1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Facebook investit dans le métavers : qu'est-ce que ce projet de monde virtuel parallèle ?
3 min de lecture

Facebook investit dans le métavers : qu'est-ce que ce projet de monde virtuel parallèle ?

Facebook a annoncé la création de 10.000 emplois sur cinq ans en Europe pour construire son métavers, un monde virtuel persistant qui pourrait devenir l'Internet de demain. Plusieurs entreprises sont aussi sur le coup.

Facebook Workrooms est un embryon de métavers permettant aux salariés d'une entreprises d'échanger à distance de façon plus naturelle
Facebook Workrooms est un embryon de métavers permettant aux salariés d'une entreprises d'échanger à distance de façon plus naturelle
Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Le métavers est la nouvelle obsession de Mark Zuckerberg. Il y a trois mois, le patron de Facebook donnait un entretien fleuve à la presse américaine pour annoncer au monde entier son ambition de transformer le réseau social en un monde parallèle numérique presque sans limites. Dimanche, le géant américain a annoncé un plan d'embauche visant à recruter 10.000 profils hautement qualifiés d'ici cinq ans dans l'Union européenne afin de construire ce monde virtuel. Ces ingénieurs rejoindront une division qui occupe déjà quasiment 20% des effectifs du groupe à travers le monde. Dirigée par Andrew Bosworth, un proche de Zuckerberg qui sera promu directeur de la technologie de Facebook l'an prochain, cette cellule travaille aussi sur les lunettes de réalité augmentée et sur l'élaboration d'une interface homme-machine.

Mark Zuckerberg est convaincu qu'Internet est sur le point d'entrer dans une nouvelle dimension. Selon lui, l'Internet mobile tel qu'on le connaît a atteint ses limites. Les capacités technologiques actuelles et les avancées à venir dans un futur proche dans la réalité virtuelle et augmentée vont permettre de dépasser les contraintes du smartphone et des applications mobiles pour permettre aux utilisateurs d'interagir de façon plus naturelle dans des mondes virtuels. 

Déterminé à ne pas rater ce virage, le milliardaire de 37 ans entend transformer d'ici à 2026 son réseau social en un univers en trois dimensions accessible avec des lunettes de réalité virtuelle dans lequel il sera possible d'accéder à des événements en ligne, jouer avec ses amis, travailler ou faire des achats sans bouger de chez soi. Les prémices de ces nouveaux mondes sont déjà tangibles dans des applications concrètes comme Horizons, un réseau social en réalité virtuelle, et Workrooms, un outil de travail collaboratif où l'on peut échanger avec les avatars de ses collègues via un casque de réalité virtuelle Oculus, une marque rachetée par Facebook en 2014.

Le métavers : un monde virtuel persistant

Conceptualisé au début des années 1990 dans le roman de science-fiction Snow Crash de Neal Stephenson, le concept de métavers a trouvé une première traduction concrète dans le jeu vidéo Second Life il y a plus de vingt ans. Ce logiciel permettait à des dizaines de millions de joueurs d'incarner des personnages virtuels personnalisables dans un monde en 3D créé et façonné par eux-mêmes. Investi par les marques et les politiques, le jeu est finalement tombé en désuétude à la fin des années 2000 avec l'avènement de Facebook.

À lire aussi

Aujourd'hui, des plateformes comme Fortnite ou Roblox séduisent des centaines de millions d'adolescents en leur permettant d'évoluer sous la forme d'avatars dans des univers permanents aux possibilités multiples. Les joueurs peuvent se rencontrer à toutes heures du jour ou de la nuit pour bâtir des expériences, s'affronter dans des défis et assister à des expériences virtuelles exclusives offertes par des artistes bien réels. Des millions de fans ont ainsi pu profiter des concerts en ligne donnés par Ariana Grande ou Travis Scott sur Fortnite. La Française Aya Nakamura doit aussi s'y produire dans les prochaines semaines.

Un nouvel eldorado pour les marques

Les métavers attirent aussi les marques et les annonceurs. Les entreprises voient dans ces univers virtuels de nouveaux relais de croissance économique. Séduites par sa force de frappe auprès des jeunes gamers, des centaines d'entreprises ont déjà investi Fortnite pour proposer des habillages, des événements et des options exclusives. Gucci a lancé dans Roblox une collection limitée de sacs virtuels vendus plus de 4.000 dollars pièce pour habiller les avatars. Lancée en 2015, la plateforme Decentraland, considérée comme l'un des premiers métavers, permet d'acquérir des terrains virtuels et d'occuper des jobs en ligne moyennant de véritables transactions.

À terme, les spécialistes imaginent les métavers devenir le prolongement du monde réel avec une nouvelle économie qui pourrait reposer sur les NFT, les fameux non-fungibles tokens qui garantissent l'authenticité des biens virtuels grâce à la technologie de registre distribué de la blockchain. Tout l'enjeu pour les marques sera de rendre ces mondes virtuels interopérables pour que les utilisateurs puissent évoluer dans un véritable espace numérique unifié. Avec de nombreuses problématiques éthiques et de confidentialité en perspective. Des sujets déjà très actuels pour Facebook qui aimerait bien faire oublier ses déboires en la matière en imposant ses vues dans ces nouveaux horizons virtuels.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/