1. Accueil
  2. Dépense publique : la France reste championne du monde
2 min de lecture

Dépense publique : la France reste championne du monde

EDITO - La France se prépare à dépenser l’année prochaine 55,6% de son PIB en dépenses publiques. C’est un record de tous les temps et de tous les pays. Puisque ce chiffre est à peu près le même que lorsqu’Emmanuel Macron a été élu, le quinquennat ne semble rien avoir changé du tout.

Durant son quinquennat, Emmanuel Macron a opéré une extension de l'Etat providence.
Durant son quinquennat, Emmanuel Macron a opéré une extension de l'Etat providence.
Crédit : GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Budget pour 2022 : les niveaux très élevés de dépense publique
03:26
François Lenglet - édité par Lison Bourgeois

Quand on additionne toutes les dépenses de l’Etat, des collectivités locales et de leurs satellites, de la sécurité et toutes les prestations sociales, retraites, allocations familiales, RSA, on arrive à 55,6% de la richesse créée en une année. Le chiffre de dépenses publiques correspond donc à tout l’argent qui passe par les mains de l’état. Cela provenant pour l’essentiel des impôts mais aussi de l’emprunt, c’est-à-dire de l’endettement. C’est un indicateur de socialisation de l’économie. La France est au plus haut de cet indicateur.
 
Cependant, ce qui est difficile à comprendre c’est que la dépense publique augmente alors que les services publics se paupérisent. Il y a moins d’hôpitaux, une justice sans moyens, des commissariats désargentés. La question se pose donc : Où passe l’argent ?

C’est le principal problème français. Une part croissante de la dépense publique est dévorée par la redistribution, au détriment des moyens de fonctionnement de l’état. On prend de plus en plus d’argent pour le redonner aux Français, et de moins en moins pour les services publics. D’où la paupérisation. Il faut dire que la montée des allocations diverses s’explique en partie par le vieillissement, l’augmentation du nombre de retraités. C’est inévitable.

Mais aussi par l’extension de l’état providence, en particulier sous la présidence Macron, qui n’a rien de libéral, contrairement à ce que disent ses critiques. C’est lui qui a fait l’augmentation de la prime d’activité par exemple, ou encore le revenu minimum pour les jeunes sans travail et sans formation, à venir, ou encore l’extension du congé paternité.

Est-ce que l'on peut s'alarmer du développement de l'état providence ?

Le problème est alors de savoir qui doit payé. Au bout du compte, celui qui paye, c’est le contribuable, sous la forme d’impôts présents, ou d’impôts futurs, c’est-à-dire de dette. Dépense publique et impôts sont les deux faces de la même pièce, on ne peut pas avoir l’une sans l’autre. Sauf à augmenter le déficit, c’est-à-dire la dette, c’est-à-dire les prélèvements futurs.

À lire aussi

Et c’est quelque chose qu’il faut garder en tête en écoutant les prétendants à l’élection présidentielle, qui font assaut de propositions, la plupart du temps sans dire où ils trouvent l’argent.

Il n'y a aucun autre lien entre le niveau de dépenses publiques et la croissance

La France est au record de dépenses, et pourtant sa croissance est plus faible que celle de l’Allemagne, où le niveau des dépenses est à 45% du PIB, dix points de moins que nous. Plus faible encore que celle des États-Unis, qui eux aussi dépensent moins que nous. Le seul lien avéré, c’est celui qui associe haut niveau de dépense publique, haut niveau d’impôt et déficit important. La France en est un bon exemple.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/