-09-18 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/C9RXyZz9hSPipk2DxaKYPw/330v220-2/online/image/2018/0917/7794818636_olympe-de-g-est-realisatrice-de-films-feministes-porno.jpg