1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. 8 mars, Dating, coronavirus... Entretien avec Fidji Simo, la Française à la tête de Facebook
10 min de lecture

8 mars, Dating, coronavirus... Entretien avec Fidji Simo, la Française à la tête de Facebook

INTERVIEW - Directrice de l'application Facebook au niveau mondial, la Française Fidji Simo rend hommage au travail accompli par les femmes pour leurs communautés et revient sur son action à la tête de la plateforme depuis bientôt deux ans.

Fidji Simo lors de la conférence F8 de 2019
Fidji Simo lors de la conférence F8 de 2019
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Elle est à la tête de l'application Facebook au niveau mondial depuis avril 2019. Fidji Simo, 35 ans, est l'une des femmes les plus influentes de l'univers des nouvelles technologies. 

Après avoir eu la charge de la publicité mobile, de la vidéo, des jeux et de la monétisation de l'entreprise, la Française, originaire de Sète, a désormais la responsabilité de mettre en musique les orientations futures de la plateforme à l'heure où elle fait face à une pression politique et médiatique plus forte que jamais. 

À l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, lundi 8 mars, la directrice du réseau social aux 2,7 milliards d'utilisateurs actifs nous a accordé un entretien pour rendre hommage au travail accompli par les femmes pour leurs communautés et faire un premier bilan de son action à la tête de la plateforme. 

La numéro 3 du groupe revient aussi sur le lancement de Dating, le service de rencontre intégré à l'application Facebook dont le succès est encore un mystère, et sur l'impact qu'a eu la pandémie sur les activités du réseau social, qui a gagné 2 millions d'utilisateurs en France l'an passé

À lire aussi

En revanche, la Française réserve à plus tard ses commentaires sur les sujets les plus sensibles du moment, comme la défiance des utilisateurs de WhatsApp ou la bataille engagée par Apple sur le suivi publicitaire.

Ce lundi 8 mars est la Journée internationale des droits des femmes. Que fait Facebook à cette occasion ?

Je suis très emballée par ce mois de l’histoire des femmes qui vient de s’ouvrir et par la Journée internationale des femmes que nous célébrons à cette occasion. Les femmes ont toujours su faire de Facebook une tribune pour faire évoluer la société en faisant valoir leurs opinions, en appelant au changement et en faisant montre d’une grande solidarité. Cette année, Facebook a décidé de donner un coup de projecteur sur le remarquable travail que ces femmes continuent d’accomplir pour leurs communautés, et nous le faisons de diverses manières, notamment à travers le hashtag #shoutout, qui encourage les autres à honorer sur Facebook les femmes qui occupent une place centrale dans nos vies. 

En France, nous lançons la campagne "Communautée" sur la page de Facebook France en cette semaine de la journée internationale des femmes, afin de rendre hommage à six femmes d’exception qui ont forgé des communautés autour de sujets importants. 

Parmi ces femmes de tête, on peut citer Georgia Stein, fondatrice du groupe Facebook The All Sizes Catwalk, qui se mobilise pour que tous les types de corps soient acceptés et appréciés de tous, et Alexia Lerond, qui a créé l’association Elle Cætera, laquelle s’appuie sur la technologie pour améliorer le soutien fourni aux jeunes femmes victimes de violences, notamment via Lilabot. Ce chatbot disponible sur Facebook Messenger fait l’interface entre les jeunes victimes et les structures spécialisées dans leur accompagnement. Cette campagne témoigne des changements que l’on peut impulser quand on associe la puissance de la communauté à la technologie pour abattre les barrières qui empêchent les femmes de réaliser leurs rêves. 

Les femmes peuvent-elles se sentir en sécurité dans l’écosystème Facebook aujourd'hui ?

En tant que directrice de l’application Facebook, une des premières missions que je me fixe est de veiller à ce que tout le monde puisse se sentir en sécurité sur Facebook, à commencer par les femmes. Nous mettons un point d’honneur à ce que ce soit le cas sur tous les produits de Facebook, et particulièrement ceux que nous concevons. Cet accent mis sur la sécurité des utilisateurs se retrouve notamment sur Facebook Dating, que nous avons lancé en France l’an passé.

