1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "The Suicide Squad" (DC Comics) : 3 raisons de penser que le film sera un succès
3 min de lecture

"The Suicide Squad" (DC Comics) : 3 raisons de penser que le film sera un succès

ÉCLAIRAGE - Prévu pour 2021, "The Suicide Squad" promet un grand spectacle bourré de dérision, d'humour potache et d'hémoglobine, avec un casting cinq étoiles.

Harley Queen incarnée par la brillante Margot Robbie dans "The Suicide Squad"
Harley Queen incarnée par la brillante Margot Robbie dans "The Suicide Squad"
Crédit : Capture d'écran YouTube
Capucine Trollion
Capucine Trollion

DC Comics continue d'opérer son virage à 180 degrés après les sombres Batman V Superman et Man of Steel. Terminé, les films aux éclairages obscurs, les ruelles angoissantes de Gotham et les fêlures émotionnelles des héros et héroïnes. 

Depuis Aquaman (2018), puis avec Shazam ! (2019) le DCEU (Univers cinématographique de DC Comics) ajoute des couleurs, de l'humour, des ambiances pops à ses films. The Suicide Squad de James Gunn (Les Gardiens de la Galaxie), prévu pour juillet 2021, ne fera pas exception à cette nouvelle esthétique, comme on peut le voir dans la nouvelle bande-annonce, dévoilée le 26 mars dernier.

3m04 d'images qui en mettent plein la vue entre hémoglobine, blagues grivoises, explosions en tous genres et anti-héros et héroïnes prêts à tout dégommer. The Suicide Squad est à l'opposé de la Justice League de Zack Snyder et annonce un film nettement supérieur à Suicide Squad de David Ayer sorti en 2016, et ce pour plusieurs raisons.  

1. Du trash à gogo

Comme pour Deadpool de Marvel, DC Comics a dévoilé deux bandes annonces pour The Suicide Squad : censurée et non censurée. Des corps déchiquetés par King Shark (Steve Agee), requin géant sur pieds, des litres de sang et des boyaux apparents, passent pendant les 3 minutes de bande-annonce. James Gunn fait dans le trash et grossit le trait sans sourciller. L'humour potache sera aussi de mise dans ce Suicide Squad, en témoigne la séquence où Peace Maker (John Cena), version loser de Captain America, annonce être prêt à manger "une plage remplie de pénis" pour "la liberté". Très en dessous de la ceinture, comme on l'a rarement vu dans un film DC Comics. 

À lire aussi

La maison rivale de Marvel compte bien aller au-delà de tout ce qu'on a pu voir précédemment, même chez Deadpool, incarné par un Ryan Reynolds sans filtre. The Suicide Squad devrait trouver son public, comme Deadpool a su le faire. Et puis James Gunn a d'ores et déjà montré qu'il est LE réalisateur qui sait mettre de la folie, des musiques et des intrigues éclatantes sur les écrans. 

2. La patte de James Gunn

James Gunn a fait une entrée remarquée et réussie dans le MCU en 2014 avec Les Gardiens de la Galaxie. Un film totalement jouissif, régressif avec une bande son léchée, une ambiance de space opera et des anti-héros attachants. Il persiste et signe presque aussi bien le second volet de la saga en 2017 et ne compte pas s'arrêter là, puisque, normalement, les Gardiens de la Galaxie 3, est prévu au cinéma.

Cette touche décalée, pop et déjantée se retrouve aussi bien dans les scènes d'action où la virevoltante d'une Harley Quinn (Margot Robbie) survoltée, que dans le casque de Bloodsport (Idris Elba), sans oublier les Crocs avec du papier toilette sous la semelle de Blackguard (Pete Davidson). The Suicide Squad devrait bien se moquer des films d'action du genre où chaque tentative pour sauver le monde ou réussir la mission, ici il s'agit de détruire une base en pleine jungle, sera tournée en dérision. De quoi augmenter l'impatience des fans avec les débuts de cette nouvelle "Escouade" agrandie depuis Suicide Squad de 2016.

3. De nouveaux personnages aussi barrés les uns que les autres

Les membres de The Suicide Squad sont tous et toutes condamnés de très lourdes peines de prison. Ils et elles n'ont pas vraiment le choix d'accepter le plan d'Amanda Waller (Viola Davis) et les voilà balancés au beau milieu de la jungle, face à une étoile de mer géante, Starro, entre autres. En plus d'Harley Quinn, Rick Flagg (Joel Kinnaman) et Captain Boomerang (Jai Courtney), la team s'agrandit avec une dizaine de nouveaux personnages, anti-héros et héroïnes, dont Ratcatcher (Daniela Melchior), Javelin (Flula Borg) et Sol Soria (Alice Braga). Des personnages hauts en couleurs, aux apparences ridicules (costumes moulants), très fournis en poils (Weasel est une belette à taille humaine) auxquels nous ne sommes pas habitués.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/