3 min de lecture Élysée

Référendum le 26 mai : 3 questions qui pourraient peser dans le choix de Macron

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron va-t-il organiser un référendum, en même temps que des élections européennes ?La question doit encore être tranchée par le président mais recueille déjà des critiques.

Emmanuel Macron, le 29 janvier 2019
Emmanuel Macron, le 29 janvier 2019 Crédit : Iakovos HATZISTAVROU / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Avant un débat à Évry en banlieue parisienne, Emmanuel Macron a commencé à recevoir lundi 4 février au matin les responsables des partis afin d'élaborer une issue à la crise des "gilets jaunes", y compris par un référendum, une hypothèse déjà vivement débattue. Le Journal du Dimanche affirme que le président de la République serait tenté de convoquer un tel référendum dès le 26 mai, jour des élections européennes.

Le leader des Républicains Laurent Wauquiez a averti que le chef de l'État prendrait "un grand risque" s'il organisait un référendum portant sur des sujets "coupés des préoccupations et des priorités des Français". Quant à Marine Le Pen, la cheffe du Rassemblement national y a vu une "manœuvre" pour "détourner l'attention" des élections européennes.

Avec ce référendum le gouvernement essaie de faire plusieurs "coups", a réagi Manon Aubry, tête de liste La France insoumise aux élections européennes. "Premier coup, c'est d'abord d'essayer d'étouffer la contestation en proposant quelques réformettes qui ne répondent pas aux revendications économiques. Le 2e, c'est d'essayer de légitimer sa politique en ne changeant pas de cap, avec quelques rustines", a-t-elle poursuivi.  

1. Quelle question posée ?

La question d'organiser un référendum à l'issue du grand débat pour sortir de la crise des "gilets jaunes" n'est "pas encore à l'ordre du jour", a déclaré Édouard Philippe à Beauvais. 
"Il y a un grand débat qui est en cours (...), la question est de savoir dans quelles conditions, sur quelles propositions nous sortirons du débat est une question qui n'est pas encore à l'ordre du jour", a lancé sans autre commentaire le chef du gouvernement.

À lire aussi
Emmanuel Macron à Chantilly le 22 août 2019 diplomatie
G7 : Emmanuel Macron ou la stratégie de la diplomatie parallèle

Selon Alba Ventura, éditorialiste chez RTL, "le risque, c’est donc que les Français ne répondent pas à la question. Et que ceux qui sont opposés à lui, entendent : 'Voulez- vous continuer avec Macron ?'. Quelle que soit la question. Le risque, c’est aussi l’abstention. Visiblement, ce qui serait à l’étude, c’est un référendum le jour du scrutin européen le 26 mai. Vous savez, aux dernières européennes, la participation n’a été que de 42%, aux derniers référendum, celui sur le quinquennat et celui sur l’Europe en 2005, on était autour de 30%".

>
Référendum le 26 mai : un pari "risqué" pour Emmanuel Macron, juge Alba Ventura Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :

2. Une date qui gêne certains au gouvernement ?

Lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Nathalie Loiseau, la ministre en charge des Affaires européennes a déclaré : "Le débat est prématuré parce qu'en ce moment nous avons le grand débat, nous saurons ce que veulent les Français à l'issue de ce grand débat. Tout mélanger aujourd'hui, je pense que c'est semer de la confusion".

Peu emballée par l'idée d'un référendum le même jour que les élections européennes, elle souhaite que le 26 mai prochain, "on parle d'Europe parce qu'il y a des enjeux majeurs et il faut en parler. Je le dis aussi à nos adversaires politiques qui parlent de référendum anti-Macron et qui mettent à la tête de leur liste aux européennes, des gens qui ne s'y intéressent pas. C'est se moquer des Français".

Pour le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, un référendum ce jour-là n'est "pas souhaitable". Le délégué général de LaREM, Stanislas Guerini, a jugé lui aussi la date du 26 mai "peu opportune", même si le référendum "peut être une bonne idée". 

3. Référendum + européennes ?

Mais un référendum et des élections sont-elles compatibles le même jour ? Le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau a estimé qu'un référendum pour sortir de la crise des "gilets jaunes" pouvait être "combiné" au scrutin européen du 26 mai et devrait être couplé à un débat parlementaire.

"Ça ne serait pas la première fois qu'on couplerait des élections, des thématiques", a-t-il dit dans un entretien au site de L'Opinion. Il y a des questions qui peuvent être d'ailleurs pas très éloignées" et "sous réserve que la question ou les questions posées puissent être suffisamment distinctes, je pense qu'on peut à la fois combiner le débat européen et un débat référendaire qui serait plutôt national". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Emmanuel Macron Débat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796444191
Référendum le 26 mai : 3 questions qui pourraient peser dans le choix de Macron
Référendum le 26 mai : 3 questions qui pourraient peser dans le choix de Macron
ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron va-t-il organiser un référendum, en même temps que des élections européennes ?La question doit encore être tranchée par le président mais recueille déjà des critiques.
https://www.rtl.fr/actu/politique/referendum-le-26-mai-3-questions-qui-pourraient-peser-dans-le-choix-de-macron-7796444191
2019-02-05 06:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/17D6UHjpLIymygYw7sHx4A/330v220-2/online/image/2019/0131/7796399318_emmanuel-macron-le-29-janvier-2019.jpg