1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Économie : peut-il y avoir une nouvelle crise mondiale ?
2 min de lecture

Économie : peut-il y avoir une nouvelle crise mondiale ?

ÉDITO - Il y a 13 ans jour pour jour, le 15 septembre 2008, Lehman Brothers, grande banque new-yorkaise, faisait faillite, déclenchant une crise mondiale. Aujourd'hui, sommes-nous vraiment à l'abris d'une nouvelle crise ?

Wall Street, New York (illustration)
Wall Street, New York (illustration)
Crédit : ANGELA WEISS / AFP
Économie : 13 ans après Lehman Brothers, a-t-on tiré des leçons de cette crise ?
03:41
Économie : 13 ans après Lehman Brothers, a-t-on tiré des leçons de cette crise ?
03:41
François Lenglet - édité par Charlotte Diry

Elle a eu lieu le 15 septembre 2008. La faillite de Lehman Brothers. Par la suite, les faillites à Wall Street se sont alors multipliées, dans une sorte d’effet domino. Quelques jours plus tard, les gouvernements du monde entier étaient contraints de garantir nos dépôts bancaires, de façon à éviter une panique comme dans les années 1930. L’Europe a mis des années à se remettre de la crise économique qui a suivi.

 
Afin que ce genre crise ne se reproduise plus, des leçons en ont été tirées... mais seulement en apparence. On a réglementé de façon sévère les banques occidentales, pour limiter leurs prises de risque, ça, c’est vrai.

Le problème, c’est que le risque s’est déplacé en dehors des banques. Les régulateurs ont toujours un temps de retard, parce qu’ils s’attaquent toujours aux endroits où la précédente crise a éclaté, justement les banques, en 2008. Mais ils ne voient pas où éclatera la prochaine.

Y aura-t-il une prochaine crise ?

Évidemment, rien n'est sur, mais la prochaine crise semble probable. Personne ne peut sérieusement dater avec précision, c’est dans cinq jours ou dans 5 ans. Il faut toujours distinguer, dans une crise, le déclencheur, c’est une faillite, c’est une guerre locale, c’est un gouvernement qui tombe, un événement accidentel dont l’occurrence est par nature imprévisible, et les dangers de long terme qui s’accumulent, eux visibles. Ce sont ces derniers qui donnent sa puissance à la crise. Le déclencheur, ce n’est qu’une allumette sur une bombonne de gaz.

 
C’est l’extraordinaire accumulation de dette dans le monde, qui supposerait une croissance forte dans les années qui viennent pour être remboursées, alors que la planète vieillit et que le changement climatique peut nous obliger à réviser la façon de produire, de consommer. Il y a là, une contradiction. Ces dettes, ce sont celles des états

À cause de la crise sanitaire, les états ont dépensé 15 à 20 000 milliards d’euros, c’est 8 fois le PIB annuel de la France. Ces dettes sont aussi dans l‘immobilier chinois, qui commence à montrer des signes de fragilité. Hier encore, des épargnants ruinés manifestaient à Shenzhen, dans le sud de la Chine, à cause de la faillite d’un gigantesque promoteur surendetté. En fait, les dettes sont partout.

Pas de danger imminent

Pour l’instant, il n’y a pas de danger. Les taux d’intérêt sont très bas, ce qui rend la dette supportable. Les banques centrales maintiennent le prix du crédit très bas, autour de zéro. Mais est-ce que c’est durable ? Si l’argent est gratuit, les entreprises, les états, les financiers, prennent de plus en plus de risque, et on augmente alors la probabilité de crise, alors qu’on voulait la faire diminuer… 

Il n’y a pas de formule magique. Il n’y a pas de vaccin contre l’imprudence et l’espoir du gain. La leçon de Lehman, 13 ans plus tard, c’est qu’il n’y a pas de leçon des crises. L’histoire économique est ponctuée d’épisodes de panique et de reprises, parce que le déterminant fondamental de ces alternances, c’est la psychologie des hommes, leurs illusions, leurs excès, suivis par leurs peurs tout aussi excessives. Et la modernité ne nous protège en rien de ces travers. Car s’il y a peu de chances pour que nous soyons plus bêtes que les générations précédentes, il y a aussi peu de chances pour que nous soyons plus intelligents.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/