1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Décès de Jean-Paul Belmondo : ses plus grands rôles au cinéma
2 min de lecture

Décès de Jean-Paul Belmondo : ses plus grands rôles au cinéma

VIDÉOS - Jean-Paul Belmondo, c’est une vie au cinéma et des vies de cinéma, carrière caméléon pour un personnage haut en couleur.

Jean-Paul Belmondo pendant ses vacances d'hiver en France en 1960
Jean-Paul Belmondo pendant ses vacances d'hiver en France en 1960
Crédit : AFP
Stéphane Boudsocq

C'est un grand nom du cinéma qui a disparu. Jean-Paul Belmondo est décédé. Depuis plus de six décennies, cet homme-là, a, tour à tour été le fils, le frère, le mari et le grand-père que des générations de Français auraient voulu avoir. Son sourire, sa voix, son regard ont fait partie de nos vies, ont rythmé nos sorties au cinéma ou nos soirées télé.

Jean-Paul Belmondo, c’est une vie au cinéma et des vies de cinéma, carrière caméléon pour un personnage haut en couleur. Godard, Melville, Becker, De Broca, Verneuil, Deray, Molinaro, Truffaut, Lelouch... allez trouver un itinéraire de carrière plus varié pour cet enfant gâté du 7e art. Balade dans ses films les plus célèbres dont Hold-up (1985) avec Alexandre Arcady à la réalisation et où le duo Belmondo-Marielle dans Hold-up.

3 ans plus tôt, c'est Gérard Oury qui met en scène L'as des as. On est là durant la Première Guerre mondiale et l'aviateur Belmondo va vite basculer vers la Seconde où il croisera même Hitler. Marie-France Pisier et le jeune Rachid Ferrache sont au générique.

Si on aime le Belmondo policier, il ne faut pas rater Flic ou Voyou (1979) de Georges Lautner. Sans oublier les merveilleux dialogues de Michel Audiard dans "Flic ou voyou" avec aussi Marie Laforêt. Passons à un polar plus rugueux : Peur sur la ville (1975) d'Henri Verneuil. Vous n'avez sans doute pas oublié l'incroyable poursuite sur le toit du métro de Paris quand le commissaire Letellier traque Minos, le psychopathe tueur de femmes.

Les jeunes années cinéma de Belmondo à ne pas louper

À écouter aussi

Pour (re)voir les jeunes années de "Bébel" au cinéma, rien de mieux que les années 60  avec Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville avec Emmanuelle Riva au casting. Léon Morin, prêtre ou quand la jeune veuve d'un communiste tué durant l'Occupation succombe au charme d'un beau curé qu'elle croyait défier. Également disponibles sur Netflix : Cartouche, Un homme qui me plaît, L'héritier, Stavisky, L'incorrigible, Le corps de mon ennemi, Le guignolo", Le marginal, Les morfalous ou Le professionnel.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/