1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Retraites : "On a besoin d'un cap clair sinon c'est la catastrophe", dit Laurent Berger
1 min de lecture

Retraites : "On a besoin d'un cap clair sinon c'est la catastrophe", dit Laurent Berger

INVITÉ RTL - Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, il est hors de question de remettre le sujet de la réforme des retraites sur la table en automne prochain.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 25 novembre 2019.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 25 novembre 2019.
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Retraites : "On a besoin d'un cap clair sinon c'est la catastrophe", prévient Laurent Berger
11:16
Retraites : "On a besoin d'un cap clair sinon c'est la catastrophe", prévient Laurent Berger
11:16
L'invité de RTL Soir
10:39
Thomas Sotto - édité par Venantia Petillault

Emmanuel Macron serait prêt à revenir dès l'automne sur la réforme des retraites, grande mesure de son début de quinquennat, mais pour les partenaires sociaux, il n'en est pas question comme le rappelle le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

La position du secrétaire général de la CFDT est sans équivoque : "Il faut arrêter la réforme telle qu'elle était prévue et si on veut réfléchir au système des retraites, il est hors de question de proposer un projet aux Français à l'automne même si c'est pour aller vers un système universel un peu flou. Un système universel des retraites aurait beaucoup de qualités, notamment pour tous ces travailleurs exposés en première ligne pendant cette crise, qui en auraient été les gagnants. Mais à la rentrée on aura d'autres sujets à traiter. Dans les mois à venir, on va pas avoir besoin de se foutre sur la gueule. On a besoin d'avoir un cap clair sinon c'est la catastrophe", prévient Laurent Berger au micro de RTL. 

Le président d'Airbus, Guillaume Faury, a aussi annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif de pré-retraite pour amortir la chute concernant les suppressions massives d'emploi chez Airbus : "C'est aux entreprises de financer ces systèmes. Plus tard, la logique ne sera pas de travailler plus longtemps sur la durée de carrière car les jeunes doivent avoir du travail et ils sont 750.000 à arriver sur le marché avec de grosses difficultés pour en trouver. Si les entreprises veulent faire cette démarche et qu'elles ont des dispositifs de départs anticipés, qu'elles se les financent", estime le secrétaire général de la CFDT.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/