>> Facebook lance son application de Dating en France 

Comment a été accueilli Dating, le service de rencontre intégré à l'application Facebook, dans le contexte de la pandémie, propice aux rencontres en ligne ? Combien d'utilisateurs ont déjà essayé la fonctionnalité ?

Depuis le lancement de Facebook Dating, nous avons dénombré plus de 1,5 milliard de mises en relation. Nous sommes ravis de ces premiers pas, et désireux de trouver de nouveaux moyens d’aider les personnes à se rencontrer et à échanger avec celles qui partagent leurs centres d’intérêt.

Nous nous réjouissons toujours de voir les gens se saisir de nos technologies pour se rapprocher comme ils le font avec tant de nos produits, et particulièrement Facebook Dating. S’agissant de Facebook Dating, nous avons remarqué que les utilisateurs voulaient continuer à en rencontrer d’autres et à discuter avec eux de manière virtuelle, a fortiori quand il est impossible de se voir en chair et en os. Pour les y aider, nous avons lancé un service de rencontres virtuelles qui encourage les utilisateurs à faire connaissance par chat vidéo. 

L'ajout de la vidéo en direct dans les applications de rencontre soulève d'importants défis de modération pour éviter les comportements indésirables. Quels gages de sécurité Facebook peut-il donner aux utilisateurs de Dating ?

La sécurité des utilisateurs est extrêmement importante, et nous y avons accordé une attention première dans la conception de Facebook Dating, de même que pour tous les autres produits intégrés à l’application Facebook. Concernant la fonction Dating, nous nous appuyons sur une combinaison de méthodes de machine learning pour détecter en amont les violations et signaler l’utilisateur concerné. 

En complément de ces méthodes, nous avons commencé à tester l’analyse des mots-clés contenus dans les biographies accompagnant chaque profil, notamment pour déceler tout discours haineux. Notre ambition est que chacun vive une expérience positive sur Facebook, et nous continuerons à explorer toutes les pistes pour nous en donner les moyens. 

Les applications de rencontre sont régulièrement le théâtre de comportements déplacés envers les femmes, qui y sont globalement minoritaires par rapport aux hommes. Ces plateformes peuvent-elles être des espaces sûrs ?

Dans l’univers des rencontres en ligne, la sécurité et l’authenticité revêtent évidemment une importance première, raison pour laquelle nous en avons fait nos priorités dans la phase de conception du produit. Ainsi, pour créer un profil sur Facebook Dating et profiter de cette fonctionnalité, il faut utiliser sa véritable identité et avoir plus de 18 ans. Nous dispensons sur nos pages d’aide des conseils sur la procédure à suivre pour signaler des comportements déplacés, et nous continuons à faire équipe avec d’autres organisations pour aider les utilisateurs à rester en sécurité quand ils utilisent Facebook. 

En parallèle, nous avons concocté une page de Conseils de sécurité accompagnée de ressources destinées à aider les utilisateurs à identifier les comportements nuisibles et à s’en prémunir. De même, nous avons intégré des liens vers ces conseils dans l’assistant de prise en main de l’application  et depuis ses paramètres. 

Fidji Simo lors de la présentation de Dating en avril 2019
Fidji Simo lors de la présentation de Dating en avril 2019
Crédit : AFP

En quoi le fait d'utiliser sa véritable identité est-il plus sécurisant que la possibilité d'employer un pseudonyme comme sur les autres plateformes ? Les éléments mis en avant sur un profil Dating peuvent être utilisés pour retrouver son équivalent sur Facebook.

Nous savons que l'authenticité est incroyablement importante pour les personnes qui se rencontrent en ligne ainsi que leur sécurité, c'est pourquoi chaque profil de rencontre doit être associé à un profil et un compte Facebook.  Les seules informations qui doivent figurer sur votre profil de rencontre sont votre prénom, votre âge, votre localisation (pays, ville) et votre photo de profil.

