4 min de lecture Montres connectées

Withings, Apple Watch... Comment font les montres connectées pour suivre le sommeil ?

Ces dernières années, le suivi du sommeil s'est imposé comme l'une des fonctionnalités clés des montres connectées qui ont recours à plusieurs techniques pour le mesurer.

La ScanWatch de Withings embarque de nombreux capteurs pour offrir un suivi complet de santé
La ScanWatch de Withings embarque de nombreux capteurs pour offrir un suivi complet de santé Crédit : Withings
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Au même titre que le calcul du nombre de pas, la surveillance de la fréquence cardiaque et la mesure des activités physiques, le suivi du sommeil est présenté par les fabricants comme un outil supplémentaire permettant à leurs clients de prendre en main leur santé. Elle est aussi la promesse d'une amélioration de leur récupération et de leur état de forme général mais aussi le moyen de détecter des pathologies fréquentes et insuffisamment diagnostiquées, comme l'apnée du sommeil.

Avec Fitbit et Garmin, le fabricant français Withings fut l'un des premiers acteurs à proposer cette fonctionnalité, avec la montre Activité en 2014. A l'intérieur, se trouvait un accéléromètre qui permet de détecter l'orientation d'un objet dans l'espace. Ce capteur est capable de compter le nombre de pas mais aussi de mesurer les mouvements d'une personne dans son lit. 

"De là est parti notre premier algorithme de mesure du sommeil pour détecter deux états, le sommeil léger, caractérisé par de légers mouvements, et le sommeil profond, où l'on ne détecte quasiment aucun mouvement. La caractérisation du sommeil paradoxal, le moment où l'activité cérébrale est la plus intense, est plus complexe", explique Matthieu Menenteau, responsable développement produits chez Withings.

L'accéléromètre pour détecter les phases du sommeil

L'accéléromètre peut facilement déterminer les moments où vous vous êtes levé la nuit et lorsque vous vous êtes rendormis. Mais ce n'est pas le capteur le plus fiable pour déterminer précisément les cycles du sommeil. Il peut être facilement trompé : si vous vous allongez et que vous ne bougez pas, pour lire par exemple, il peut croire que vous dormez. Il peut aussi croire que vous êtes en sommeil léger parce que vous bougez alors que vous êtes en train de rêver. 

À lire aussi
Facebook
Nouvelles conditions WhatsApp : que va-t-il se passer le 15 mai si vous les refusez ?

Pour améliorer ses algorithmes, Withings mène régulièrement des études cliniques auprès de patients visant à comparer les résultats de ses capteurs avec des données issues de dispositifs de santé certifiés. La marque française et les autres constructeurs ont aussi mis à contribution d'autres données pour affiner leurs mesures, notamment la fréquence cardiaque, dont l'analyse des variations peut aussi renseigner sur la qualité du sommeil, et l'oxygénation du sang, qui peut révéler des perturbations respiratoires, comme l'apnée du sommeil.

Cette pathologie est à l'origine de nombreux troubles du comportement. Elle touche un million et demi de Français mais n'est diagnostiquée que dans 20% des cas. Pour la détecter, la dernière montre de Withings, la ScanWatchla dernière Apple Watch et les montres connectées haut de gamme les plus récentes embarquent un capteur de Sp02 qui va mesurer le taux d'oxygénation dans le sang d'une personne (qui chute lors d'un épisode d'apnée) en envoyant des lumières LED à travers la peau et en calculant leur longueur d'ondes. 

La fréquence cardiaque et l'oxygénation du sang pour repérer les troubles du sommeil

Ces informations sont complétées avec les données récoltées par le capteur cardiaque et l'accéléromètre pour dresser un état des lieux complets de la qualité du sommeil. "On génère un score sur 100, à titre indicatif, pour estimer si la nuit est efficace en terme de récupération par rapport à la moyenne d'une population à un âge donné. On regarde le pourcentage de sommeil profond et léger, comment les données évoluent au fil du temps et on les compare sur des périodes plus ou moins longues pour dégager des tendances", explique Matthieu Menenteau de Withings.

Comme Withings, Apple met à la disposition de ses utilisateurs les capteurs de l'Apple Watch pour les aider à suivre certains indicateurs de leur santé. Mais bien que le suivi du sommeil est proposé depuis plusieurs années par des applications disponibles pour l'Apple Watch, cette dernière n'offre cette fonctionnalité en natif que depuis l'automne 2020 et le lancement de la mise à jour watchOS 7 de son système d'exploitation. 

La marque à la pomme propose un suivi assez classique : la montre se concentre sur la durée du sommeil, les mouvements et le rythme cardiaque. ’"L'accéléromètre détecte les micro-mouvements déclenchés par la respiration pendant le sommeil et l’Apple Watch les enregistre et les analyse pour déterminer les phases de sommeil et le temps passé à dormir chaque nuit", explique le groupe sur son site. 

L'Apple Watch aide à créer une routine avant de se coucher

C'est un choix assumé. Apple propose une approche plus globale du sommeil et préfère s'intéresser aux phases précédant l'endormissement, "la transition vers le lit et tout ce qui permettra aux gens de mieux dormir", comme le résumait un cadre de l'entreprise dans un entretien à Cnet.

L'Apple Watch va donc s'attacher à amener l'utilisateur à élaborer une routine propice à l'endormissement en limitant les distractions des applications avant de se coucher via le mode "Ne pas déranger" et en réduisant la luminosité de l'écran. Le scénario peut également intégrer une ambiance sonore, une séance de méditation via une application spécifique et d'autres éléments qui peuvent être automatisés via l'application Maison. Le matin, la montre favorise le réveil avec des vibrations silencieuses et propose un bilan du sommeil de la nuit précédente et des jours passés.

L'application Sommeil de l'Apple Watch assure un soutien positif à l'utilisateur. Si ce dernier atteint ses objectifs, il est félicité. Mais il ne reçoit pas de retour négatif dans le cas contraire. Apple estime que "les gens sont déjà bien conscients qu'ils n'ont pas assez dormi" et ne souhaite pas rajouter une dose de stress.

Le stress est aussi au coeur de l'approche des fabricants chinois Huawei et Honor. La firme de Shenzhen et sa filiale proposent depuis deux ans le suivi du sommeil sur leurs montres Watch GT ou Magic Watch, une mesure qu'elles complètent désormais avec le suivi du stress sur leurs derniers modèles. Mais cette technologie ne repose pas sur un nouveau capteur. Elle se contente donc de définir un score en fonction des mouvements et de la fréquence cardiaque à différents moments de la journée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Montres connectées Conso pratique Fil Futur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants