1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. vaccin COVID : dit-on "se vacciner" ou "se faire vacciner" ?
2 min de lecture

vaccin COVID : dit-on "se vacciner" ou "se faire vacciner" ?

À défaut de respecter certaines règles, en matière de langue, on dit parfois autre chose que ce que l’on croit.

Seringue et vaccin contre le Covid (image d'illustration)
Seringue et vaccin contre le Covid (image d'illustration)
Crédit : Hakan Nural/ Unsplash
Faut-il dire "se vacciner" ou "se faire vacciner" ?
02:47
Muriel Gilbert

Voici un "Bonbon sur la langue" parfum "vaccination", amis des mots. Nous avons déjà évoqué l’origine du mot vaccin. Rappelons qu’il nous vient de la vache, ou plutôt de sa version latine, vacca, avec deux C… comme vaccin. C’est à la fin du XVIIIe siècle, quand on s’est rendu compte que cela les protégeait de la version humaine de la maladie, que l’on a commencé à inoculer à des humains la variole de la vache, appelée la vaccine. D’où le vaccin.


Mais, c’est d’un phénomène langagier bien plus récent que je voudrais vous parler. Une erreur de construction qui gagne toutes les strates de la société, et jusqu’à l’Élysée. On lit et on entend partout, y compris dans la bouche d’Emmanuel Macron : "Vaccinez-vous !" Un coup à dégoûter les amis des mots d’aller faire la queue sur Doctolib pour obtenir leur troisième dose. 

Pourquoi ? Mais parce que "Vaccinez-vous", ça signifie "Prenez la seringue dans la main droite et plantez-la dans votre épaule gauche". Ouille ! Et moi qui tourne de l’œil dès que j’aperçois une aiguille… Naturellement, on doit dire : "Faites-vous vacciner" !

Faire... ou faire faire ?

Je fais l’andouille, mais ces erreurs de construction sont de plus en plus fréquentes. Le plus troublant, c’est que, pour beaucoup de gens, il s’agit simplement de parler plus vite. Parce que la construction correcte demande 5 syllabes : "Faites-vous vacciner", quand la version incorrecte n’en prend que 4 : "Vaccinez-vous". Dans le même genre, j’entends aussi "Je me suis coupé les cheveux" - dommage quand même de raconter qu’on l’a fait soi-même quand on a laissé 125 euros à sa coiffeuse pour s’en charger dans les règles de l’art, non ? Faire, ou faire faire, ce n'est pas la même chose, tout de même ! Là encore, ce qui manque, bien sûr, c’est le verbe faire : "Je me suis FAIT couper les cheveux."

Partager ou joindre ?

À écouter aussi

Dans le même style, j’ai reçu un appel au secours de Christine, qui me dit qu’elle a besoin de se confier à "quelqu'un qui comprendra" (moi, quoi)... "Dans ma boîte, m’écrit-elle, on partage beaucoup d'informations sur un réseau interne... Et, ces derniers temps, les messages commencent par ‘Je vous partage’ suivi d'un complément d'objet direct. J'en ai marre !", s’agace-t-elle, avant de conclure que, rien que de m’en parler, elle se sent "déjà mieux" et de m’envoyer "la bise du Sud-Ouest !" Dites donc, le Bonbon sur la langue fait office d’anxiolytique !

J’ai répondu : "Aaaah moi aussi ça m'énerve !" Parce que j’avais remarqué, naturellement. J’ai reçu récemment un message publicitaire qui disait : "Le Parisien vous partage ses idées pour garder le moral." Et on lit effectivement partout : "Je vous partage ce fichier". 

Utiliser ainsi le verbe partager est un calque de l’anglais to share, comme l’explique très bien la Banque de dépannage linguistique. Alors, soit on choisit un autre verbe ("Je vous joins ce fichier", "Le Parisien vous communique/vous transmet/vous adresse/ ses idées pour garder le moral"), soit on choisit une autre construction comme "Je partage ce fichier avec vous." Vous partagez votre croissant AVEC moi, amis des mots ?

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/