Pour les autres zones facultatives à remplir sur votre profil, vous pouvez choisir de les rendre visibles ou non. Par exemple, vous pouvez choisir de participer à des événements et des groupes pour voir d'autres informations (comme les personnes qui ont également participé). Si vous choisissez de le faire, vous pouvez voir d'autres personnes utilisant Facebook Dating qui sont membres des mêmes groupes Facebook que vous ou qui sont intéressées par les mêmes événements publics que vous. 

Lorsque vous choisissez de voir ces personnes en tant que suggestions de rencontres, vous serez également visible pour elles en tant que suggestions de rencontres. Nous offrons également des contrôles de confidentialité et, dans le cadre de l'expérience, vous avez la possibilité de cacher les amis de vos amis dans votre liste de suggestions de rencontres. Vous pouvez également signaler ou bloquer quelqu'un si vous vous sentez mal à l'aise à tout moment.

Contrairement aux autres applications de rencontre, il est possible de contacter une personne sur Dating sans attendre un crush mutuel. Que fait Facebook pour éviter que certains profils ne soient submergés par des messages non désirés ?

Nous savons que la sécurité est incroyablement importante lorsqu'il s'agit des rencontres en ligne, surtout pour les femmes. Dans l'expérience de la messagerie, quelqu'un ne peut vous envoyer qu'un seul message pour lancer une conversation. Tant que vous n'avez pas répondu, il ne peut pas vous envoyer un autre message. Nous n'autorisons également que les messages textuels afin d'empêcher les gens d'envoyer des photos, des vidéos et des liens inappropriés. Vous pouvez également signaler et bloquer n'importe qui, comme vous pouvez le faire sur Facebook aujourd'hui.

Quel impact a eu la pandémie sur l’utilisation de Facebook ?

Depuis le début de la crise sanitaire, l’entreprise que nous sommes est restée extrêmement concentrée sur quatre objectifs précis : relayer des informations qui font autorité et supprimer les contenus nuisibles de nos différentes applications ; fournir aux chercheurs et aux autorités de santé publique les données et outils dont ils ont besoin ; soutenir les mesures de secours sanitaire et économique, en particulier pour les petites entreprises ; et veiller à ce que chacun de nous puisse maintenir le lien social avec les autres, a fortiori quand les rencontres physiques sont impossibles. 

La pandémie a engendré une situation sans précédent à laquelle nous avons dû nous acclimater rapidement, ce qui nous a conduits à remanier nos projets de développement de produits. Si la crise a mobilisé toutes nos capacités d’adaptation, nous y avons également vu une extraordinaire opportunité de concevoir ce dont les utilisateurs et le monde avaient besoin aujourd’hui. C’est de là que sont nés des produits remarquables comme le Centre d’information sur le coronavirus, qui agrège les derniers articles et conseils émanant d’organismes de santé internationaux et locaux, la fonctionnalité Community Help, permettant de proposer ou de demander de l’aide autour de soi, ou encore les Événements en ligne payants, destinés à soutenir financièrement les petites entreprises et les créateurs. 

Elle a aussi mis en lumière des communautés Facebook d’exception qui, aux quatre coins du monde, s’investissent pour construire un monde meilleur. C’est le cas de The Kindness Pandemic, qui a rassemblé près de 550.000 personnes désireuses de relayer des initiatives louables auprès des autres et de les encourager à faire le bien autour d’eux. Dans la même veine, on peut citer Physician Moms Group PMG, qui a aussi créé le sous-groupe PMG™️ COVID19 Subgroup afin de mettre en relation les femmes médecins souhaitant s’entraider, partager des conseils, et fournir leur expertise et des informations importantes dans ces groupes et sur Facebook au sens large. Ou encore Survivor Corps, espace où plus de 157.000 anciens malades du Covid-19 reviennent sur leur expérience, tout en aidant les scientifiques et chercheurs à travers le don d’anticorps et de plasma dans le but de contribuer à l’élaboration de traitements efficaces pour trouver un remède et aider les personnes actuellement contaminées et souffrantes à vaincre la maladie.

