3 min de lecture Littérature

John le Carré, maître britannique du roman d'espionnage, est décédé

John le Carré, ancien agent secret britannique et connu pour ses romans d'espionnage vendus à plus de 60 millions d'exemplaires dans le monde, est décédé à l'âge de 89 ans samedi 12 décembre.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Kad Merad et Olivier Baroux préparent un nouveau film... sans image, entièrement sonore, "Bullit et Riper" ! Stéphane Boudsocq a assisté en exclusivité à l'enregistrement. Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

 On a appris le 13 décembre au soir, la mort à 89 ans de l'écrivain britannique John Le Carré, maître incontesté du roman d'espionnage. Son plus grand succès L'espion qui venait du froid s'est vendu à plus de 20 millions d'exemplaires. On peut dire que John Le Carré a donné ses lettres de noblesse à un genre littéraire souvent considéré comme mineur avant lui.

Le Carré est non seulement un conteur exceptionnel, un orfèvre du suspense, il est aussi un immense écrivain au style éblouissant dont les livres sont déjà considérés comme des classiques. C'est donc avec son 3e roman, L'espion qui venait du froid qu'il connait un succès planétaire en 1964, l'histoire d'un agent double britannique passé en Allemagne de l'Est.

Il a acquis une renommée internationale grâce à L'Espion qui venait du froid (1964). David Cornwell, plus connu sous le nom de John le Carré, maître britannique du roman d'espionnage, est décédé à l'âge de 89 ans d'une pneumonie ce samedi 12 décembre.

"C'est avec une grande tristesse que je dois annoncer que David Cornwell, connu dans le monde sous le nom de John le Carré, est décédé après une courte maladie (non liée au Covid-19) en Cornouailles samedi soir, le 12 décembre 2020. Il avait 89 ans. Nos pensées vont à ses quatre fils, à leurs familles et à sa chère épouse, Jane", a déclaré Jonny Geller, PDG de l'agence artistique Curtis Brown, dans un communiqué.

À lire aussi
hommage
Serge Gainsbourg "était d'une générosité incroyable", confie Jacky, son ancien attaché de presse


"C'est avec une grande tristesse que nous devons confirmer que David Cornwell - John le Carré - est décédé d'une pneumonie samedi soir après une courte bataille contre la maladie", a confirmé sa famille dans un message relayé par son agent.


John le Carré a écrit vingt-cinq romans et un volume de mémoires, sorti en 2016 The Pigeon Tunnel. Il a vendu au total plus de soixante millions de livres dans le monde. Un succès qui s'explique par son passé d'agent secret, dont il s'est inspiré. La carrière de John le Carré a été ruinée par l'agent double britannique Kim Philby, qui avait révélé sa couverture et celle de nombreux de ses compatriotes au KGB. John Le Carré avait alors dû démissionner du MI6.

Dans son dernier roman, paru en octobre 2019, l'europhile John le Carré dressait un portrait sans concessions du Premier ministre Boris Johnson dépeint en "porc ignorant" et qualifiait le Brexit de "folie".

"Une grande figure de la littérature anglaise"

"Nous avons perdu une grande figure de la littérature anglaise", a déclaré Jonny Geller, louant son "grand esprit", sa "gentillesse", son "humour" et son "intelligence". John le Carré a accédé à un succès international après la parution de son troisième roman L'Espion qui venait du froid (1964), qu'il a écrit à l'âge de 30 ans. Il était à l'époque "mangé par l'ennui" que ses activités de diplomate à l'ambassade britannique de Bonn en Allemagne lui procuraient.

Le roman, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde, raconte l'histoire d'Alec Leamas, un agent double britannique, passé en Allemagne de l'Est. Son adaptation au grand écran, avec Richard Burton dans le rôle titre, marque le début d'une longue collaboration avec le cinéma et la télévision.

Le romancier Robert Harris a décrit le Carré comme "l'un de ces auteurs qui était non seulement un écrivain brillant mais qui a aussi pénétré la culture populaire - et c'est très rare". Ce dernier décrit L'Espion qui venait du froid comme un "chef-d'œuvre". "C'est une histoire incroyablement captivante et très profonde, et elle a transformé l'écriture du roman d'espionnage. C'était un brillant portrait psychologique de l'espionnage, de la trahison et du déclin du pouvoir britannique.", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Livres Écriture
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants