3 min de lecture Médias

Affaire Hollande-Gayet : pourquoi a-t-elle été un tournant pour "Closer" ?

À l'occasion des 15 ans du magazine people, Society revient sur le plus gros scoop de "Closer", à savoir les clichés de François Hollande qui se rend chez Julie Gayet.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Affaire Hollande-Gayet : pourquoi a-t-elle été un tournant pour "Closer" ? Crédit Image : AFP / VALERY HACHE-THOMAS SAMSON | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet et Ryad Ouslimani

C’est un phénomène de la presse people qui fête ses 15 ans, et qui a les honneurs d’un sujet dans le dernier Society. En effet, Closer souffle ses bougies et pour l’occasion, Society revient sur le plus gros scoop de l’hebdomadaire people, qui avait révélé la liaison entre François Hollande et Julie Gayet

On y apprend ainsi que tout était parti d’une émission de télé où la comédienne était invitée. Elle y avait été charriée en direct concernant son soutien "ardent" au candidat Hollande. "On enquêtait depuis plusieurs mois sans rien trouver", se rappelle Laurence Pieau dans Society. Elle contact alors le célèbre paparazzo Sébastien Valiela.

Démarre la traque, entre le Café de Flore et la rue du Cirque, où il planque nuit et jour. Jusqu’à finir par obtenir les clichés que l’on connaît aujourd’hui, où l’on voit le président Hollande rejoindre sa belle en scooter. Dans la foulée, le 10 janvier 2014, Closer fait sa Une sur le sujet, avec un dossier de 7 pages.  Le titre : "L’amour secret du Présidenté. 

Un nouveau traitement des politiques

Le numéro du magazine a été une déflagration, et s'est vendu à 610.000 exemplaires, le double des ventes habituelles. La nouvelle a fait le tour du monde, au point de faire la couverture du New York Times, ainsi que de 32 titres français. En couple officiellement avec François Hollande, Valérie Trierweiler l'a quitté, et a publié plus tard le livre Merci pour ce moment

À lire aussi
Laurent Fontaine et Pascal Bataille dans les locaux de RTL en 2020 Télévision
Bataille et Fontaine : brouillés pendant 2 ans, ils envisagent un retour à la télé

Du coté du magazine people, il y a désormais un avant et un après. "Clairement, on a changé de statut", reconnaît la patronne de Closer. "On est devenu un vecteur d’information", ajoute Laurence Pieau.

Plus globalement, c’est le traitement des hommes politiques dans la presse people qui change à ce moment-là. Car s’ils y étaient déjà présents, tout était plutôt convenu entre gens de bonne compagnie. On avait vu Claude Pompidou en maillot de bain dans Ici paris, ou Ségolène Royal à la maternité dans Paris Match. Même les premières photos de Mazarine Pingeot avaient été publiées avec l’accord tacite de François Mitterrand. 

Mais avec Closer et l’affaire Hollande, la presse est entrée dans la vie privée des politiques par effraction. C’était inédit, et ça s’est payé. Après le "Gayetgate", Sébastien Valiela a subi un contrôle fiscal

Une presse dépassée par les réseaux sociaux ?

On apprend dans Society que tous les scoops ne se ramassent pas sur les plateaux télé. Il faut des informateurs, souvent dans l’entourage de la star, comme un ex qui veut se venger ou un concurrent jaloux. Ça peut aussi être des "indics", payés et déclarés. 

En 2007, c’est une employée de Disneyland Paris, lectrice de Closer, qui a contacté le magazine en assurant que Nicolas Sarkozy et Carla Bruni devaient venir en visite. Ce n’était pas encore officiel à ce moment-là. Résultat : 256 photos du couple assistant à la parade de Noël. Une première depuis Mazarine : Closer avait osé paparazzer un chef d’État. "On a fait le sale boulot, comme d’habitude", résume Laurence Pieau, puisque toute la presse s’empare de l’affaire par la suite. 

La force de Closer à l’époque est que les politiques ne se méfiaient pas de cette presse-là, ils ne la connaissaient pas. Un seul semble avoir flairé la tendance, il s’agit de Jean-Luc Mélenchon, qui accorde une interview au magazine. Il avait alors eu une phrase prophétique : "Vous verrez, après moi tout le monde vous parlera". Et il aura raison. Nicolas Dupont-Aignan ira lui aussi de son interview. "Je ne vois pas pourquoi je refuserais un journal qui a un gros tirage, et qui touche des Français auxquels je n’ai pas forcément l’habitude de parler dans mes meetings", avait-il expliqué. 

Mais il y aura eu le scoop de trop, celui du coming out forcé de Florian Philippot. Ça se paiera 20.000 euros au tribunal mais aussi en termes d’image. Surtout, la presse people paraît un peu dépassée aujourd’hui par les réseaux sociaux. Benjamin Griveaux n’a eu besoin de personne pour être mis à nu. "On s’est bien marré mais l’âge d’or est terminé", confirme Laurence Pieau dans Society.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Closer Julie Gayet
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants