3 min de lecture Réforme des retraites

Réforme des retraites : pourquoi Macron envisage son retour

ÉCLAIRAGE - Alors que la crise sanitaire semble être sous contrôle, Emmanuel Macron souhaite renouer avec les projets phares de son quinquennat, dont la réforme des retraites. Suspendue à cause du coronavirus, elle n'a jamais été abandonnée.

Emmanuel Macron, le 26 mai 2020
Emmanuel Macron, le 26 mai 2020 Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Suspendue, mais pas enterrée. Emmanuel Macron n'a pas dit son dernier mot concernant son projet de réformer le système de retraite français. Système à points, âge pivot, 49.3, grèves... Dans l'ancien monde, celui antérieur à la crise sanitaire du coronavirus, le président de la République bataillait avec l'opinion publique, les partenaires sociaux et sa propre majorité 

Coronavirus oblige, Emmanuel Macron avait annoncé que "toutes les réformes en cours" étaient "suspendues", afin que le gouvernement et le Parlement puissent pleinement se consacrer à la gestion de la crise. 

Maintenant que l'après-crise se dessine, le président de la République a prévu de s'adresser aux Français, lors d'une allocution télévisée le 14 juin à 20 heures. Afin de mieux préparer la fin de son mandat et une éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2022, le chef de l'État entend bien finir le travail commencé sur les retraites et donc de reprendre son quinquennat là où il l'avait laissé. 

Une réforme "jamais enterrée"

La réforme des retraites a donc fait son retour, mais en catimini et à coups de stratégie politique. La République En Marche a repris à son compte une proposition de loi communiste concernant les pensions de retraites des agriculteurs. Ce texte qui vise à revaloriser les pensions de retraite des agriculteurs à 85% du Smic avait été adopté à l'unanimité en première lecture en février 2017, sous la précédente législature. 

À lire aussi
Marine le Pen, présidente du Rassemblement national, le 6 septembre 2020 Europe
Le plan de relance a-t-il pour contrepartie la réforme des retraites ?


Une décision d'autant plus surprenante que le gouvernement avait retoqué cette proposition par le passé. Mais ça, c'était avant. La réforme des retraites a été adoptée début mars en première lecture à l'Assemblée, après un recours au 49.3. Elle "n'a jamais été enterrée", a assuré à l'AFP le député LaREM Guillaume Gouffier-Cha, rapporteur général du projet de loi. "La question maintenant, c'est comment et quand", avec un calendrier parlementaire encombré et des "échéances sénatoriales" en septembre, estime-t-il. Cendra Motin, co-rapportrice, évoque la volonté de "garder la cohérence d'ensemble". 

Afin de ne pas braquer l'opinion publique et retourner dans un cycle de contestations et de grèves, l'exécutif pourrait conserver "certains pans" de la très contestée réforme, notamment ceux prévoyant une redistribution. Les négociations sur la hausse des salaires des professeurs vont reprendre "d'ici à la fin du mois de juin", a annoncé Jean-Michel Blanquer début juin.

Pour rappel, lors du lancement des négociations en janvier, le ministre de l'Éducation avait annoncé aux organisations syndicales son intention de consacrer 500 millions d'euros à ces revalorisations qui prendront effet en janvier 2021. Le gouvernement s'est engagé à ce que des revalorisations salariales permettent de garantir un même niveau de retraite pour les enseignants qui pourraient potentiellement perdre beaucoup avec la réforme, mise à l'arrêt depuis la crise sanitaire. 

Une décision politique pour Macron en vue de 2022 ?

En promettant en mars de "se réinventer", le chef de l'État a suscité une attente sur les choix qu'il prendra pour les deux dernières années de son quinquennat. Emmanuel Macron "n'incarne pas l'immobilisme dans le regard des Français", selon un conseiller ministériel cité par l'AFP, avant d'avouer que "personne ne sait ce que pense le président". "On voit mal le président se présenter devant les électeurs en 2022 en ayant abandonné quelque chose d'aussi central dans son programme", estime une source gouvernementale citée dans Les Échos
Le président prend ainsi un risque qui, en période de confinement, n'était pas du goût de ses proches. Le 19 avril dernier, lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, François Bayrou expliquait que "les sujets les plus polémiques" devaient être "écartés pour un moment". "Il est très important que l'on ne mette pas des mines, des sujets d'affrontement sur la table durant toute cette période", ajoutait-il en évoquant la réforme des retraites.

Le retour de la réforme des retraites paraît d'autant plus surprenant que le secrétaire d'État Laurent Pietraszewski, initialement en charge des retraites, a hérité d'un deuxième portefeuille ministériel. Il est désormais "chargé de la protection de la santé des salariés contre l'épidémie de Covid-19" mais il a conservé sa mission sur la réforme des retraites.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants