3 min de lecture Littérature

Goncourt : un prix créé par des frères "homophobes et antisémites", relate Trierweiler

BILLET - Les deux frères à l'origine de la création du prix littéraire le plus prestigieux de France, Edmond et Jules de Goncourt, avaient une réputation sulfureuse, nous explique Valérie Trierweiler.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
Goncourt : un prix créé par des frères "homophobes et antisémites", relate Trierweiler Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
Valérie Trierweiler édité par Gaétan Trillat

La bonne nouvelle que l’on peut retenir de l’allocution du président Macron, c’est l’annonce de la réouverture des librairies dès samedi. Même si je reste triste pour les restaurateurs, dont certains sont dans l’extrême difficulté. Avec la réouverture des librairies, ce sera aussi le retour des prix littéraires. Dans quelques jours, le 30 novembre exactement, et en décalé, le plus célèbre des prix, le Goncourtsera remis puisque le jury avait décidé d’attendre l’ouverture des librairies pour soutenir ce commerce "non essentiel" aux yeux de certains.


D’autres prix comme le Renaudot ou l’Interallié ont été également repoussés. Mais revenons au Goncourt, il reste donc quatre romans en lice.

Les impatientes de Diaïti Amadou Amal (Emmanuelle Collas)
L’anomalie de Hervé Le Tellier (Gallimard)
L’historiographie du royaume de Maël Renouard (Grasset)
Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo (Verdier)

Pour la première fois, hormis période de guerre, la délibération et la remise du prix ne se feront pas chez Drouant comme le veut la coutume. Il faut y avoir été pour se rendre compte de cette indescriptible cohue. Cette fois non, ce sera une première, les membres de l’académie (qui sont bénévoles je le rappelle) se réuniront via Zoom.

À lire aussi
littérature
"Les Livres ont la parole" : "L'ami arménien" d'Andreï Makine


Ce sera également le Premier Goncourt du nouveau président Didier Decoin, un rôle pas facile à tenir après Bernard Pivot. Alors on retient son souffle en attendant de savoir qui remportera le prix et le chèque de … dix euros. Bien sûr, ce n’est pas cela qui compte mais les 400.000 ventes qui suivront derrière.

Le Goncourt a été créé par un homme a la mauvaise réputation

Mais ce qui semble étonnant c’est comment le prix Goncourt est devenu le prix le plus prestigieux, connu dans le monde entier, alors qu’il a été créé par Edmond de Goncourt qui avait très, très mauvaise réputation ! Ils étaient deux frères inséparables, en réalité, mais l’Académie et le prix figuraient dans le testament d’Edmond en 1896, Jules étant mort depuis 1870. Les deux avaient autant mauvaise réputation l’un que l’autre. D’ailleurs un livre formidable leur a été consacré cette année : Les infréquentables frères Goncourt, de Pierre Ménard, aux éditions Taillandier.

Deux frères réactionnaires, misogynes, antisémites

Imaginez deux frères fusionnels, jusqu’ici, tout va bien. Ils se disent artistes, écrivent à quatre mains des romans, cosignent un journal et font absolument tout ensemble. Ils se faisaient passer pour des frères jumeaux alors qu’ils avaient huit ans d’écart et fonctionnaient comme un couple. Ils prétendaient n’avoir qu’une seule âme tout en étant très différents. En attendant, ils partageaient la même femme !


Ils étaient aussi très réactionnaires, se positionnaient contre tout ce qui ressemblait au progrès, y compris pour l’éducation des enfants ! Les deux frères étaient opposés également au téléphone et à la bicyclette et contre la démocratie.

Ca fait beaucoup, mais ce n’est pas tout. Ces deux là ont vécu au XIXème siècle mais étaient fascinés par le 18ème, donc passéistes. Et ils étaient également misogynes, homophobes et antisémites ! Ils avaient la haine du journalisme. Leur premier roman est vendu à 64 exemplaires ! Ils n’auront jamais vraiment de succès.

Mais voilà ils étaient excentriques et ils ont voulu qu’après leur mort, tous leurs biens et collections soient vendus pour créer le fameux prix Goncourt. Le premier prix sera remis en 1903 à John-Antoine Nau pour Force ennemie. C’est le prix le plus ancien, à l’époque le seul doté financièrement et leur réputation sulfureuse n’empêche pas la qualité des livres primés ! C’est ça, le paradoxe Goncourt.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Culture Goncourt
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants