1 min de lecture Égalité hommes-femmes

IVG : "Supprimer la clause de conscience, c'est choisir la "facilité", dit Schiappa

INVITÉE RTL - La secrétaire d'État en charge de l'Égalité femmes-hommes réagit sur RTL à la proposition de loi de Laurence Rossignol visant à supprimer la clause de conscience spécifique à l'IVG.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
#MeToo : changer la société "va demander beaucoup de travail"' dit Marlène Schiappa sur RTL Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Arièle Bonte

Vendredi 28 septembre, Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise et ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, a déposé une proposition de loi visant à interdire la clause de conscience spécifique à l'IVG.

Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes, a assuré au micro de RTL, ce lundi 1er octobre, que le sujet de la clause de conscience de l'IVG était un champ d'action du gouvernement français. 

"C'est un sujet sur lequel nous travaillons énormément avec Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, et on a une position commune : la question de la clause de conscience mérite de sortir de l'idéologie", a expliqué Marlène Schiappa. La secrétaire d'État estime également que supprimer la clause de conscience revient à choisir la solution de "facilité". 

Assurer l'accès à l'IVG à toutes les femmes

"La réalité, c'est que lorsqu'il y a des médecins opposés à l'avortement, il est préférable que ces médecins ne pratiquent pas l'avortement pour les femmes, parce qu'il y a un rapport qui met en exergue ce qui a été appelé des violences gynécologiques", a ajouté la secrétaire d'État. 

À lire aussi
Une manifestation contre les féminicides a eu lieu à Paris, le samedi 6 juillet 2019 société
Journée contre les violences faites aux femmes : pourquoi se déroule-t-elle le 25 novembre ?

"Mais notre responsabilité de pouvoir publique est d'assurer l'accès, sans aucune entrave, à l'IVG, à toutes les femmes", a encore assuré Marlène Schiappa, au micro de RTL. 

À la suite des propos polémiques de Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France, Agnès Buzyn avait annoncé vouloir un état des lieux de l'accès à l'IVG aux agences régionales de santé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Marlène Schiappa MeToo
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants