2 min de lecture Sexualité

Sexe : ils nous racontent leurs premiers pas dans la sexualité

PODCAST - Thomas, Florian et Michelarmand ont 25,30 et 74 ans. Dans ce premier épisode de la saison 2 des "Français au Lit", ils nous expliquent comment ils ont pris conscience de la sexualité.

Les Français au lit Les Français au lit RTL Originals iTunes RSS
>
Saison 2 - 1. Premiers pas dans la sexualité Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page du podcast
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Vraiment dans ma famille, j'ai l'impression d'avoir tout fait tout seul". Florian a trente ans et il n'a jamais pu parler de sexualité avec ses parents. Il s'agit d'un sujet tabou. "J’allais fouiller pour avoir des réponses, j’ai jamais pu leur en parler franco", raconte-t-il dans le premier épisode des Français au lit.

Cette situation est très banale selon le sexothérapeute Alain Héril. "C’est très difficile d'aborder la sexualité avec ses enfants parce que le problème c'est que dès qu'on parle de sexualité on s'engage", explique-t-il. Dès lors, les parents préfèrent éluder les questions embarrassantes à des tiers.

Ou à des livres, comme Thomas. Quand il avait 8-9 ans, sa mère et son père ont brisé la glace en lui offrant un livre. Le Guide du Zizi Sexuel, de ZEP. Aujourd'hui, il a 25 ans et il se souvient d'avoir reçu cette bande dessinée comme "un super cadeau" qui a répondu à ses questions sur la sexualité et la reproduction, avant d'en découvrir plus à l'école lors des cours d'éducation sexuelle.

"À partir du collège/lycée je me suis rendu compte qu'il y avait deux manières de faire l'amour en quelque sorte, faire l'amour pour le plaisir, faire du bien à son ou sa partenaire ou faire l'amour pour créer la vie", résume-t-il.

Il y a une éducation à la prévention sexuelle, mais il n'y a pas d'éducation sexuelle

Alain Héril
Partager la citation
À lire aussi
Les Français au lit Sexo
Orgasme : 3 idées reçues sur l'éjaculation et la jouissance masculine

Florian se souvient d'une leçon où son professeur de CM2 leur a parlé du plaisir que pouvait procurer un rapport sexuel. "Il nous a décrit un peu un orgasme", raconte-t-il. "Il nous a parlé de l'éjaculation, il a dit c'est un espèce de fluide qui passe par notre sexe et c'est du plaisir pur et c'est vibrant, c'était pas du tout sale". Un exception selon Alain Héril, car selon lui les cours d'éducation sexuelle font passer l'acte sexuel pour dramatique. "Il y a une éducation à la prévention sexuelle, mais il n'y a pas d'éducation sexuelle", explique-t-il.

Abonnez-vous à ce podcast

Dans les années 50, Michelarmand n'a jamais eu de cours d'éducation sexuelle. À la campagne, il a tout appris "dans la nature" en regardant les animaux et en posant les questions "aux plus grands". Et lorsqu'est venu le temps de son premier rapport sexuel avec pénétration, il n'était pas du tout préparé. "La première fois pas terrible, je me suis dit si c'est ça… Ce truc-là tout mouillé tout machin tout bizarre plein de poils partout c'était pas terrible terrible", se rappelle-t-il aujourd'hui du haut de ses 74 ans.

Florian et Thomas étaient davantage préparés et en gardent un bon souvenir. Plage, sable, camping... Pour eux, elle est synonyme de vacances et d'été. "J’avais vraiment la sensation d’avoir déjà fait l’amour la première fois où j’ai fait l’amour parce que je pense que j’ai passé des jours entiers et des nuits entières à m'imaginer ce moment-là quoi et c’était pas grave, la suite était fabuleuse encore plus et ça n’a jamais arrêté d’être fabuleux", conclut Florian.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexualité Contraception Sexo
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants