1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Doit-on prononcer le P de "dompter" ?
2 min de lecture

Doit-on prononcer le P de "dompter" ?

Aujourd’hui, la "dompteuse de mots" de RTL se fait dompter ! Mais, tenez, comment prononceriez-vous la phrase qui précède ?

Un dictionnaire (illustration)
Un dictionnaire (illustration)
Crédit : Pisit Heng / Unsplash
Doit-on prononcer le P de "dompter" ?
00:03:34
Doit-on prononcer le P de "dompter" ?
00:03:34
Muriel Gilbert

Amis des mots, je viens de me faire remonter les bretelles. C’est Toinou, de l’Allier, comédienne, grande amoureuse des mots et de la langue française, qui m’a entendue récemment, dans une de mes chroniques, évoquer mon livre Au bonheur des fautes - confessions d’une dompteuse de mots.

Et alors ? Et alors, j’ai dit “domPTeuse” ! “Aïe, ça fait mal aux oreilles !”, se plaint Toinou, qui explique que : “Tout comme pour le verbe compter, on ne prononce pas le P !”.
Chacun sait que l’un des charmes (diaboliques) de notre l’orthographe réside dans l’omniprésence des lettres muettes. Comme leur nom l’indique, ce sont les lettres que l’on ne prononce pas… mais qu’il ne faut pas oublier d’écrire. C’est le cas de la plupart des marques du pluriel, par exemple. Si j’écris “les enfants mangent”, on n’entend pas le S à la fin d’enfants ni la finale en ENT de mangent. Et puis, il y a d’autres lettres muettes, celles notamment qui ont été ajoutées à l’époque médiévale… Je vous ai déjà parlé par exemple du G et du T du doigt ou du P et du S finaux du corps. 

Jusqu’au XIIe siècle, on écrivait encore le corps humain comme ça se prononce – donc comme un cor… au pied. On écrivait les doigts de la main sans G ni T. Mais les lettrés de l’époque, de fins latinistes, ont décidé que l’orthographe devait marquer l’origine latine du français. Ajouter un P et un S au mot cor permettait de recréer le lien avec le corpus latin, ajouter un G et un T au doi rappelait le digitus latin, etc. Mais le plus rigolo, c’est que ces lettres muettes, à force de les lire, les gens se sont mis à les prononcer dans certains mots.

Sustance, s'astenir, sutil...

Des exemples ? Le B de substance, s’abstenir et subtil, qui se disaient “sustance”, “s’astenir” et “sutil”. On n’avait ajouté le B que pour rappeler leur racine latine. Le prononcer était considéré comme une erreur, une faute… jusqu’à ce que cela devienne la norme.

À lire aussi

En revanche, sur la prononciation de dompter, Toinou a d’autant plus raison que le P a été ajouté au XIVe siècle et par erreur, car le verbe vient du latin domitare (sans P !). Le P de dompter “est parasitaire”, affirme le Dictionnaire historique de la langue française, “on devrait écrire donter ou domter”. Le P est arrivé sans doute par confusion avec le verbe compter, qui, lui, vient de computare. Dans le genre blagounettes de l’orthographe, d’ailleurs, le compte (1, 2, 3…) et le conte (de fées) sont tous les deux issus de ce même verbe computare. En toute logique, ils auraient dû s’écrire de la même façon en français. Mais la logique et notre orthographe, vous commencez à le comprendre, ça fait deux…


Pour revenir à la prononciation de dompter, Le Petit Robert, par exemple, donne le choix entre “domter” et “domPter”, et la prononciation avec le P est en train de devenir majoritaire… donc peut-être dans vingt ans sera-t-elle la norme ! Mais ne pas le prononcer est encore considéré comme plus élégant, donc merci mille fois à Toinou pour cet utile rappel. Vous avez “donté” la “donteuse” !

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/