3 min de lecture Connecté

Qu'est-ce que les NFT, les objets virtuels à collectionner qui valent des millions ?

Cette technologie basée sur la blockchain permet d'authentifier des objets numériques sur Internet. Elle connaît une croissance considérable ces derniers mois.

Le NFT de ce tableau numérique de l'artiste Beeple a trouvé preneur pour 70 millions de dollars en mars 2021
Le NFT de ce tableau numérique de l'artiste Beeple a trouvé preneur pour 70 millions de dollars en mars 2021 Crédit : Christies / Beeple / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Quel est le trait d'union entre une maison virtuelle vendue pour 500.000 dollars, le tout premier tweet du fondateur de Twitter, un collage numérique acquis pour 70 millions de dollars et une musique techno composée par Elon Musk ? 

Ce sont tous des NFT, des objets numériques à caractère unique qui ont pris une ampleur considérable ces derniers mois au point de bouleverser le marché de l'art numérique au carrefour des cryptomonnaies et de la spéculation financière.

Les NFT sont des "jetons non fongibles", en français, qui permettent d'associer un certificat d'authenticité à n'importe quel objet virtuel, qu'il s'agisse d'une photo, d'une vidéo, d'une animation, d'un morceau de musique, d'un personnage de jeu vidéo, d'une oeuvre, d'un dessin ou même d'un article de presse. Tout, ou presque, peut être converti en NFT.

Des jetons numériques à caractère unique

Le propriétaire d'un NFT possède un objet virtuel, en réalité un fichier informatique et son certificat. L'objet en question peut continuer d'être accessible et partagé librement en ligne, comme une image. Mais seul son propriétaire pourra échanger ou revendre l'objet certifié. À la manière de la signature d'un tirage photo ou d'une peinture de maître, le NFT permet d'authentifier un objet et de le protéger de la copie.

À lire aussi
enfants
Instagram Kids : pourquoi des experts de l'enfance demandent l'abandon du projet

Ces titres de propriété sont fondés sur la même technologie de certification que les cryptomonnaie, la blockchain. Les certifications numériques des NFT sont inscrites dans un registre décentralisé et hautement sécurisé qui compile l'ensemble des transactions réalisées. Cela signifie qu'un NFT est en théorie inviolable, immuable et traçable de façon pérenne.

La grande majorité des NFT s'appuient sur la blockchain de l'Ethereum, la deuxième cryptomonnaie derrière le Bitcoin, qui a été la première à établir une norme pour les standardiser il y a trois ans. Mais il est aussi possible d'en créer via d'autres blockchains. Il faut disposer d'un portefeuille de cryptomonnaies pour acheter un NFT sur l'une des places de marché dédiées, comme OpenSea, la plus célèbre, lancée dès 2017.

Utilisés dans les jeux vidéo, le sport, l'art, le luxe...

Pouvant être utilisés à la fois pour authentifier des éléments immatériels ou matériels, les NFT recouvrent de nombreux usages. Il y a deux ans, l'Autriche a par exemple émis des timbres postaux accompagnés de leurs NFT. Les amateurs de jeux vidéo peuvent acquérir des NFT comme des récompenses durant leurs parties. De nombreux éditeurs ont déjà transformé des éléments de leurs jeux en NFT à échanger ou collectionner.

Le monde du sport n'est pas en reste. Les moments forts de la NBA ont déjà leurs NFT. Et un joueur a même transformé en NFT une partie de son contrat pour permettre aux fans de parier sur ses performances. Les marques de luxe se les sont appropriés pour authentifier leurs produits et lutter contre les contrefaçons.

Les NFT sont devenus très populaires ces derniers mois, attirant de nombreux acteurs et investisseurs d'horizons divers et variés. Début mars, le cofondateur de Twitter Jack Dorsey a vendu sous forme de NFT son tout premier tweet pour la somme de 2,9 millions de dollars. "Ce n'est pas un simple tweet. Les gens réaliseront dans quelques années la vraie valeur de cette publication. Comme la peinture de Mona Lisa", a-t-il professé.

Quelques jours plus tard, un éditorialiste du New York Times a vendu l'un des ses articles sous cette même forme, récoltant la bagatelle de 560.000 dollars. Le 11 mars, une œuvre numérique de l'artiste américain Beeple a trouvé preneur pour près de 70 millions de dollars chez Christie's. Le 15 mars, un morceau composé par Elon Musk en hommage aux NFT est parti pour plus d'un million de dollars.

Les détracteurs des NFT pointent leur coût environnemental important, induit par la quantité d'énergie nécessaire pour les authentifier, mais aussi des problèmes réglementaires, relatifs à la protection du droit d'auteur. Mais cela ne devrait pas empêcher le marché des NFT de continuer de croître : selon l'Atelier BNP Paribas, sa valorisation a atteint 338 millions de dollars en 2020.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Fil Futur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants