2 min de lecture Yann Arthus-Bertrand

Coronavirus : malade, Yann Arthus-Bertrand donne de ses nouvelles

VU DANS LA PRESSE - Interviewé par "L'Yonne Républicaine", le photographe donne des nouvelles rassurantes et tire à boulet rouge sur la société de surconsommation.

Le photographe Yann Arthus-Bertrand en 2016
Le photographe Yann Arthus-Bertrand en 2016 Crédit : Cindy Ord / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste RTL

Yann Arthus-Bertrand va mieux. Atteint du Covid-19, le photographe et réalisateur français donne des nouvelles rassurantes dans un entretien pour l'Yonne Républicaine.

"Cela va mieux, mais j'ai passé une très mauvaise semaine où j'ai beaucoup dormi. Je n'ai pas mangé, ayant perdu le goût et l'odorat. J'avais perdu six kilos que j'ai repris. Je n'ai pas eu un coronavirus violent, on se rend compte qu'il existe diverses formes", démarre Yann Arthus-Bertrand dans son entretien, avant de se confier plus largement sur l'environnement et la société de surconsommation.

En effet, le réalisateur du film Human, disponible gratuitement sur YouTube, n'est pas d'accord avec la primatologue Jane Goodall, qui a déclaré "c'est notre mépris de l'environnement qui a causé la crise du Covid-19". Il précise : "Les virus existent depuis toujours sur notre planète, ils régulent la vie, font de la sélection. En même temps, la consommation humaine sur terre a explosé". 

Réfléchir à un nouveau mode de consommation

"Le vrai problème, ce sont les élevages industriels. Ces millions d'animaux entassés, bourrés d'antibiotiques, sont des nids à maladies comme la peste porcine. Si on n'avait pas proposé à la vente des chauves-souris dans des marchés, il n'y aurait pas eu de coronavirus", poursuit Yann Arthus-Bertrand.

Il donne aussi les enseignements à tirer de la pandémie et explique comment s'organiser dans la vie d'après le confinement : "Ce serait important d'aider certaines professions comme les paysans, en contact direct avec la terre. C'est bien beau de lancer des appels pour leur apporter de la main-d’œuvre destinée à ramasser leurs cultures, mais il faudrait revaloriser leurs revenus. Revenir au système des circuits courts est une bonne chose. Prendre conscience que la nourriture doit être faite autour de nous et ne pas aller la chercher au bout du monde."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Yann Arthus-Bertrand People Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants