3 min de lecture Voile

Vendée Globe : comment aller aux toilettes sur un bateau de course ?

Les navigateurs qui passent quelque 3 mois en course sont confrontés à la problématique des besoins naturels, sur des bateaux conçus uniquement pour la course.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Vendée Globe : comment aller aux toilettes sur un bateau de course ? Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Ryad Ouslimani

En ce mercredi 7 octobre dans la presse, on prend le large. Quitte à se retrouver dans le besoin. On se plonge dans la lecture du magazine Flush. Flush qui signifie "chasse d'eau" en anglais. On vous voit venir, vous allez dire, goguenard : "Ah, un magazine sur les toilettes peut-être ?" Eh bien, absolument. Et à un mois du Vendée Globe, Flush pose la question que personne n'ose poser : mais comment on fait sur un bateau

Disons le tout de suite : un bateau de course, c'est juste pensé pour aller vite. Donc il n'y a ni douche ni toilettes. Pour se laver, c'est lingettes. Pour le reste "c'est complexe", reconnait le skipper Suisse Alan Roura. "On a des gilets, des combinaisons, il faut en enlever une partie pour se soulager.", explique-t-il. 

"Personnellement, j'essaie de faire dans le cockpit. Avec les embruns, ça rince automatiquement. Le souci, c'est que l'ensemble des cordages du bateau est relié dans cette zone-là. Si on a besoin de choquer les voiles et que ça n'a pas rincé, c'est dégueulasse, je ne vous le cache pas", confie le navigateur. 

Quid de la grosse commission

Pour les femmes, c'est encore plus compliqué. "Je suis du genre à faire pipi tout le temps, dit Clarisse Crémer, de Banque Populaire X. Alors j'ai un pisse-debout", raconte-t-elle. Le pisse-debout, un petit accessoire en silicone de forme conique, qui permet aux louves de mer de naviguer sans entraves. C'est formidable. Ponctuellement. 

À lire aussi
Jean Le Cam voile
Vendée Globe : où va débarquer Escoffier ? Le Cam va-t-il récupérer du temps ?

Mais quand il faut n'utiliser que ça pendant des semaines, aie aie aie... Parce qu'en fait l'ustensile est vite recouvert d'eau de mer. À la longue, ça pique. Mais c'est toujours mieux que de se retenir. Ou de faire comme ces débutantes qui ne boivent pas une goutte pendant 48 heures pour contourner l'obstacle.

Les choses se corsent quand il s'agit de la grosse commission. "Deux options, dit Alan Roura. La première c'est la trappe de survie. On l'ouvre, on s'accroche aux lignes de vie, on sort son fessier, et on fait moitié à l'intérieur du bateau, moitié à l'extérieur. C'est assez impressionnant au début mais on s'y fait". 

La seconde option, c'est un seau équipé d'un sac en amidon biodégradable, le seul déchet autorisé en mer. Tout ça fonctionne bien, par temps calme. Par gros temps, c'est une autre paire de manches. 

Les ingénieurs trouvent de nouvelles solutions

"Il faut tenir le seau avec une main et se tenir de l'autre", explique le skipper. "Le problème, ce sont les crampes. En position semi assise, sur un bateau qui bouge, ça prend la cuisse et le mollet, et on peut se retrouver paralysé sur son seau", indique-t-il. On imagine le tableau. Mais le cauchemar absolu, bien sûr, c'est que tout se retrouve par terre.

"L'humain peut supporter un truc désagréable pendant une semaine mais sur trois mois, il y a un moment où il va craquer", dit un technicien. Heureusement, les constructeurs ont fait des progrès dans ce domaine. Et sur le bateau de Clarisse, il y a un seau installé sur un cardan, qui épouse les mouvement du bateau. Un point stable même quand ça remue, un endroit dédié.

Mais c'est un luxe qui n'est pas accessible à tous. Sur le bateau d'Alan Roura, il n'y a pas la place. "Cette année encore, dit-il, ce sera à l'ancienne. Et il espère ne pas refaire la même erreur qu'il y a quatre ans. "J'ai perdu un seau dès le premier jour de course. J'ai donc fait le tour du monde avec un seul seau qui me servait à la fois pour la vaisselle, le nettoyage  et les toilettes". Heureusement, il y avait de beaux couchers de soleil.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Pratique Toilette
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants