1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Référendum : "Le danger serait de ne rien faire", dit Didier Guillaume sur RTL
1 min de lecture

Référendum : "Le danger serait de ne rien faire", dit Didier Guillaume sur RTL

INVITÉ RTL - Alors qu'Emmanuel Macron réfléchirait à un référendum à l'issue du grand débat, le 26 mai prochain, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a estimé ce lundi 4 février qu'une consultation serait "opportune".

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, le 16 janvier 2019
Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, le 16 janvier 2019
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Reférendum : "Le danger serait de ne rien faire", dit Didier Guillaume
05:25
Reférendum : "Le danger serait de ne rien faire", dit Didier Guillaume
05:26
Yves Calvi & Thomas Pierre

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation s'est dit favorable ce lundi 4 février à un référendum à l'issue du grand débat. "Je pense que cela serait bien de sortir de ce grand débat par un questionnement en direction des Français, (...) sur les thèmes institutionnels, sociaux, fiscalité, (...) un certain nombre de sujets, dont on a vu qu'ils étaient au cœur de l'actualité depuis le mois d'octobre", a estimé Didier Guillaume sur RTL. 

En matière de référendum, "le danger, ce serait de ne rien faire. Le danger est de ne pas entendre la souffrance des Français", insiste le membre du gouvernement, alors que certains mettent en gardent contre le risque que représenterait une telle consultation, à laquelle Emmanuel Macron réfléchirait pour le 26 mai. 

"Ces mouvements inédits, dits des "gilets jaunes", ont montré quelque chose, ont montré qu'il y a une coupure entre les élites et le peuple, entre Paris et la province. De ce fait, cette idée (...) me semble tout à fait opportune et permettrait aux Français de s'exprimer", a ajouté le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. 

Quant aux modalités de cette consultation, "nous ne sommes plus à l'époque du général de Gaulle, où il y avait une question. Là, il pourrait même en avoir plusieurs. Les Français pourraient répondre 'oui' à certains sujets, et 'non' à d'autres'", a-t-il estimé.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/