En ce qui me concerne, les groupes Facebook m’ont été extrêmement utiles pour maintenir le contact avec d’autres parents qui, comme moi, s’efforcent de composer avec cette situation inédite et de s’adapter à la nouvelle donne. Nous avons d’ailleurs observé que les parents se tournaient de plus en plus vers les Groupes pour s’entraider et apprendre auprès des autres à jongler du mieux possible entre vie professionnelle et vie personnelle. Rien qu’en France, plus de 2 millions d’utilisateurs ont rejoint des groupes Facebook dédiés à la parentalité.

>> Facebook lance un groupe pour aider les parents avec leurs enfants sur Internet 

Nous brûlons tous d’envie de retrouver la vie d’avant, mais il reste beaucoup de chemin à parcourir avant qu’un vaccin soit disponible auprès du plus grand nombre et que l’activité économique puisse véritablement redécoller. Nous nous efforçons de soutenir toutes les campagnes de vaccination contre le Covid-19 en aidant les personnes à savoir où et quand se faire vacciner, en faisant don de plus de 120 millions de dollars de crédits publicitaires pour aider les ministères de la Santé, les ONG et les agences de l’ONU à relayer auprès de milliards de personnes des informations sur les vaccins et les méthodes de prévention de la maladie, et en fournissant des données susceptibles d’améliorer la distribution des vaccins et les initiatives pédagogiques visant à accroître la confiance dans les vaccins contre le Covid-19.

Lors de votre prise de fonction, vous affichiez l’intention de développer les conversations privées sur Facebook, en mettant l’accent sur Messenger et WhatsApp. Où en est l’intégration technique des différents services souhaitée par Mark Zuckerberg ?

Hier encore, si l’on voulait discuter avec quelqu’un sur Facebook, il fallait passer par Messenger. Sur Instagram, il fallait utiliser Direct. Pour contacter une personne possédant un compte WhatsApp, il fallait se servir de la plateforme éponyme. Nous avons décidé de développer la communication entre applications pour nos produits parce que les utilisateurs voulaient une messagerie à la fois réactive, simple, fiable et privée. Grâce à la communication inter-application, nous donnons aux utilisateurs le moyen de discuter avec n’importe qui sur nos différents réseaux, sans se soucier du canal via lequel ils sont joignables. 

>> Facebook fait fusionner les chats de Messenger et Instagram

En septembre dernier, nous avons fait un premier pas dans cette direction en déployant à l’échelle mondiale une mise à jour des messages directs sur Instagram. Depuis, on peut échanger avec sa famille et ses amis avec plus de simplicité, sans se demander quelle application utiliser pour les contacter. Dans le cadre de cette nouvelle expérience de Messenger sur Instagram, plus de 10 nouvelles fonctionnalités ont été introduites, dont le mode “Regarder ensemble”, les stickers de selfie et le mode éphémère. Nous avons vu là l’occasion de proposer aux utilisateurs une expérience de messagerie plus unifiée et plus moderne – en d’autres termes, moins fragmentée. Nous ambitionnons désormais d’étendre cette expérience de messagerie à d’autres espaces dans un futur proche.

Après la déferlante des "stories", le format audio semble être la nouvelle tendance sur les plateformes sociales, comme l’illustre le succès de Clubhouse. Facebook compte-t-il proposer des espaces dédiés aux conversations audio à l’avenir ?

Facebook s’attache depuis toujours à rapprocher les individus, et cela fait des années que nous nous appuyons sur les technologies audio et vidéo pour ce faire. En réalité, nous sommes toujours en quête de nouvelles solutions pour améliorer encore plus le quotidien de notre communauté ! 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/